68 228 utilisateurs Facebook ont permis à l'Université de Melbourne d'analyser leur profil pour étudier les différences comportementales et linguistiques entre les genres. L'homme n'est pas une femme comme les autres sur Facebook.

Près d’une dizaine de chercheurs en psychologie et en informatique des universités de Pennsylvanie, Stony Brook, Cambridge et Melbourne ont publié dans la revue PLOS One une grande étude qui révèle de profondes différences comportementales entre les hommes et les femmes sur Facebook.

Avec plus de 65 000 participants anglophones volontaires et une méthodologie approuvée par l’Université de Pennsylvanie, l’étude est on ne peut plus sérieuse. On pourrait toutefois la croire issue du Gorafi quand on voit ses résultats qui mettent en avant des différences entre genres qui, sur les réseaux sociaux, sont dignes des pires stéréotypes. Les hommes parlent voiture et les femmes cuisine et enfants.

Grâce à un outil d’analyse linguistique du statut de chacun des participants, les chercheurs ont récolté et trié une énorme base de postes Facebook, permettant ainsi d’éclairer, non pas la vraie nature linguistique des individus, mais au moins l’image qu’ils tentent de communiquer à travers le réseau social.

hommes-femmes

Les femmes mentionnent leur mari, les hommes oublient leurs épouses

La première des conclusions de l’étude se situe dans le rapport entre femmes et hommes dans le couple. Grâce à la récurrence du mot husband (époux) dans les statuts écrits par des femmes, et a contrario la plus grande absence de la mention de wife (épouse) chez les hommes,  les chercheurs ont tiré comme conclusion que les femmes sont plus sensibles à la question du couple et de leur vie sentimentale. Quant aux hommes, eux, ils voudraient ignorer, au moins sur les réseaux sociaux, leur couple et leur femme.

L’homme se pavoiserait de son statut d’indépendant, assuré et prétentieux, quand les femmes seraient plus affectives et de fait moins pudiques sur leurs émotions. Alors bien sûr, les hommes peuvent ne pas appeler leur épouse par « wife  » et se montrent peut être encore plus affectueux en leur donnant un surnom. Mais en considérant l’ensemble de l’étude, ce fait dévient plus gênant, comme l’explique sobrement la conclusion du rapport.

« Le langage plus caractéristique des femmes, qui s’identifient comme telles, est plus chaleureux, plus amical et se concentre sur les humains. Alors que les hommes, qui s’identifient comme tels, leur langage caractéristique est socialement plus distant, désagréable et se concentre sur des objets. »

L’étude, de par sa base de données assez extraordinaire, donne l’occasion de notifier des dizaines de divergences, qui tiennent souvent de la mise en scène sociale, entre les genres. Ainsi, en matière d’habitudes linguistiques, l’étude dresse deux tableaux particulièrement éloquents sur les sujets et mots propres à chacun des genres.

journal.pone.0155885.t001

Le résultat est si caricatural qu’il faut bien avouer qu’on se surprend à vérifier plusieurs fois la méthodologie. Mais las, tout porte à démontrer que les résultats trouvés reflètent une réalité. Avec un panel de plus de 60 000 participants (certes anglophones), Facebook permet une rigueur réelle et qui mène à des conclusions dérangeantes.

Oui, les hommes insultent, sont grossiers, s’intéressent aux trucs de mecs. Ils ne censurent pas leurs fuck, sex, holy shit, et autres langages crus, quand les femmes usent et abusent des marques d’affections, smileys, xoxo, <3.

Intersubjectivité et phénoménologie de l’esprit Facebook

Il faut toutefois se garder de conclusions définitives. L’humanité se construit à travers le regard d’autrui, et Facebook ne donne à montrer que ce l’on veut bien y exprimer. L’étude ne présente pas de façon scientifique ce que les membres de Facebook sont au fond d’eux, mais uniquement ce qu’ils montrent d’eux. Or la question de l’influence de la société sur le comportement que doit adopter un homme ou une femme en société amène à relativiser les conclusions de l’étude, qui ne va heureusement pas jusqu’à sonder le for intérieur des êtres.

Elle montre, en tout cas, comment les femmes et les hommes se sentent autorisés à s’exprimer publiquement, et donc l’image qu’ils aiment à renvoyer. Grossier et égocentrique, affectueuse et attentionnée, ainsi se voient au 21e siècle hommes et femmes. Étonnant ?

journal.pone.0155885.g003

 

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés