Le site de musique en ligne russe Allofmp3.com séduit de nombreux internautes par ses prix cassés, l'absence de DRM et son catalogue fourni. Mais sa légalité est plus que contestée par les professionnels. Le parquet de Moscou a engagé des procédures judiciaires.

Allofmp3 n’est pas un site pirate comme les autres. Le marchand russe assure à qui veut l’entendre que son activité est totalement légale et les internautes du monde entier le croient dans une large proportion. Parce qu’ils doivent payer, les utilisateurs ont l’impression d’être face à une boutique de musique en ligne comme les autres. Une étude publiée le mois dernier par le cabinet XTN Data a même conclu que AllofMP3 était la deuxième plate-forme la plus populaire derrière iTunes, avec 14 % de parts de marché !

Nous avons déjà souvent l’occasion d’évoquer la situation juridique très particulière du site russe. Sa maison mère MediaServices prétend bénéficier d’un accord avec une société de gestion collective dédiée au multimédia, la ROMS. Mais selon la Fédération Internationale de l’Industrie du Disque (IFPI), la ROMS « ne dispose d’aucun droit de la part des maisons de disques« . « AllofMP3 n’est pas un service légal, que ce soit en Russie ou n’importe où ailleurs« , assure à Out-law Lauri Rechardt, responsable des plaintes à l’IFPI. « Contrairement à tous les sites légitimes, il ne paye pas les artistes ou les ayant droits dont il vole effectivement ceux qui créent de la musique. Comme la plupart des choses qui semblent trop bonnes pour être vraies, AllofMP3.com n’est pas ce qu’il semble être« , ajoute-t-il.

Alors qu’on croyait les poursuites en Russie abandonnées à la faveur d’un vide juridique local, l’IFPI assure qu’un ancien dirigeant de MediaServices est poursuivi par le procureur de Moscou. Par ailleurs un actuel dirigeant de la société serait sous le coup d’une enquête, assure l’organisation qui représente 1450 membres répartis en 75 pays.

AllofMP3 a fait sa notoriété avec le catalogue international le plus large de toutes les offres payantes, des morceaux proposés en qualité lossless sans DRM, et des prix totalement cassés. A titre d’exemple l’album Dans ma bulle de Diam’s, proposé 9,99 € sur iTunes avec tous les DRM qui empêchent sa lecture sur un autre système que le couple iTunes/iPod, est vendu moins de 2 euros sur le site russe, en MP3 192 Kbps lisible partout. Il y a deux ans, Ratiatum mettait déjà en garde contre la très probable illégalité du service russe. Mais en deux ans le dogme du DRM, qui pousse pourtant les consommateurs vers des services illicites, n’a toujours pas bougé d’un pouce dans l’esprit des maisons de disques…

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés