La NSA s'intéresse aussi aux SMS. De nouveaux documents consultés par la presse anglo-saxonne révèlent que l'agence nationale de sécurité américaine récupère chaque jour des millions de textos, sans forcément savoir quoi en faire.

De nouveaux détails sur l'étendue du programme de surveillance électronique mis en place par la NSA viennent d'être publiés dans la presse anglo-saxonne. Selon les derniers documents confidentiels sortis par Edward Snowden, et publiés par le Guardian, l'agence nationale de sécurité américaine récupère chaque jour près de 194 millions de SMS dans le monde.

Baptisé "Dishfire", le programme de la NSA pour les SMS révèle une fois encore l'approche particulière des Américains en matière d'espionnage. Ces derniers essaient de tout enregistrer, sans nécessairement savoir ce qu'ils cherchent. Mais ils continuent, au cas où une information pourrait servir plus tard et craignant de passer à côté d'un élément capital, bien que cette stratégie n'a pas permis de stopper le terrorisme.

Comme l'expliquait Jean-Jacques Urvoas dans une expression restée célèbre, les Français pêchent "au harpon", tandis que les Américains pêchent "au filet". Dit autrement, les Français se montreraient plus précis dans leur quête de renseignements, bien que cette tactique ciblée traduit aussi un manque de moyens.

Dishfire est capable de récupérer de nombreuses informations. Cela inclut les mots de passe, les transactions financières, les appels en absence, les données de géolocalisation, les informations liées à des voyages ou encore les informations d'itinérance (roaming).

Qu'il s'agisse de textos envoyés entre individus ou automatiques transmis par un service, le programme ratisse aussi large que possible. Mais du fait de la stratégie américaine en matière d'espionnage, la NSA collecte inévitablement des informations sur des personnes qui ne sont absolument pas mêlées à la moindre activité terroriste.

Cette nouvelle révélation a conduit la NSA et son plus fidèle allié, le GCHQ britannique, à s'exprimer pour défendre la légalité et l'utilité de leur mission. "Le travail du GCHQ est conduit en conformité avec un cadre politique et juridique strict qui garantit que nos activités sont autorisées, nécessaires, proportionnées et qu'il y a une supervision rigoureuse", a expliqué l'agence britannique.

"Les activités de la NSA sont concentrées et orientées contre – et seulement contre – des cibles valides situées à l'étranger et répondant à des besoins de renseignement", a réagi la NSA. Affirmant à son tour qu'il s'agit d'un programme légal, l'agence assure qu'elle efface les données superflues concernant les Américains mais aussi les citoyens étrangers, dès que possible.

Cette nouvelle publication concernant les activités de renseignement de la NSA survient au moment où Barack Obama doit annoncer une réforme des programmes de surveillance employés par les USA.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés