Facebook a recruté un ancien président de la FCC, le régulateur des opérateurs télécoms aux USA, pour défendre son programme Internet.org qui vise à porter atteinte à la neutralité du net partout dans le monde, en offrant un accès gratuit à une toute petite partie du net. Pour Mark Zuckerberg, il s'agit de défendre une "discrimination positive" en faveur de l'accès, plutôt qu'une égalité qui empêche tout accès.

Alors que Facebook est sévèrement critiqué pour l'atteinte à la neutralité du net qu'il provoque dans les marchés émergents avec son programme Internet.orgThe Verge annonce que la firme a recruté Kevin Martin, qui avait dirigé la Federal Communications Commission (FCC) entre 2005 et 2009.

Nommé commissaire du régulateur américain des télécommunications par George Bush en avril 2001, Kevin Martin aura en charge de définir la politique mobile et d'accès mondial de Facebook, donc de chapeauter le programme Internet.org sur lequel Facebook fonde beaucoup d'espoir. Sous prétexte de donner accès à internet aux milliards d'individus qui en sont encore privés à travers le monde, Internet.org propose à des opérateurs mobiles de prendre à leur charge l'accès gratuit à quelques services en ligne nécessitant peu de bande passante, tandis que les autres services restent payants. L'application est créée et gérée par Facebook, qui détermine seul les règles d'accession au programme.

En tant que président de la FCC, Kevin Martin avait eu une attitude ambigu sur la neutralité du net, s'opposant au bridage du P2P mis en place par Comcast, mais acceptant que AT&T fasse entorse à la neutralité. En 2005, le lendemain-même où les opérateurs AT&T et BellSouth annonçaient leur intention de donner la priorité à certains services par rapport à d'autres, il avait dit ne pas être décidé à "adopter des règles qui interdiraient des comportements anti-concurrentiels, car il n'y a pas eu de preuve significative qu'il y a un problème" avec le comportement des FAI. Beaucoup plus récemment, il s'est opposé aux nouvelles règles adoptées par la FCC, qui veut imposer le respect de la neutralité du net aux Etats-Unis.

DE LA DISCRIMINATION POSITIVE SUR LE NET, SELON FACEBOOK

Le discours que portera Kevin Martin à travers le monde a pu être entendu au début du mois dans une vidéo passée trop inaperçue, dans laquelle Mark Zuckerberg défendait Internet.org et son atteinte à la neutralité du net.

"En son coeur, la neutralité du net c'est empêcher la discrimination", expliquait le fondateur de Facebook. "Mais notre société reconnaît qu'empêcher seulement la discrimination n'est pas suffisant. (…) Nos pays ont des lois contre la discrimination. Mais nous avons aussi des lois pour s'assurer que nous faisions plus pour investir dans des groupes tels que les femmes ou les minorités. La même chose s'applique à la connexion universelle et à la neutralité du net".

"Certains pourraient argumenter en faveur d'une définition extrême de la neutralité du net, qui dit que c'est en quelque sorte mauvais d'offrir le moindre service supplémentaire pour aider les non-connectés".

"Mais une définition plus raisonnable de la neutralité du net est plus inclusive. L'accès veut dire des opportunités. La neutralité du net ne devrait pas empêcher l'accès. Nous avons besoin des deux. Ce n'est pas un internet égal si la majorité des gens ne peuvent pas participer. Notre but avec Internet.org est d'aider tout le monde à être connecté".

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés