Hasard ou coïncidence ? Au moment où M6 lance son service de catch-up TV qui va permettre de regarder Caméra Café et Kaamelott en VOD gratuite sur Internet, le producteur des deux séries phares de la chaîne décide de poursuivre Dailymotion en justice pour obtenir le filtrage systématique des sketchs, et près de 2 millions d'euros de dommages et intérêts.

La société de production de programmes de télévision Calt Production, qui produit notamment les séries Caméra Café et Kaamelott, a annoncé poursuivre Dailymotion pour « exploitation illicite » de ses deux séries phares. Son président Jean-Yves Robin déclare à l’AFP que « nous avons porté plainte auprès du tribunal de grande instance de Paris pour Kaamelot et du tribunal de commerce pour Caméra Café« . Un artifice procédural curieux, mais qui devrait permettre à la société de production de tester l’efficacité de deux stratégies juridiques différentes, l’une portant sur le droit de la contrefaçon auprès du tribunal de grande instance, l’autre sur le droit de la concurrence auprès du tribunal de commerce.

On ne peut s’empêcher de noter que l’annonce de la plainte intervient au moment-même où M6, qui diffuse sur son antenne les deux séries TV, dévoile cette semaine son propre service de visionnage en ligne des deux séries à travers M6 Replay. Pour dire que Calt Production intervient en service commandé de la part de la chaîne, il n’y a qu’un pas que nous sommes proches de franchir.

La simultanéité des deux évènements est d’autant plus troublante que selon l’aveu-même de Jean-Yves Robin, cela fait plus de deux ans que les deux séries sont diffusées régulièrement sur Dailymotion. Pourquoi décider d’agir aujourd’hui ? Tout en demandant environ 1,9 million d’euros de dédommagement, le producteur demande à Dailymotion de mettre en place un filtre basé sur le marquage des œuvres. Or Dailymotion filtre déjà les vidéos grâce au marquage de l’INA, implanté le mois dernier. Pourquoi ne pas s’en servir ? Sur Europe 1, mardi matin, Jean-Yves Robin a lâché le morceau. Le producteur critique l’absence de marquage universel commun à toutes les plateformes, et estime surtout qu’il n’appartient pas aux éditeurs de contenus de supporter les coûts du marquage des œuvres.

Selon lui, il coûterait trop cher à Calt Production de marquer les 3 à 4.000 sketchs des deux séries, et c’est aux plateformes de supporter le coût dans le cadre de leur « business model ». Pourtant, d’après Dailymotion, « c’est Dailymotion qui acquiert la licence [du marquage de l’INA], l’utilisation reste gratuite pour les producteurs« . On ne comprend donc pas vraiment où est le problème… sauf à tout faire pour que les vidéos soient supprimées d’office de Dailymotion pour que les internautes aillent uniquement vers M6 Replay pour les regarder.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés