C'est une information qui nous avait échappée et qui est probablement par sa symbolique la plus choquante de tout le débat DADVSI. Sylvie Forbin, lobbyiste de Vivendi Universal sur le projet de loi DADVSI, a reçu le 20 juin les insignes de Chevalier de l'Ordre National du Mérite.

Peut-il y avoir plus démonstratif de l’état de pourrissement du débat sur le projet de loi sur le droit d’auteur et les droits voisins dans la société de l’information ? Quand le gouvernement décore au nom de la France une personne privée payée par une multinationale pour dicter la loi aux ministres, l’état de santé de la démocratie paraît bien mal-en-point.

PC INpact nous apprend en effet que, le 20 juin, la ministre déléguée aux Affaires européennes Catherine Colonna >a remis à Sylvie Forbin les insignes de Chevalier de l’Ordre National du Mérite. Ancienne haute fonctionnaire européenne, Madame Forbin est depuis 2001 chargée du lobbying de Vivendi Universal. C’est notamment sous sa plume qu’auraient été rédigés les fameux « amendements Vivendi » qui font planer un risque juridique considérable sur les éditeurs de logiciels de P2P.

« J’en suis bien consciente« , plaisante la ministre, « les dirigeants de Vivendi Universal n’ont pas fait appel à vous pour que vous leur expliquiez enfin les mystères de la codécision ou que vous leur révéliez les secrets de la comitologie« . « Ils vous ont appelée avant tout pour votre compétence et votre influence« , estime-t-elle avant de préciser sa pensée. « Ce travail d’influence, vous avez eu l’occasion de l’accomplir récemment sur un sujet qui a mobilisé la France entière, de Charles Aznavour à l’internaute militant. Je veux bien entendu parler du projet de loi relatif aux  » droit d’auteur et droits voisins dans la société de l’information « , la loi  » iPod  » comme l’appelle le Herald Tribune« .

Et pour la remercier d’avoir ainsi influé sur lui-même, le gouvernement par la voix de Catherine Colonna lui propose à mots à peine couverts une future promotion. Sophie Fortin a été à plusieurs reprises nommée à la Représentation permanente de la France lorsque le pays a pris la présidence de l’Union Européenne. « On vous a laissée tranquille pendant la présidence française en 2000, mais je ne garantis rien pour la prochaine présidence, en 2008 !« , se félicite d’avance la ministre du gouvernement.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés