Johnathan Nightingale, qui était en charge de Firefox chez Mozilla, a annoncé son départ de la fondation qui édite le navigateur open-source. Mozilla souhaite désormais se concentrer sur les services en ligne.

Mozilla vit une période troublée, qui sonne comme l'ouverture d'un nouveau chapitre. Après le surprenant départ de Tristan Nitot qui avait participé à la création de l'éditeur de logiciels libres en 2003, c'est Johnathan Nightingale, le vice-président en charge du navigateur Firefox, véritable homme clé de Mozilla, qui a annoncé sa démission effective au 31 mars prochain.

"J'ai besoin de faire une pause", a-t-il écrit aux employés de Mozilla, après huit années passées dans la maison. Il assure ne pas savoir de quoi sera fait son avenir, et prend soin de soutenir très chaleureusement Chris Beard, le nouveau PDG de Mozilla, qui avait hérité du trône après la démission de Brendan Eich, dont la nomination avait elle-même provoqué la démission de la moitié du conseil d'administration de Mozilla. "Je dois le dire, le fait d'avoir Chris sur le siège est l'une des choses qui me donne le plus confiance", assure-t-il. "Je ne savais pas ce que donnerait Mozilla avec Chris à sa tête, mais mon PDG en 2014 a été une personne qui nous a poussé moi et mon équipe à faire un travail meilleur, plus intelligent, à mesurer nos résultats, et à garder les être humains qui utilisent nos choses au centre de toutes les conversations. En fait, toute l'équipe senior m'a éblouie par son talent et son dévouement". 

En réponse, Chris Beard s'est fendu d'un billet beaucoup moins personnel et chaleureux, qui éclaire sous un autre jour le départ de Johnathan Nightingale.

CAP SUR LE CLOUD

"Récemment, nous avons exploré la manière dont nous pouvons intégrer les logiciels clients sur bureaux et mobiles avec des approches de services en cloud qui feront évoluer ce que Firefox peut faire pour les gens", écrit-t-il. "Pour soutenir cette vision, c'est une période super pour confier le leadership à quelqu'un qui a une grande expérience dans le mobile et les services de cloud".

Les clés de Firefox sont donc confiées à Mark Mayo, qui dirigeait déjà les services de cloud de Mozilla depuis quatre ans, avec principalement Firefox Sync, Mozilla Marketplace, son service de géolocalisation, Firefox Accounts, et les services en ligne intégrés à Firefox OS.

Avec le cap désormais mis sur les services en ligne, qui rend le navigateur moins stratégique, Mozilla devrait continuer à faire des compromis sur les valeurs du logiciel libre dont il était le porte-étendard. La Fondation en a déjà fait plusieurs, notamment en acceptant d'intégrer le support des DRM pour HTML5 dans Firefox, ou en annonçant un Firefox sur iOS qui ne pourra pas utiliser son moteur Gecko, mais devra utiliser le WebKit d'Apple. "Nous avons besoin d'être où sont nos utilisateurs, donc nous allons avoir Firefox sur iOS", avait écrit Nightingale.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés