Protéger sa propriété intellectuelle n'est pas toujours une bonne idée. La société suédoise IKEA pourrait en faire l'expérience après avoir poussé l'excellent site IKEA Hackers à fermer bientôt ses portes.

Depuis huit ans, la blogueuse Jules Yap anime un blog génialement créatif baptisé IKEAHackers, qui se propose de montrer comment les meubles et autres gadgets vendus par IKEA peuvent être utilisés pour en faire tout autre chose que ce pour quoi ils sont destinés, et qui donne plus modestement des idées de personnalisation pour rendre unique ce qui est vendu à des millions d'exemplaires dans le monde.

Vous trouverez ainsi sur son site comment créer une lampe RGB à partir d'un porte-bougie IKEA NÄSSJÖ, comment optimiser au maximum l'espace dans une chambre d'étudiant avec un lit-commode tout à fait ingénieux, comment transformer un meuble de cuisine pour en faire une litière pour chat inodore destinée au salon, etc., etc.

En 8 ans, IKEAHackers est devenu une véritable communauté de bricoleurs et d'artistes qui s'échangent leurs tuyaux et nourrissent ensemble leur créativité. Le tout pour le plus grand bonheur d'Ikea qui en est la marque de référence, et le fournisseur de tous les matériaux de base.

Vers un nouveau site… sans Ikea ?

C'est en tout cas ce que l'on croyait. Car Jules Yap a fait savoir samedi qu'elle avait reçu il y a plusieurs mois un courrier d'IKEA lui ordonnant d'abandonner son site et de transférer à la firme suédoise la propriété du nom de domaine IKEAHackers.net. "Après de longues négociations entre leur agent et mon avocat, j'ai le droit de garder le nom de domaine IKEAhackers.net seulement à la condition qu'il soit non commercial, ce qui veut dire aucune publicité d'aucune sorte", résume-t-elle. La seule publicité qu'elle a le droit de faire est celle pour Ikea.

Sous la contrainte, la blogueuse a accepté cette condition le temps de créer un autre site internet qui ne sera sans doute plus à la gloire unique d'IKEA, mais qui continuera dans le même esprit à communiquer des astuces DIY pour les amateurs de bricolage.

Il n'est pas du tout sûr qu'au final, IKEA sorte gagnant d'une telle protection abusive de sa propriété intellectuelle. Qui sait, ce pourrait même aider à populariser les meubles open-source.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés