Lors d'une intervention devant des acteurs de la Silicon Valley, Barack Obama a rappelé son attachement à la neutralité du net, en demandant à nouveau que ne soit pas créé un "Internet à plusieurs vitesses".

Barack Obama réalisait jeudi une séance de questions / réponses dans une pépinière de start-ups en Californie, au cours de laquelle il a pu réaffirmer son attachement à la neutralité du net. Le président des Etats-Unis avait fait de la neutralité du net un thème de campagne pour sa réélection en 2010, mais la traduction politique est fortement brouillée par la proposition faite par la Commission Fédérale des Communications (FCC) de créer un internet à deux vitesses, selon que les expéditeurs des paquets seraient puissants ou misérables.

La proposition a généré un nombre record de commentaires sur le site de la FCC, et généré un flot d'appels téléphoniques ingérable vers le Congrès, en partie grâce au fait que le débat sur la neutralité du net aux Etats-Unis a dépassé le cercle des initiés, pour devenir un sujet plus grand public. Grâce, notamment, au sketch hilarant de John Oliver.

Barack Obama a donc dû rappeler sa promesse de campagne, qu'il a plusieurs fois répétée depuis :

"La neutralité du net est ce qui a libéré la puissance d'Internet, et nous ne voulons pas perdre ça, ou obstruer les tuyaux", a-t-il répondu lorsqu'il a été interrogé sur le sujet. "Il y a beaucoup d'aspects à la neutralité du net. Je sais que l'une des choses qui inquiète le plus les gens, c'est la priorisation monétisée. La notion qui veut qu'en quelque sorte, certains peuvent payer un peu d'argent et avoir un meilleur service ou un accès exclusif aux consommateurs, à travers Internet. C'est quelque chose contre lequel je suis opposé. J'y était opposé en tant que candidat, j'y reste opposé maintenant".

Le président américain a rappelé que "la FCC est une agence indépendante", et qu'elle est donc libre de fixer les règles qu'elle estime utiles. Mais il a aussi rappelé qu'il avait lui-même désigné Tom Wheeler pour la diriger. "Il sait ma position. Je ne peux pas dire où il en est. Je ne peux pas l'appeler et lui dire quoi faire. Mais j'ai été clair, avec la Maison Blanche, sur le fait que quelles que soient les règles finales qui émergent, nous devons nous assurer de ne pas créer un internet à deux, trois ou quatre vitesses. C'est une de mes grandes priorités".

Barack Obama a par ailleurs estimé que la neutralité du net était un sujet plus simple à trancher que la question des droits d'auteurs ou des brevets, remplie de contradictions. "Concernant la propriété intellectuelle, c'est un sujet plus compliqué", a-t-il rappelé. "Vous avez une communauté technologique divisée, des gens qui sont dans des camps opposés, et parfois dans la même société, vous avez des gens qui veulent qu'on protège leur propriété intellectuelle à eux, mais qui se sentent libres de streamer la propriété intellectuelle d'un autre".

Partager sur les réseaux sociaux

Plus de vidéos