Les jeunes générations s'adaptent à la lecture d'un livre au format numérique. C'est ce que révèle une enquête menée aux USA. Celle-ci indique que les enfants sont de plus en plus nombreux à privilégier la tablette ou le smartphone pour lire un livre plutôt que sa version en papier.

Dans un monde où les technologies de l'information et de la communication s'imposent partout dans la société, l'avenir des livres en papier est-il compromis ? C'est ce que suggère une étude américaine, dont les principales conclusions ont été rapportées par ActuaLitté. L'enquête, qui s'appuie sur le témoignage des parents, laisse entendre que la lecture numérique est privilégiée par les jeunes générations.

D'après le sondage, plus de la moitié (54 %) des enfants souhaite avoir la version dématérialisée d'un livre en papier qu'ils possèdent. Les deux tiers (67 %) ont été convertis à la lecture au format numérique. L'année précédente, ils n'étaient "que" 54 %. Il s'agit, selon ActuaLitté, des enfants âgés de treize ans et moins. Les natifs numériques n'ont jamais aussi bien porté leur nom.

La conversion des plus jeunes à la lecture numérique n'est pas une surprise. Tout semble fait en effet pour les orienter dans cette direction, volontairement ou non. Des tablettes spécialement conçues pour les enfants sont commercialisées (comme la Vinci Genius pour les moins de quatre ans ou la ChildPad d'Archos). Celles-ci, à défaut de proposer des fonctionnalités pour la lecture, habituent l'enfant à leur présence.

En outre, il n'est pas rare de voir des enfants demander une tablette à Noël (comme l'iPad), sans doute par mimétisme comportemental, soit parce qu'ils ont vu les adultes s'y mettre aussi, soit parce qu'ils ont appris que leurs copains ou copines en ont une. Enfin, l'influence de l'éducation nationale est aussi à prendre en compte, dans la mesure où la tablette peut constituer une solution pour alléger les cartables.

Toutes ces influences diverses expliquent, au moins en partie, pourquoi la lecture d'un livre au format numérique s'impose plus facilement chez les plus jeunes, à la différence des générations plus anciennes, qui sont habitués aux livres en papier.

Ces dernières ne sont pas réfractaires par principe à l'e-book, mais l'adaptation est plus lente. Ce n'est pas d'ailleurs par hasard que les individus plus âgés sont décrits comme des migrants numériques, puisqu'ils sont nés et ont grandi en dehors de ce nouvel univers, celui-ci n'existant pas à leur époque.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés