Accusé d'agir pour le compte de la Russie, le groupe Fancy Bears qui a piraté les bases de données de l'Agence mondiale antidopage (AMA) a désormais diffusé des informations médicales concernant des athlètes de nombreux pays, dont le boxeur russe Misha Ayolan, médaillé d'argent aux derniers Jeux Olympiques.

Une semaine après les premières publications qui ont touché exclusivement des athlètes américaines, les pirates du groupe « Fancy Bears » continuent de chercher à mettre en cause la probité de sportifs, en dévoilant leurs dossiers médicaux issus des bases de données de l’Agence mondiale antidopage (AMA). Et alors que l’AMA avait été très (trop ?) prompte à accuser la Russie en voyant dans ce piratage une action de rétorsion après l’exclusion de la fédération d’athlétisme russe des JO de Rio 2016, les nouvelles révélations touchent de nombreux pays, y compris la Russie.

Le groupe de pirates se revendiquant du mouvement Anonymous, dont le compte Twitter n’a toujours pas été désactivé malgré la diffusion clairement illégale de données personnelles, a en effet déjà publié quatre nouvelles séries de données qui touchent actuellement des athlètes des USA, Grande-Bretagne, Danemark, Australie, Espagne, Allemagne, Russie, Pologne, République Tchèque, Roumanie, Argentine, Belgique, Burundi, Canada, Danemark, France, et Hongrie.

Pour la France, ce sont les sportifs Dimitri Bascou et Gauthier Grumier qui sont visés

« Qu’il soit bien clair que ces actions délictueuses compromettent grandement l’effort qu’entreprend la communauté mondiale antidopage pour ré-établir la confiance en la Russie à la suite des conclusions du Rapport d’Enquête McLaren », avait écrit l’AMA le jour de la publication des premières révélations. Le fait que la Russie fasse désormais partie des pays visés par les révélations n’écarte pas la possibilité d’un scénario machiavélique que d’aucuns appelleraient une « théorie du complot », mais il invite au minimum à apporter des débuts de preuves qui n’ont jusqu’ici jamais été mis sur la table par l’AMA.

russie-ama

Un seul athlète russe est pour le moment visé par les révélations de Fancy Bears. Il s’agit du boxeur Misha Aloyan, médaillé d’argent au Jeux Olympiques de Rio dans la catégorie des poids mouches, et multiple champion du monde en boxe amateur. Le groupe publie le résultat d’un test antidopage réalisé pendant les jeux, le 21 août 2016, qui montre la détection d’une substance dopante dans ses urines. Aucun certificat d’autorisation d’utilisation du produit à des fins thérapeutiques n’est publié par le groupe de pirates, sans que l’on sache s’il n’a pas été découvert ou mis en ligne par le groupe, ou s’il n’en existe pas.

Pour la France, ce sont les sportifs Dimitri Bascou (médaille de bronze aux 110 mètres haies à Rio) et Gauthier Grumier (escrimeur, champion olympique par équipe et médaillé de bronze en individuel aux Jeux olympiques d’été de 2016) qui sont visés par Fancy Bears. Pour les deux, il s’agit de copies de certificats médicaux justifiant la présence de produits interdits dans leurs analyses.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés