Google lançait le mois dernier Sky, un outil supplémentaire dans Google Earth permettant de parcourir le ciel à partir d’images fournies par le télescope de la NASA Hubble. Il devenait alors possible de voyager entre les planètes, de visiter la lune, de repérer les constellations ou de zoomer sur les étoiles de la même manière que vous auriez fait pour votre domicile avec Google Earth.

Comme si cela ne suffisait pas, le portail souhaite maintenant décrocher la lune. Google promet 30 millions de dollars à la première compagnie privée qui réussira à envoyer un engin sur notre satellite et le faire rouler sur 400 mètres. Les conditions du concours imposent que l’engin puisse prendre des photos et la vidéo de son périple.

Ce n’est pas la première fois qu’un tel concours est lancé, et X Prize, avec lequel Google s’est associé, avait déjà offert 10 millions de dollars à une organisation non gouvernementale pour avoir envoyé un véhicule habité dans l’espace.

Si la tendance se veut donc à la « privatisation » de la conquête spatiale, Google souhaite être assis aux premières loges. L’idée paraît peut être un peu folle, mais ses fondateurs placent peut être dans Google Earth une ambition si grande qu’elle les pousserait à rivaliser avec les missions spatiales gouvernementales rien que pour remplir l’application. Peut être le moteur de recherche enverra dans quelques années ses propres robots sur Europa – le satellite de Jupiter dont la surface glacée est soupçonnée d’abriter des organismes vivants – rien que pour être le premier portail sur le référencement de la vie extra-terrestre.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés