Lancés vendredi, les deux premiers satellites Galileo pleinement opérationnels ne sont pas sur la bonne orbite. ArianeEspace a détecté un décalage avec l'orbite visée.

Le lancement opérationnel du système de navigation européen Galileo devrait prendre du retard, d'une ampleur pour le moment inconnue. Dans un premier temps, ArianeEspace s'était félicité du succès du lancement des deux satellites Galileo "Doresa" et "Milena", en écrivant dans un communiqué qu'il s'agissait d'une nouvelle "mission accomplie" pour le Soyouz propulsé depuis la base de Kourou. Mais la société française, qui avait décalé le lancement d'une journée en raison de mauvaises conditions météo, est revenue vendredi sur ses déclarations.

"Des observations complémentaires rassemblées après la séparation des satellites Galileo FOC M1 du Vol Soyouz VS09 ont mis au jour une contradiction entre l'orbite visée et atteinte", indique sobrement ArianeEspace. "Des investigations sont en cours. Davantage d'informations seront fournies après une première analyse des données de vol", qui doit avoir lieu ce samedi.

L'Agence Spatiale Européenne (ESA), à qui appartiennent les satellites Galileo, a indiqué pour sa part qu'elle menait une enquête sur les "potentielles implications (du décalage d'orbite) sur sa mission". Les risques que les satellites deviennent de nouveaux déchets de l'espace sans intérêt sont toutefois limités. Comme l'explique le site du CNES, il est toujours possible de modifier la trajectoire d'un satellite.

"Beaucoup de corrections de trajectoires se font grâce aux moyens de propulsions, souvent chimiques, des satellites. Les manœuvres les plus importantes comme la circularisation d’orbite utilisent des moteurs puissants, comme les moteurs d'apogée ; les manœuvres plus faibles de mise à poste fine ou de maintien à poste utilisent des moteurs plus petits", explique le CNES. Toutefois, "la consommation en ergols nécessaires à ces opérations est un facteur déterminant dans la durée de vie du satellite : lorsqu’il n’a plus d‘ergols, il devient incontrôlable et donc inutilisable".

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés