Le hashtag #HelloJVC éclot sur Twitter comme l'aboutissement d'une lutte qui bourgeonnait sous silence. #HelloJVC un cri de détresse adressé au web, aux gamers, et surtout à Webedia. La société qui possède le forum jeuxvideo.com est accusée de laxisme après des cas de cyber-harcèlement particulièrement graves. Enquête.

Il est loin d’être simple de se plonger dans les affres et affaires de jeuxvideo.com. Le site et forum est un numéro un. Il s’agit de la première communauté d’Europe unie par et pour le jeu vidéo. Une histoire du web français qui réussit et perdure malgré les années, les critiques et les révolutions. De la Gamecube à aujourd’hui, jeuxvideo.com est resté le refuge de millions de jeunes adultes à la recherche d’une communauté dans laquelle s’épanouir grâce à une passion partagée.

Et parmi ces passionnés du jeu vidéo émerge une tribu en tant que telle, avec ses cultes, son langage et sa symbolique : c’est celle que les nostalgiques appellent le blabla. Le Blabla est une section du forum gigantesque qu’abrite jeuxvideo.com, dans lequel les internautes ont, en théorie, le droit et la légitimité de parler de tout ce qui les intéresse et qui n’entre pas dans le seul cadre du jeu vidéo.

franchises jeux vidéo

Pour faire une comparaison, le blabla est au forum jeuxvideo.com, ce que la machine à café est à l’open-space. Et ce Blabla est divisé dès les années 2000 en plusieurs sections dans lesquelles les internautes peuvent se retrouver en fonction de leur âge. Les deux principales sous-sections sont les 15-18 et les 18-25 : cette organisation qui semble plus s’approcher de celle d’une colonie de vacances que d’une communauté régule encore aujourd’hui cette section du forum.

Et si aujourd’hui, que ce soit sur les réseaux sociaux ou entre confrères, nous évoquons, même au détour d’une phrase le 18-25, c’est avec stupeur et consternation que la plupart des internautes et journalistes répondent. Pour beaucoup, ce 18-25 est tout ce qu’il y a de pire sur le web français : à écouter les internautes et les connaisseurs, nous avons affaire à un véritable enfer dantesque. Harcèlement, racisme, misogynie, homophobie, antisémitisme, conspirationnisme etc. : aucune horreur ne semble suffisante pour décrire le 18-25.

Pour beaucoup, le 18-25 est tout ce qu’il y a de pire sur le web français

Mais il faut dépasser ces préjugés — ou du moins tenter. Alors nous interrogeons quelques membres et anciens membres du forum qui n’ont pas de lien avec cette section, et leur constat est stupéfiant : pour eux, le 18-25 est une machinerie incontrôlable qui s’est logée tel un parasite sur jeuxvidéo.com et qui est aussi enracinée que dommageable pour le site.

Une modératrice bénévole d’une autre section du forum, Sytarie, résume rapidement la situation lorsqu’on l’interroge : « Je ne défends pas le forum 18-25 (une des sous-catégories du site, sur laquelle je ne modère pas) que je ne fréquente presque pas en raison de sa toxicité.  » Le mot est lâché : toxique. Notre source embraye et explique par ailleurs avoir été également la cible de nombreuses tentatives de cyber-harcèlement par les membres d’un forum qu’elle côtoie et modère chaque jour.

Mais pour elle, Webedia, l’éditeur, comme l’équipe du site ne peuvent pas être blâmés, car l’air de rien, elle confie leur impuissance : « Il n’y a actuellement pas de solution pour contenir le géant qu’est le 18-25.  »

#HelloJVC : un cri de détresse

Or, si nous nous intéressons au 18-25, ce n’est pas tant pour confirmer ce que de nombreux confrères ont pu déjà réaliser en dénonçant l’univers délétère qui régnait sur le forum, mais pour revenir sur ce fameux #HelloJVC.

Ce hashtag est lancé ce mercredi par une jeune femme, militante féministe, connue sur Twitter sous le pseudonyme de @DouxBidou. Dans la vie, elle s’appelle Sophie et étudie la littérature. Elle nous contacte en fin de matinée, après les cours.

Sur le 18-25, Sophie a déjà une réputation, notamment après qu’elle a rédigé une lettre ouverte à Jean-Luc Mélenchon, qui plus tôt dans l’année remerciait le 18-25  de son soutien — un soutien que le candidat présume avoir de la part de la communauté. Dans ce texte, la jeune femme demande à M. Mélenchon des comptes sur ses liens avec la communauté reconnue pour son machisme et ses pratiques de cyber-harcèlement. Cette publication vaut à la jeune femme un véritable déferlement de haine en guise de réponse du 18-25. Bien que l’expression devienne commune, il faut lire l’article de la journaliste Marie Kirschen au sujet des réactions à la fameuse lettre pour saisir le degré de violence dont on parle.

sub-buzz-26604-1481145209-1
Source : BuzzFeed News

Nous ne rapporterons évidemment pas les centaines de mentions, messages et autres communications violentes, injurieuses et même menaçantes reçues par Sophie, mais le constat est là : si l’on touche au 18-25, d’une manière ou d’une autre, il faut s’attendre à des représailles.

Le terme armée d’internautes n’est pas anodin car c’est avec ce qualificatif militaire que se reconnaissent sur Twitter les membres du 18-25. Sur un hashtag dédié #1825Armyils se retrouvent, en dehors des colonnes du célèbre forum, unis par des références communes et une même volonté d’en découdre avec celles qu’ils appellent les féminazies.

Exaspérée, @DouxBidou lance #HelloJVC, un hashtag sur lequel elle souhaite que tous les internautes ayant été victimes des internautes du 18-25 puissent témoigner. Elle fait appel à ses proches pour l’aider à propager l’opération. Elle s’en remet notamment à Ève, @Compoto_ sur Twitter, que nous avons également interrogée.

La jeune femme est une militante féministe affirmée et lorsqu’elle apprend le lancement de  #HelloJVC, elle partage rapidement avec sa communauté les témoignages qui commencent à fleurir sur le sujet.

Ève devient alors la cible nouvelle des quelques internautes du forum et de leur organisation prétendument paramilitaire. La jeune femme est attaquée sur ses origines séfarades, directement sur CuriousCat, un site très utilisé sur Twitter pour des Q&A anonymes. Elle reçoit alors des chansonnettes nazis, des insultes et bien sûr des menaces de mort.

Une petite histoire du 15-18

Le témoignage de @Compoto_ se révèle particulièrement éclairant, car en dehors des insultes qu’elle a reçues et dont son Twitter fait écho, Ève est une ancienne du Blabla, comme elle l’appelle.

Elle l’a aujourd’hui quitté pour des raisons évidentes mais se souvient de son adolescence passée sur les pages du bon vieux site de gamers : « C’était en 2012, j’étais jeune et tout semblait être une blague pour nous. Il régnait une ambiance bonne enfant et le Blabla était déjà un endroit à part.  » À l’époque, le mème du Blabla est le fameux Noël, dont aujourd’hui, nous ne saisissons pas forcément la subtilité sans l’avoir connu à l’époque. Ève est alors, comme beaucoup d’autres une « noëliste  » : le but de ces kids du web est de faire émerger dans la culture et les médias mainstream des Noël, un emoji papa Noël, coûte que coûte. Sans autre raison que le plaisir d’une reconnaissance même involontaire de la société.

Source : Wiki de Jeux Vidéo
Source : Wiki de Jeux Vidéo

Émue et presque nostalgique, la jeune internaute explique qu’en 2012, pour les publicités Coca-Cola, l’activisme de sa communauté a réussi à imposer Jean-Noël comme prénom sur les affiches personnalisées de la campagne de marketing de la marque. Cela semble aussi innocent que bon enfant, et pourtant, selon nos sources, c’est cette même génération de noelistes qui a mal tourné.

Ils pourront changer le monde à coup de blagues potaches

Car si le noëlisme est d’abord l’apanage du 15-18 et non du 18-25, c’est parce qu’à l’époque, dans les années 2000, c’est le forum des jeunes qui est le vrai centre de ralliement de la communauté. Les kids sont encore jeunes et ont l’impression qu’ils pourront changer le monde à coup de blagues potaches, organisés comme on organiserait un coup de communication.

Comment le 15-18 est devenu le 18-25

Or selon les témoignages, c’est à cette époque bénie du 15-18 qu’il faut revenir pour comprendre comment le 18-25 est devenu cet endroit honni de tous qu’il est aujourd’hui. Pour Sytarie, notre source à l’intérieur de l’équipe du forum, « à partir de 2006-2007, le forum Blabla 15-18 est en essor. Il va rester pendant longtemps dans les forums les plus actifs d’Europe, et sera connu pour sa communauté de membres un peu « farceurs ». À l’époque, l’ambiance était très potache, il y avait beaucoup de canulars et autres. » 

La modératrice évoque ainsi les noëlistes mais également des événements qui ont alors fait la Une des journaux : « Le forum s’était par exemple fait remarquer pour avoir fait croire à la mort de Jean Dujardin, ou pour avoir récupéré les sujets du bac S en 2011. » Or ces deux affaires sont surement les plus graves qui accablent le forum à l’époque et avec le recul, cela ne semble finalement pas si grave — au pire, puéril.

le forum s’était fait remarquer pour avoir fait croire à la mort de Jean Dujardin

Mais pour notre source, c’est en 2014 que tout change. Jeuxvideo.com est racheté par le géant français Webedia à la réputation sulfureuse. La société, qui compte parmi les plus importantes réussites du web français, reprend les rênes de la vieille boutique et réorganise les rayons pour rentabiliser l’activité d’un des médias les plus consultés d’Europe.

La ligne éditoriale comme les forums s’en retrouvent chamboulés et comme l’explique Sytarie : « Le forum 15-18 s’est dépeuplé, et tous ses habitants sont passés sur le 18-25 ans. Le problème, c’est que sa communauté est passée d’adolescents farceurs à jeunes adultes un peu malsains.  »

En somme, la réorganisation a fait fuir certains kids et ceux qui sont restés fidèles au site ont, depuis 2006, beaucoup grandi. Et en vieillissant le 18-25 a pris le pas sur le 15-18. Et les règles du jeu ont alors changé : « Fini le forum bon enfant, c’est l’homophobie, la transphobie, le racisme, le sexisme et le harcèlement qui ont désormais pris place.  »

Webedia, les malheureux possesseurs du 18-25

Enfin, dans cette affaire, que l’on revienne aux sources du conflit ou à ses conséquences, c’est toujours de Webedia dont il est question. Webedia, ce géant dont les ambitions ont toujours été mal vues, notamment après la remise en questions de ses méthodes lors du rachat d’une autre boutique mythique du web francophone : Allociné.

Et c’est principalement pour interpeller les dirigeants et les cadres du système Webedia que #HelloJVC est lancé selon Ève, qui explique : « Après autant de preuves, de cas de cyber-harcèlement, nous voulons avertir et remettre en lumière un sujet que tout le monde connait mais dont personne ne parle. Webedia et JeuxVideo.com ont une responsabilité sur le sujet, c’est leur forum après tout. Ils doivent en répondre. »

Nous nous sommes donc naturellement tournés vers l’équipe en charge du gaming chez Webedia, et avons contacté M. Cédric Page. En fin de journée, c’est finalement M. Christophe Henner, Directeur Général Adjoint qui nous a répondu. Et il sera le seul à s’exprimer sur le sujet au nom de l’entreprise. Néanmoins, la gêne est palpable dans les rangs de Webedia et alors que dans la nuit et toute la matinée le sujet #HelloJVC a pris de l’ampleur, le silence règne dans la société.

Plusieurs salariés contactés par nos soins ne souhaiteront pas répondre à nos questions sur le sujet. Avant même de pouvoir échanger un mot, les employés, visiblement embarrassées nous renvoient vers M. Page, par la même formulation laconique : « je ne suis pas autorisé à répondre aux sollicitations de la presse, en revanche vous pouvez contacter mon supérieur à cette adresse : Cédric Page <xxxx@xxxx>.  »

Nous comprenons rapidement que la consigne est claire et vaut pour tous : rien ne doit filtrer, ni dans la presse, ni auprès des internautes. Une théorie qu’invalidera M. Henner dans sa réponse : « Concernant les modérateurs, ils sont bénévoles, nous ne pouvons donc pas leur donner la consigne que vous évoquez et ne l’avons jamais fait. S’ils souhaitent le faire, ils sont libres de répondre à vos questions. Certains ont d’ailleurs répondu à certains de vos confrères par le passé.  » Nous avons donc été malchanceux.

Par ailleurs, M. Christophe Henner souhaite être clair quant à la réponse que la société doit avoir face à ce type de comportements, il nous explique précis et cordial : « Je tiens à vous affirmer que Jeuxvideo.com regrette et condamne la tenue, sur ses espaces de discussion, de propos malveillants ou de comportements déplacés ou menaçants. Ils n’y ont pas leur place et doivent être condamnés.  » Et le cadre de Webedia insiste sur l’inutilité de l’initiative #HelloJVC puisque selon lui, « l’objectif d’alerter via ce hashtag était inutile, c’est un sujet que nous suivons déjà de très près, comme les militant-e-s le savent puisque nous les avons reçu il y a quelques mois dans nos locaux pour échanger sur ces sujets.  »

Malgré la sincérité évidente de M. Henner, nous ne pouvons néanmoins nous empêcher de relater d’autres types de réponses qu’ont pu recevoir les victimes de #HelloJVC sur Twitter. Ce jeudi matin, après une nuit de buzz autour du cyber-harcèlement, Cédric Page n’aura qu’un seul tweet pour sa communauté qui attend des réponses : il souhaite un joyeux anniversaire à un certain El Risitas.

Or si pour le commun des mortels, cet acteur espagnol est un inconnu, sur le 18-25 il est le nouveau  :Noel :. Selon nos observations, il est au Blabla ce que Pepe the Frog est aux suprématistes blancs, c’est-à-dire un mème utilisable en toutes situations, qui identifie l’interlocuteur en tant que membre de la communauté et permet bien sûr d’ostraciser les autres. Il s’avère que le 5 janvier est l’anniversaire de cet acteur, donc il est naturel pour M. Page de sortir de sa torpeur face aux accusations de laxisme pour souhaiter le meilleur à ce mème tout droit venu de son forum.

Forcément, l’armée du 18-25 y voit un soutien de la direction de Webedia, un soutien que M. Henner fait plus que démentir : « Nous faisons en permanence le maximum pour identifier les propos malveillants, insultants ou déplacés, et les supprimer. Nous sommes très vigilants sur tous les débordements que peuvent nous être signalés. »

Dans le même registre, un gestionnaire salarié exprime, lui, sa lassitude face à ce qu’il appelle être du harcèlement de la part des personnes dénonçant le harcèlement. Cette personne n’ayant pas souhaité répondre à nos questions, nous en concluons qu’elle ne se considère aucunement responsable.

Enfin, les modérateurs du forum ont, comme nous le disions plus haut, pu prendre connaissance de deux choses : l’existence de l’initiative #HelloJVC, ainsi que l’organisation d’une riposte violente aux internautes s’exprimant sur le harcèlement.

Mais qui est responsable de ce cirque ?

En effet, selon nos sources et nos éléments, plusieurs sujets ont été ouverts sur le 18-25 dans lesquels des membres expliquaient ce qu’était #HelloJVC et comment organiser l’attaque des internautes réagissant sur le fil, comme une petite milice armée. Ces sujets ont pour la plupart été supprimés quelques instants après leur création par des modérateurs. Ces derniers sont donc indéniablement au courant des deux événements qui ont mené ce jeudi à de nombreux cas de cyber-harcèlement.

Par ailleurs, une de nos sources nous a éclairé sur les méthodes appliquées sur le forum lorsqu’il s’agit de modération et de suppression de sujets, ce qui nous permet de voir le nombre de personnes directement concernés et responsables dans l’affaire :

  1. Un membre du forum poste un message illégal comprenant de la discrimination, une menace de mort, une incitation à la haine, ou autre.
  2. Les membres signalent le contenu à la modération (ce qui est assez rare), ou celle-ci tombe directement sur le sujet.
  3. La modération sanctionne ou non le message, et les administrateurs du sites en prennent connaissance.
  4. Si besoin, ils font passer le message aux autorités compétentes, qui prennent le reste en charge.

Dans la chaîne, il devrait il y avoir trois acteurs concernés : les modérateurs, les administrateurs et normalement la police.

Sur ce sujet, M. Christophe Henner souhaite être clair sur les modalités et les règles de jeuxvideo.com  : « Les forums ont une charte, lorsqu’un message ou un topic est hors charte il est supprimé par les modérateurs bénévoles et, plus rarement, par les administrateurs des forums. Dans le cas présent, les topics supprimés étaient ceux faisant appel aux forumers de faire un raid (cette pratique est interdite par la charte). Les topics de discussions sont eux restés en ligne, certains fermés par les modérateurs quand ça dérapait trop. » En somme, Webedia reconnaît avoir pris connaissance du problème et a tenté de limiter la casse en supprimant les sujets prévoyant des raids — des opérations de cyber-harcèlement organisées.

Quant à la responsabilité légale de jeuxvideo.com, le cadre détaille pour nous ses méthodes : « Nous répondons du statut d’hébergeur tel que défini par l’article 6 de la LCEN pour les forums. En conséquence, un système de signalement est en place sur les forums pour permettre le traitement des contenus allant à l’encontre de notre charte. Dans ce cadre-là, nous opérons donc une modération a posteriori.  »

Ce qui veut dire que la société n’est pas responsable du contenu posté par les utilisateurs mais qu’elle doit en revanche se montrer réactive face à tout signalement — c’est son devoir. Et pour M. Henner, ce devoir est respecté : « En cas de signalement, si le contenu est hors charte, l’action menée [par jeuxvideo.com] peut aller de la simple suppression du message à un signalement aux autorités en passant par un blocage du compte. Nous travaillons à ce sujet en étroite collaboration avec Pharos, la plateforme de signalement des contenus illicites de l’internet, ainsi que la direction de la lutte contre la cybercriminalité.[…] tout propos contraire à la loi de caractères menaçant ou malveillants ou encore discriminatoires est prohibé, et les internautes qui en feraient usage s’exposent de facto à la suppression de leurs propos voire à des suites judiciaires dans le cas où les autorités de police sont saisies.  »

police-1900

Que fait la police ?

Nous nous sommes donc tournés vers la police, et plus exactement vers le Ministère de l’Intérieur où est établi la Direction de la Lutte Contre le Cyber-Harcèlement. En nous intéressant à cette cellule de la police, nous avons pu découvrir que ses responsables avaient des liens de collaboration avec différents géants du web que les autorités sollicitaient pour lutter contre le cyber-harcèlement.

Or, le 23 novembre dernierMme Valérie Maldonado est interrogée sur le bilan de cette sous-direction à l’Assemblée Nationale. Et au milieu de son bref récapitulatif, Mme Maldonado prend la peine de signaler le bon comportement de certains acteurs français sur le sujet, dont jeuxvideo.com. Et la fonctionnaire d’expliquer : « tous les partenariats avec Jeuxvideo.com ou d’autres, sont extrêmement positifs parce que les modérateurs jouent leur rôle.  » Dans un tel contexte, la phrase semble bien malheureuse. Nous avons donc contacté la Place Beauvau pour éclaircir le partenariat cité par Mme Maldonado et la sous-direction. Nous souhaitons savoir si après les révélations faites par #HelloJVC, le Ministère pouvait toujours qualifier jeuxvideo.com comme un acteur qui joue son rôle

La police souhaitant communiquer sur ce sujet pour faire davantage connaître son rôle auprès des citoyens a promis à Numerama de répondre sur ces questions et sur la nature exacte de son partenariat avec jeuxvideo.com. Ces informations, encore en traitement, n’ont pas pu venir à temps pour la publication de cette enquête — elles seront ajoutées ultérieurement.

Webedia pourra-t-il sauver Jeuxvideo.com ?

Enfin, face à l’armada de moyens et de techniques mises en avant par Webedia, nous finissons par nous demander pourquoi un événement comme le #HelloJVC a-t-il pu avoir lieu. Pour Christophe Henner, la réponse n’est pas dans la modération, mais dans la société : « Tant que la société n’aura pas évolué au point où ce genre de propos ne seront plus du tout tenus, ça sera insuffisant.  »

 Et de son côté, Webedia fera de son mieux  : « Si votre question est est-ce que l’on peut améliorer ce que l’on fait, bien sûr que l’on peut faire mieux. Toujours. Il est inadmissible que du harcèlement ait lieu. Et nous traitons tous les cas qui nous sont rapportés en bonne et due forme. » À l’avenir, la société compte par ailleurs automatiser plus largement ses processus de modération, pour pallier le défi technique qu’est la fréquentation du forum : « Par exemple nous avons déployé une première version d’un outil automatique qui lutte spécifiquement, pour le moment, sur les liens vers des sites pornographiques.  »

Selon un ancien modérateur, jeuxvideo.com n’a pas les moyens de lutter

Forcément, nous pensons aux multiples cas de cyber-harcèlement auxquels des entreprises comme Twitter et Facebook font également face sans toutefois parvenir à trouver des solutions efficaces. Pourtant, du côté de #HelloJVC, des anciens forumeurs estiment que la démocratie mise en place sur le forum est un obstacle à la lutte contre le cyber-harcèlement. Comme nous confie un ancien du 18-25  : « Tant que les modérateurs seront élus pour ne pas broncher et laisser faire, rien ne changera. » Selon cet internaute, le système mis en place par jeuxvideo.com n’est plus à la hauteur du défi.

Un défi social, politique et économique en somme, qui l’air de rien, nous rappelle que jeuxvideo.com n’est pas qu’une no go zone du web, c’est également une petite carte postale, toute en pastels, d’une jeunesse qui s’emmerde au point de créer une communauté toute entière qui n’est plus mûe que par la haine. Une sorte de version virtuelle mais plus vraie que nature de Sa Majesté des Mouches, où la loi du plus fort — au sens numérique du terme — est la seule règle. Comprenez : ses membres ont une conception du web sur lequel tout peut être dit et fait, et pour le prouver, ils agissent en bande afin de montrer qu’ici, c’est eux les chefs.

Afin de clore notre enquête, nous vous proposons une rapide compilation des fameux cas de cyber-harcèlement dont nous parlons. Nous prévenons néanmoins que les propos tenus ainsi que le langage utilisé par les internautes peuvent clairement dépasser l’acceptable, nous en proposerons donc que quelqu- uns. Il nous semble peu approprié de faire de la publicité à ce type de contenus et à ces propos.

Les raids d’internautes sur des Twitch (diffusion en live de jeux vidéo), pour menacer et insulter des femmes :

La haine obsessionnelle du Blabla à l’égard du féminisme :

c1vffvdxaaavlwd-1

Ou un antisémitisme non-dissimulé : 

c1vee-mweaql94r

Ou encore de l’homophobie à l’encontre du dessinateur Monsieur Q  :

Et encore une fois, une féministe prise pour cible :

 

Partager sur les réseaux sociaux