Il fut un temps où le disque dur était le candidat idéal pour stocker de larges volumes d'information. Mais avec l'émergence du SSD, cette assertion est de plus en plus discutée. En effet, il existe déjà des disques SSD (comme celui de Samsung, qui atteint 16 To) qui affichent une capacité d'enregistrement nettement supérieure aux disques durs les plus larges (à l'image de Western Digital et son produit de 10 To).

Et à en croire l'un des responsables de Toshiba, le fossé va continuer à se creuser entre les disques SSD et les disques durs. Selon lui, les disques durs devraient atteindre une capacité de stockage de 20 à 40 To d'ici 2020. Du côté des disques SSD, la progression va être plus rapide : il estime que le plafond des 32 To sera atteint en 2016, puis 64 To en 2017 et 128 To en 2018.

Le succès des disques SSD est dû à plusieurs facteurs.

Outre un prix au gigaoctet qui a fondu comme neige au Soleil en quelques années, ce qui a permis de concevoir des produits capables de contenir de plus en plus de données, les disques SSD ont des avantages évidents par rapport aux disques durs : ils ne font pas de bruit, leur temps d'accès est très court, la fragmentation ne les affecte pas, la vitesse de lecture / écriture est plus rapide…

( photo : CC BY Yutaka Tsutano )

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés