Depuis 8 ans, l'acteur Ashton Kutcher travaille au développement de nouvelles technologies pour lutter contre l'exploitation sexuelle des enfants et le trafic d'êtres humains. L'organisme qu'il a créé, Thorn, a déjà mis au point plusieurs outils pour agir contre ces fléaux.

Au cinéma, Ashton Kutcher s’est plutôt illustré dans des rôles de bellâtres (parfois un peu niais), notamment dans la série télévisée That ’70s Show ou des comédies romantiques somme Jackpot et Valentine’s Day. Mais l’acteur, qui a aussi incarné Steve Jobs dans un biopic passé complètement inaperçu dont on nous a servi une nouvelle version en 2016, est également engagé et particulièrement actif sur le volet des nouvelles technologies.

En 2009, Ashton Kutcher a fondé une organisation caritative pour lutter contre le trafic d’êtres humains et l’exploitation sexuelle des enfants. Une ONG qui a pris le nom de Thorn en 2012, et dont les efforts se sont depuis concentrés sur la création d’outils web pour lutter contre ces fléaux.

Des crimes qui s’organisent souvent sur Internet

Malheureusement, l’organisation a du pain sur la planche : en 2012, l’Organisation mondiale du travail estimait que 21 millions de personnes étaient victimes du trafic d’êtres humains sur la planète, dont 5 millions qui subissent une exploitation sexuelle, rapporte The Next Web. Un mal dont Internet serait un puissant vecteur selon les chiffres récoltés par Thorn : 63 % du trafic d’enfants à des fins sexuelles serait organisé en ligne, et 42 % des personnes victimes de « sextorsion » (c’est-à-dire d’une extorsion à caractère sexuel) avaient rencontré le coupable sur Internet.

le système a déjà généré plus de 3000 conversations et a permis de secourir 18 victimes potentielles

En plus d’étudier les conditions dans lesquelles s’organisent ces activités criminelles, Thorn développe des outils pour s’y opposer. En 2013, l’organisation s’est associée à Twilio (une startup californienne qui travaille sur des interfaces de programmation, qui incorporent l’audio et la vidéo à de nombreuses applications de service)  pour créer un shortcode que les victimes d’exploitation sexuelle peuvent utiliser pour demander de l’aide. Lancé en juin dernier, le système a déjà généré plus de 3000 conversations et a permis de secourir 18 victimes potentielles.

Récemment, Thorn a lancé Spotlight, une application qui aide les enquêteurs à passer au crible les petites annonces publiées sur des sites d’escorte. Elle utilise l’apprentissage machine pour classer les données qui pourraient concerner les mineurs, allant même jusqu’à faire correspondre les images trouvées pour créer des profils et ainsi mieux suivre chaque individu suspect.

Thorn agit aussi sur le web profond

En octobre, l’organisation fondée par Ashton Kutcher avait annoncé avoir identifié plus de 6000 victimes d’exploitation sexuelle aux États-Unis, dont près de 2000 enfants. L’outil est utilisé par 50 États américains et plus de 4000 officiers.

Thorn s’est à présent lancé sur la trace des trafiquants d’êtres humains qui opèrent sur le web profond (Deep Web, Dark Web, insérez ici votre nom flippant favori), à l’aide d’un outil actuellement en construction nommé Solis. À nouveau, ses données devraient servir aux enquêteurs à recouper les informations au sujet des mineurs exploités sexuellement. En cours de test par les partenaires de Thorn, Solis a déjà permis de secourir 40 enfants.

Ashton Kutcher est intervenu ce mercredi 15 février lors du Congrès des États-Unis pour insister sur l’importance de mettre en œuvre des moyens de mettre fin au trafic sexuel d’enfants dans le monde. Devant la Commission sénatoriale des affaires extérieures, l’acteur a lancé un appel à financement pour développer plus de technologies permettant de lutter contre cette forme de criminalité.

Partager sur les réseaux sociaux