Plus le virus Ebola fait des milliers de mort et peine à être endigué par les autorités sanitaires, plus les propriétaires du domaine Ebola.com se frottent les mains. Ils ont déjà approché d'éventuels acheteurs pour revendre le domaine qu'ils avaient réservé depuis 2008, dans l'espoir d'une telle épidémie mortelle.

"Il n'était pas possible de confirmer au moment de la publication si les mères respectives de Shultz et Hood sont gênées par le fait que leurs fils soient de tels détritus humains opportunistes qui profitent de la peur des autres et n'apportent rien de valeur à la société". Le commentaire d'une rare violence est signé du blog Factually, qui rapporte qu'une société américaine basée dans le Nevada, Blue String Value, a enregistré le nom de domaine Ebola.com en 2008, en espérant qu'une épidémie lui donne un jour de la valeur marchande.

Six ans plus tard, CNBC indique que les deux fondateurs de la société, le PDG Jon Schultz et son associé Chris Hood, ont décidé de mettre en vente Ebola.com pour 150 000 dollars, voire encore davantage si l'épidémie venait par chance à prendre de l'ampleur. Actuellement, la maladie a déjà fait plus de 3 800 morts, mais elle menace à tout moment de prendre une dimension exponentielle.

"Ebola.com serait un formidable nom de domaine pour une entreprise pharmaceutique qui travaille sur un vaccin ou un remède, une entreprise qui vend des fournitures en cas de pandémie ou de préparation aux catastrophes, ou pour une entreprise médicale qui souhaite fournir des informations et faire la publicité de services", vante John Schultz. Son entreprise a mandaté DigitalDNA pour démarcher des prospects dans l'industrie médicale et pharmaceutiques.

Commerce de la mort

L'entreprise s'est faite une spécialité de parier (très peu cher, un domaine valant à peine plus d'une dizaine de dollars par an) sur les réflexes de peur des internautes, qui les conduisent à aller chercher des informations. Blue String Value possède ainsi BirdFlu.com pour couvrir la grippe aviaire, Fukushima.com pour renseigner sur la catastrophe nucléaire, ou encore PotassiumIodide.com. Ce dernier permettra de se renseigner sur l'iodure de potassium, un composé chimique utilisé en médecine  pour saturer la thyroïde d'iode non-radioactif, ce qui sera très recherché le jour où se produira une attaque terroriste ou un accident nucléaire.

Actuellement, Ebola.com n'est composé que d'une page page très maigre en informations médicales, qui renvoient vers quelques articles de presse. La page propose de faire un don à Médecins Sans Frontières, et affiche un module publicitaire d'Amazon pour acheter des livres au sujet d'Ebola.

Comme le rappelle CNBC, il n'est pas rare que des industries pharmaceutiques s'approprient les noms de domaine liés à des maladies. C'est par exemple Johnson & Johnson qui possède Cancer.com.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés