L'éditeur M21 Editions annonçait récemment le lancement de l'intégralité de son catalogue en version électronique, en proposant aux lecteurs le livre électronique Cybook Gen3. Son ambition est d'offrir un confort de lecture comparable voire supérieur au bon vieux bouquin à base d'arbres. Nous l'avons testé pour vous...

Nous avons beau faire partie de la génération Internet née une souris dans la main droite et un clavier sous la main gauche, le livre reste encore incontournable sur nos étagères. Lire un ouvrage de 300 pages sur un écran 19 pouces ou même un PDA nouvelle génération nous paraît toujours aussi imbuvable par rapport au contact charnel du papier et l’ergonomie du livre de poche, aussi éprouvée qu’efficace. Rien ne nous ferait passer à cette chose froide qu’est le livre numérisé, absent des étagères et sans couverture dédicacée ou pages cornées. Rien ? C’est ce que nous pensions en ouvrant la boîte du Cybook Gen3, livré avec le pack Digibook Pro de M21 Editions.

Après plusieurs heures de lecture sur l’appareil, force est de constater qu’une grande partie de nos a priori se sont envolés. Le Cybook offre un confort de lecture quasiment identique au livre papier, grâce à une technologie d’écran qui ne dégage aucune lumière mais convertit à la demande des pixels gris clairs en pixels noirs, avec un contraste proche du livre imprimé. Pour vous donner une idée, l’affichage ressemble (avec une définition évidemment supérieure) à celui du tableau magique que nous avons tous eu entre les mains dans notre enfance. Revers de la médaille, l’écran ne dégageant aucune lumière, il est impossible de lire dans le noir aux côtés de sa dulcinée, d’autant que le constructeur n’a prévu aucun rétroéclairage. En revanche, la lecture au soleil ne pose pas de problème, ce qui est un plus appréciable pour ceux qui aiment lire au bord de la rivière ou dans les parcs publics. On se prête à rêver qu’une version couleur fasse rapidement son apparition, ce qui rendra la lecture de certains ouvrages illustrés beaucoup plus agréable.
Côté navigation, tout se fait grâce au bouton carré multidirectionnel en bas à droite du livre, dont le centre sert de bouton de validation ou d’options contextuelles. On passe d’une page à l’autre en appuyant à droite du bouton, et une barre de progression (optionnelle) permet de se repérer dans l’ensemble de l’ouvrage. Efficace. On regrettera simplement une certaine lenteur du système, qui n’est pas gênante dans la lecture même des livres, mais peut être agaçante lors de la navigation dans les menus. Il se passe en effet environ une seconde entre le moment où l’on presse sur un bouton et le moment où l’action est affichée.

Mais le gros avantage du livre électronique sur l’ancêtre papier, c’est justement qu’il est électronique et qu’il peut donc apporter des plus non négligeables par rapport au livre classique. Ses dimensions (12cm x 19cm), pourtant proches du livre classique, sont encore un peu trop larges pour en faire un livre que l’on emmène partout avec soi. En revanche, il est très léger (174 grammes) et très fin (0,85 mm), ce qui en fait le compagnon idéal de vos sacoches ou sacs à main. Finis les pavés de 600 pages impossibles à transporter dans le métro sous peine de lumbago. Le Cybook Gen3 dispose de 60 Mo de stockage interne auxquels il est possible d’adjoindre une carte mémoire SD, pour un nombre de livres embarqués virtuellement illimité. Mais l’avantage du livre électronique ne s’arrête pas au bien-être de la colonne vertébrale. Contrairement au livre classique dont il faut bon gré mal gré subir la mise en page de l’éditeur, l’eBook fournit par M21 Editions offre une grande souplesse. En quelques « clics », le lecteur choisit la taille de police qui lui est la plus agréable, et peut même changer de police d’écriture s’il préfère l’Arial au Verdana, ou s’il souhaite bénéficier d’une police importée. Le livre devient enfin personnalisable, et la pagination des chapitres ou des notes de fin de livres sont utilement remplacés par des liens hypertextes. On peut également placer des signets (malheureusement sans leur donner de nom) ou sauter directement à une page précise. Dès que l’on rouvre le livre, la dernière page lue est celle affichée.

On apprécie, également, la parfaite intégration du Cybook avec le logiciel et la librairie Mobipocket d’Amazon, dont le format déjà répandu devrait s’imposer sous l’effet du Kindle, le propre livre électronique d’Amazon. Dès la connexion en USB, le Cybook est reconnu par Mobipocket, qui synchronise au besoin les flux RSS auxquels l’utilisateur s’est abonné, et remplit le livre des derniers ouvrages téléchargés.

Enfin, côté autonomie, c’est la note parfaite. Il semble impossible d’en vider la batterie. M21 Editions annonce 8000 pages d’autonomie, et l’on ne saurait lui donner tort. Etant donné que la recharge se fait par l’USB, vous l’aurez rechargé en le synchronisant avant même de l’avoir vidé. L’absence de rétroéclairage et la technologie utilisée permet au constructeur de ne dépenser que très peu d’énergie pendant le fonctionnement. Seule la lecture de fichiers MP3 (possible mais vraiment anecdotique, même si des écouteurs sont livrés avec le livre) permet de mettre à plat la batterie.

Ainsi, même si nous ne sommes pas encore en présence du livre électronique parfait, on commence avec ce Cybook à toucher du doigt une solution qui pourrait effectivement s’avérer plus agréable que le bon vieux livre papier qui a traversé les siècles depuis Gutemberg. Une fois passé le sentiment (réellement perturbant) de ne pas sentir le volume des pages filer entre les doigts à chaque chapitre, on se surprend à penser que la lecture est finalement moins fatiguante sur l’eBook que sur le livre originel. Reste tout de même, au delà de l’aspect pratique et technique, une question sociale et psychologique du rapport au livre à laquelle nous avons du mal à répondre.

Sommes-nous vraiment prêts à remplacer ces étagères de livres qui définissent qui nous sommes et nous offrent un décor familier par un objet universel sans âme propre qui se gave uniquement de fichiers électroniques ?

C’est finalement la même question pour tous les objets culturels. Sommes-nous prêts à remplacer une discothèque de vynils ou de CD par une librairie immatérielle de fichiers MP3 ?

Chacun répondra à cette question avec sa propre expérience et sa propre psychologie.

Conclusion : Vendu 441 € ttc avec 24 livres de l’éditeur M21 Editions (pack Digibook Pro), le Cybook Gen3 est sans aucun doute trop cher pour ceux qui doutent de souhaiter l’utiliser quotidiennement, ou qui ont la patience d’attendre de prochaines générations de livres électroniques en couleur et plus rapides. Pour les amateurs de gadgets et les gros lecteurs, le Cybook permet vraiment de rentrer dans l’ère des livres électroniques avec une solution déjà agréable à utiliser au quotidien, au moins autant que les livres papier pour peu que l’on mette de côté son amour de l’objet.

Les +

+ Confort de lecture
+ Personnalisation et interactivité
+ Poids plume
+ Intégration parfaite avec Mobipocket
+ Extension de mémoire par cartes SD

Les –

– Absence de rétroéclairage
– Monochrome
– Lenteur du système dans les menus
– Encore un peu trop large pour une utilisation vraiment nomade

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés