Sans surprise, la Russie dément une quelconque implication dans le piratage massif qu'a subi Yahoo en 2014. Un démenti qui survient alors que les États-Unis viennent de mettre en examen quatre personnes soupçonnées d'être liées au Kremlin.

Le contraire aurait été très étonnant. Alors que la justice américaine a mis en examen jeudi 16 mars quatre personnes liées au Kremlin, un porte-parole du gouvernement russe s’est empressé le même jour de faire savoir à la presse que les services secrets de son pays ne sont nullement mêlés au vaste piratage de Yahoo en 2014.

« Nous avons dit à plusieurs reprises qu’il ne pouvait y avoir aucune discussion sur une implication officielle de n’importe quel bureau russe, y compris le FSB, dans des cyber-activités illégales », a déclaré Dimitry Peskov. Il a ajouté qu’aucune information officielle venant des États-Unis n’a pour l’instant été transmise à la Russie. C’est par les médias qu’il dit avoir été informé de l’existence de cette affaire.

Yahoo

La prise de position de Moscou survient alors que le département de la justice aux USA a inculpé quatre personnes, deux pirates informatiques et deux agents des services secrets russes (FSB). D’après le Washington Post, l’un des deux hackers a été arrêté en Russie et est actuellement poursuivi pour collusion avec l’ennemi : il est soupçonné d’avoir collaboré avec la CIA pour lui fournir des documents confidentiels.

Au sujet du piratage ayant visé Yahoo, qui a eu lieu fin 2014 mais dont l’existence n’a été publiquement reconnue que l’an dernier, plus de 500 millions de comptes. ont été touchés. Le piratage a aussi permis aux assaillants de dérober un outil permettant de créer des cookies falsifiés. Yahoo a estimé que ces actions ont été réalisée par une entité « ayant eu un appui étatique ».

D’après Washington, les deux officiers du FSB sont Dmitri Dokoutchaïev et son supérieur Igor Chouchkine. Ils étaient en charge d’une opération pour obtenir des données secrètes auprès de journalistes, de dissidents politiques russes et de fonctionnaires américains. C’est Dmitri Dokoutchaïev qui a aujourd’hui des ennuis avec les autorités russes pour une possible entente avec une agence étrangère.

Quant aux deux pirates, il s’agit d’Alexeïev Belan, très recherché par les autorités pour son rôle supposé dans des attaques informatiques visant trois sociétés américaines en 2012 et 2013, et de Karim Baratov, un Kazakh qui a obtenu la nationalité canadienne et a été arrêté sur cette semaine au Canada. Alexeïev Belan, lui, se trouve en Russie, tout comme les deux agents du FSB.

Partager sur les réseaux sociaux