Nicolas Sarkozy aurait-il peur de froisser son ami Martin Bouygues concernant la licence 3G ? Ne faisons pas les mauvaises langues. Il n’empêche qu’en recollant les pièces une à une…

Rappelez-vous, Free demandait des facilités de paiement pour s’octroyer la quatrième licence 3G. Tous les ministres étaient d’accord, bien contents de trouver un candidat pour cette licence dont personne ne voulait car trop chère. Mais de leur côté, SFR, Orange, et Bouygues affichaient leur mécontentement pour cette faveur dont ils n’avaient pas bénéficié. La jalousie poussait même le PDG de SFR à envisager de traîner l’affaire devant le tribunal pour rupture d’égalité. La décision finale, hautement stratégique, reposait donc entre les mains du président.

Mais on apprend du journal Les Echos que le conseil d’Etat vient d’être saisi pour qu’il donne son avis sur l’affaire, histoire de voir quelles implications aurait l’attribution de cette quatrième licence à Free. L’intention est on ne peut plus claire. De toute façon, le gouvernement sera obligé d’accorder ces facilités de paiement. Alors, afin de préparer le terrain et de mieux faire passer la pilule aux trois autres opérateurs, il va essayer de se munir d’arguments pour leur prouver que l’arrivée de Free sur le marché leur sera profitable.

Il est plutôt cocasse que notre président prenne ses précautions lorsqu’une décision risque de ne pas plaire aux gros opérateurs téléphoniques, dont Bouygues, alors qu’il lançait sur un coup de tête et sans consultation préalable sa mesure de suppression de publicités hautement profitable pour TF1 (dont Bouygues est propriétaire). Hop, nous n’avons rien dit ;)

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés