Lundi soir lors de l'ouverture des débats sur le projet de loi de lutte contre le terrorisme, qui prévoit notamment la censure sur ordre de l'Etat des sites faisant l'apologie du terrorisme, les députés ont justifié la mesure par l'état de "guerre" dans laquelle la France serait plongée. Ou comment le blocage doit servir à la contre-propagande de guerre.

"Nous sommes en guerre". Lors de la discussion générale à l'Assemblée Nationale sur le projet de loi de lutte contre le terrorisme présenté par Bernard Cazeneuve, l'expression est revenue lundi soir à de nombreuses reprises, pour justifier les mesures d'atteintes aux libertés prévues par le texte. Si la formule a surtout été prononcée par la droite de l'hémicycle, le gouvernement et la majorité ne l'ont pas contestée, loin s'en faut. Les débats doivent donc reprendre ce mardi soir, dans une inquiétante ambiance belliqueuse de renoncement à nos propres valeurs, signe ultime de la victoire du terrorisme qui, par la peur, parvient à faire reculer les libertés.

"Monsieur le ministre, notre pays est en guerre", entama ainsi le député UMP Eric Ciotti. "Notre pays est en guerre contre le terrorisme et contre l’expression qu’il revêt aujourd’hui : celle du fanatisme religieux et de l’extrémisme, celle qui arbore le visage de l’État islamique. (…) Face à cette situation de guerre, nous devons manifester notre unité".

Pierre Lellouche (UMP) jugeait en effet la situation similaire à la première guerre mondiale. "Seule s’impose, comme ici même il y a un siècle, l’union sacrée de toute la représentation nationale, de tous les républicains, face à ce qu’il faut bien appeler une guerre. Cette guerre nous est imposée par une frange fanatique du monde musulman". "Il nous faut prendre conscience que nous n’en sommes qu’au début de cette guerre", a-t-il même ajouté.

"On vient de nous déclarer la guerre. La France, unie autour de son président et de son gouvernement, unie autour de son assemblée, saura y répondre", promettait à son tour Alain Tourret, député radical du Calvados.

Des formules similaires ont été prononcées par les députés UMP Guillaume Larrivé ("Un ennemi nous a déclaré la guerre. Cet ennemi, il faut le nommer, il faut le regarder pour ce qu’il est, il faut le combattre : c’est l’islamisme radical armé, le djihadisme, qui veut détruire, par la terreur la plus barbare, nos sociétés démocratiques"), Jacques Myard ("La réalité est simple et tragique, comme l’Histoire : nous sommes en guerre"), Thierry Mariani ("La France peut considérer qu’elle est en guerre contre le terrorisme"), ou encore Xavier Bertrand ("Nous sommes en guerre. Nous sommes en guerre contre le terrorisme, nous sommes en guerre contre le terrorisme djihadiste").

"SAVOIR SUSPENDRE LES LIBERTES DEMOCRATIQUES"

Ainsi les choses sont claires. Il n'est pas de guerre sans propagande de guerre, où chaque camp défend sa conviction d'être dans celui du bien et de combattre le camp du mal. Il faut mobiliser ses troupes et faire accepter à son peuple les efforts de guerre. Les pertes de libertés en font partie.

Il n'est pas non plus de propagande de guerre sans contre-propagande. Il faut répondre avec force à la propagande de l'adversaire. Or au 21ème siècle, cela consiste notamment à contrôler les réseaux sociaux que peut utiliser l'ennemi, et à bloquer l'accès aux sites web qui leur permettent de faire connaître non seulement leurs actes de guerre les plus atroces, mais aussi leurs motivations qui peuvent apporter des nuances que le manichéisme d'une guerre ne saurait tolérer.

Alain Tourret l'expliquait très bien lundi soir, en convenant qu'il fallait "suspendre des libertés démocratiques" au nom de cette guerre contre les terroristes. "Je n’ai pas dit « supprimer », j’ai dit « suspendre » ! Nous avons su, dans notre histoire, suspendre à un moment donné les libertés démocratiques. Celles-ci, en effet, ne peuvent pas avoir le même contenu en temps de paix et en temps de guerre. Or la guerre nous a été déclarée."

C'est aussi l'avis de Philippe Goujon (UMP). "Puisque la guerre a lieu aussi sur internet, la responsabilisation des hébergeurs de sites quant aux contenus publiés ainsi que la procédure de blocage prévue par ce projet de loi démontrent qu’internet ne saurait constituer une zone de non-droit (…) Ne laissons subsister aucune faille dans notre arsenal juridique pour gagner la guerre contre le terrorisme et la barbarie".

C'est le député Alain Marsaud (UMP) qui laissa le plus éclater la franchise, dans un discours qui a gêné jusqu'à son propre camp. Il reprocha au ministre Bernard Cazeneuve d'avoir cherché à expliquer "que vous n’étiez pas en train de vous asseoir sur les libertés individuelles et les libertés publiques", alors que "ce n’est pas là le procès que nous vous ferons, bien au contraire !".

"Vous m’invitez à m’asseoir sur les libertés pour faire en sorte que la sécurité soit assurée dans notre pays. Tant que ce gouvernement sera en situation de responsabilité et que je serai ministre de l’intérieur, ce ne sera jamais le cas", lui répondit Bernard Cazeneuve. En ne convaincant que les quelques députés présents dans l'hémicycle.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés