Publié par Guillaume Champeau, le Mardi 19 Novembre 2013

La Bretagne invente l'impression 3D écolo à base d'algues

Le FabShop et la société AlgoPack, tous deux implantés en Bretagne, commercialiseront l'an prochain un substitut écologique au plastique, destiné aux imprimantes 3D, réalisé à base d'algues. 

Quiconque s'est intéressé à l'impression 3D sait qu'il existe aujourd'hui deux grands types de filaments de plastique utilisés en matière première pour l'extrusion : l'ABS (Acrylonitrile Butadiène Styrène), qui est le matériau dérivé du pétrole utilisé par exemple pour les LEGO et qui est le plus populaire dans l'industrie ; et le PLA (Polylactic Acid), qui est un matériau entièrement biodégradable, obtenu à partir de l'amidon de maïs. Mais contrairement aux apparences, ce dernier n'a rien d'écologique. Il participe au développement d'une agriculture non alimentaire très gourmande en eau, et son principal fabricant est situé aux Etats-Unis, où la culture de maïs OGM est autorisée.

Mais heureusement, la Bretagne veille. Le FabShop, basé près de Saint Malo, et la société malouine AlgoPack, ont en effet annoncé une collaboration visant à mettre sur le marché des bobines de filaments de plastique obtenu à partir des algues récoltées au pays des bonnets rouges. Ce sera le SWF (Seaweed Filament), annoncé pour le printemps 2014.

"En imaginant le SWF, nous avions pour ambition de révolutionner l’impression 3D qui constitue elle-même déjà une révolution. Nombre de technologies mettent des années à passer au vert. Nous, nous voulions dès à présent proposer une alternative intelligente en la matière", explique à Humanoïdes.fr Bertier Luyt, le fondateur de Fabshop. "L’algue nous est apparue comme une matière première intéressante et particulièrement adaptée à nos contraintes. Elle ne nécessite ni eau, ni pesticide, ni engrais pour sa croissance. Nous avons alors mis au point une formule compatible au process d’impression 3D qui devrait bientôt bouleverser la donne".

L'idée semble en effet tenir de l'évidence, puisque la société bretonne Algopack est précisément spécialisée dans la mise au point de matériaux alternatifs au plastique, à base d'algues brunes, qui ne nécessitent aucun engrais, ni pesticide, ni apport artificiel d'eau. Les algues récupérées sont transformées en granules, avec le moins de consommation d'énergie possible, puis en filament. Actuellement, Algopack propose un produit qui mixe plastique et algues à 50 % (Algoblend), et un autre produit 100 % à base d'algues, Algopack.

Publié par Guillaume Champeau, le 19 Novembre 2013 à 10h24
 
30
Commentaires à propos de «La Bretagne invente l'impression 3D écolo à base d'algues»
Inscrit le 05/04/2011
1589 messages publiés
Et le système est breveté, tout ça, tout ça ?

Et ça va nous coûter combien ?
Inscrit le 25/08/2009
1139 messages publiés
Les algues étaient pas polluantes aussi ?
Inscrit le 03/06/2010
76 messages publiés
J'ai pas trop compris la question.
Mais j'espère bien que ces algues sont bien celle qui polluent les plages, et que ce ne sont pas des algues cultivées à part, ça paraîtrait aberrant, dans le premier cas c'est vraiment tout bénéfique.

Edit : comme l'a précisé ulhgard ce sont les algues vertes qui polluent et pas brunes, donc c'est pas aussi bénéfique que je le pensais.
[message édité par calvin01 le 19/11/2013 à 11:53 ]
Inscrit le 04/06/2012
80 messages publiés
Les algues ne sont pas la cause de la pollution mais leur conséquence : certaines pollutions altèrent le milieu aquatique avec pour effet de favoriser la prolifération des algues.
Inscrit le 05/10/2011
2885 messages publiés
"à base d'algues brunes, qui ne nécessitent aucun engrais, ni pesticide, ni apport artificiel d'eau."
Mouais. Jusqu'à ce qu'on ait besoin de fournir des quantités industrielles d'algues...
Je vois déjà le truc : des types se mettraient à élever des algues dans des bassins aménagés exprès (donc nécessité d'apporter de l'eau), parce qu'aller les chercher en mer, ça coûte trop cher. Et pour augmenter le rendement : utilisation d'engrais. Puis, avec la concentration d'algues dans les bassins : développement de maladies (donc utilisation de pesticides). La boucle est bouclée.
Non ?
Inscrit le 03/06/2010
76 messages publiés
Oui, je le sens bien comme ça aussi. Mais tant que ce sont les algues qui polluent les plages il n'y a pas trop de quoi s'inquiéter.

C'est comme la plante qui était censée sauver une région d’Afrique parce qu'elle était très résistante et utilisable pour les «bio»-carburants. Sauf qu'à l'échelle industrielle elle était tout aussi fragile que les autres, et que du fait de sa meilleur rentabilité il y avait le risque qu'il n'y ait plus aucune culture pour nourrir les gens et donc dépendance complète des autres pays producteurs. Je ne retrouve plus le nom, et je ne sais pas ce qu'il en est devenu.
[message édité par calvin01 le 19/11/2013 à 11:31 ]
Inscrit le 05/10/2011
2885 messages publiés
Bof, je ne crois pas que les algues brunes polluent tellement les plages.
Inscrit le 05/04/2011
1589 messages publiés
Dommage que ce soient ces algues, justement.

les algues vertes, tueuses de chevaux, ç’aurait z'été tellement mieux !
Inscrit le 23/09/2008
1781 messages publiés
.
[message édité par anomail2 le 20/11/2013 à 09:57 ]
Inscrit le 31/03/2009
625 messages publiés
Non, effectivement ce sont les algues vertes. Les algues brune sont arrachées des rochers sur certaines zone de pêche.
A l'origine sa récolte était faite pour fabriquer de la soude en la brulant, je crois qu'aujourd'hui c'est surtout pour servir de gélifiant qu'elle est récolté, à vérifier.
Inscrit le 03/06/2010
76 messages publiés
ah ben ok, j'étais persuadé du contraire, merci.

Du coup ça fait moins rêver
[message édité par calvin01 le 19/11/2013 à 11:50 ]
Inscrit le 31/03/2009
625 messages publiés
Ou sinon on peut continuer à fournir des quantités industrielles de filament plastique qui lui a le mérite d’être non polluant.

Je veux bien que l'on puisse critiquer, mais là les mecs essayent de trouver une alternative au tout pétrole et il y a encore des commentaires négatifs.
J'ai un scoop, un produit au moins aussi abondant que le pétrole aussi facile à transformer et dont la culture ou la récolte n'aurait absolument aucun impact sur la nature cela n'existe pas.

Attendons de voir avant de formuler des critiques.
[message édité par ulhgard le 19/11/2013 à 11:44 ]
Inscrit le 31/03/2009
506 messages publiés
Apprécier l'idée ne signifie pas qu'on doit se garder de toute critique ou de toute circonspection a l’égard des dérives possibles.
Inscrit le 05/10/2011
2885 messages publiés
Si tu as correctement lu ce que j'ai écrit, tu remarqueras que je ne réponds pas du tout à un argument sur l'alternative au tout pétrole, mais à un argument sur l'impact de la solution sur la nature qui est déclaré nul, ce qui me paraît fallacieux. Ca paraissait assez évident que je répondais à ce point parce que j'ai pris la peine de citer ce à quoi je répondais.
Et puisqu'on en est à se donner des scoops, je vais t'en donner un également : c'est pas parce que des gars arrivent avec leur solution alternative à un problème qu'on doit les écouter la bouche en coeur et approuver tout ce qu'ils disent.
Attends autant que tu veux, moi j'ai envie de critiquer maintenant.
Inscrit le 31/03/2009
506 messages publiés
Moui, pourquoi pas.

C'est dommage que cela ne nécessite que les algues, brunes, ce sont les algues vertes qui posent problème. Mais pour le moment, je crois qu'on sait pas trop en quoi les transformer...
Inscrit le 05/10/2011
2885 messages publiés
Oui, mais même si on trouvait un moyen de recycler les algues vertes, ça ne réglerait pas le problème sous-jacent.
Ce serait un peu comme mettre du déo après le sport pour ne pas trop sentir, au lieu de prendre un douche.
Inscrit le 22/05/2012
314 messages publiés
Oui ou d'essayer de trouver un remède au cancer plutôt que de remettre en cause l’hygiène de vie.
Inscrit le 05/10/2011
2885 messages publiés
"Le cancer", c'est vague.
Inscrit le 22/05/2012
314 messages publiés
Si on devait lister tous les cancers possibles...
Inscrit le 05/10/2011
2885 messages publiés
Ouais t'as raison. Du coup, c'est plus simple de dire "le cancer" et d'y attribuer une seule cause vague.
[message édité par milord le 19/11/2013 à 13:53 ]
Inscrit le 22/05/2012
314 messages publiés
J'ai jamais dit qu'il n'y avait qu'une seule cause. Chaque cancer a sa cause.
Je généralise. Pour chaque cancer, on essaye de le soigner plutôt que de se battre contre ce qui le provoque. Le but ultime de notre médecine contemporaine est de pouvoir soigner les cancers, qui n'existeraient pas si on vivait de manière plus saine.
Inscrit le 05/10/2011
2885 messages publiés
"Je généralise."
Sans déc ?

"Le but ultime de notre médecine contemporaine est de pouvoir soigner les cancers, qui n'existeraient pas si on vivait de manière plus saine."

N'importe quoi...
Inscrit le 22/05/2012
314 messages publiés
Et d'où viennent les cancers si ce que je raconte c'est n'importe quoi?
Tu crois que tu attrapes un cancer comme tu attraperais une grippe?
La majorité des cancers sont provoqués par notre environnement. Ce que nous respirons, ce que nous mangeons, les contacts avec divers produits ou technologies en sont la cause.
Pourquoi y a t'il plus de cancers de la thyroide près des centrales nucléaires? Pourquoi des rapports prouvent que le diesel ou des gaz aérosols sont cancérigènes? Et dans la nourriture des tas de substances sont cancérigène. Et tout ça c'est sans parler des produits consommés volontairement comme la clope.
[message édité par VosslerTux le 19/11/2013 à 14:39 ]
Inscrit le 05/10/2011
2885 messages publiés
"La majorité des cancers sont provoqués par notre environnement."

Après avoir dit :

"[...]les cancers, qui n'existeraient pas si on vivait de manière plus saine."

Inscrit le 22/05/2012
314 messages publiés
Bah bien sûr, il y a toujours des exceptions à la règle. Comme tu le soulignais je disais la MAJORITÉ. Aujourd'hui mourir d'un cancer est tout à fait plausible, même si tu fais attention à ce que tu consommes, hors ça devrait être exceptionnel, limite impensable.
Bref on tourne autour du pot. Ce que je disais c'est que le cancer est une conséquence et non une cause. Dans cette société de consommation les causes on s'en fou tant que l'on peut consommer. Guérir le cancer revient à dire, cool on peut continuer notre vie de merde.
Inscrit le 19/10/2011
834 messages publiés
Ca existe : la méthanisation.
Mais je rejoins milord pour le déo après le sport
Inscrit le 16/03/2009
1265 messages publiés
Tu as parfaitement raison VosslerTux. On soigne toujours les effets et rarement la cause.

Ceci pour une raison simple, les causes sont souvent d'ordre économique, donc on ne touche pas à l'économie.

Un exemple : on a été les derniers en Europe à interdire l'amiante parce que les alternatives étaient plus couteuses.
Inscrit le 22/05/2012
314 messages publiés
Oui c'est toujours d'ordre économique, on joue les apprentis sorciers faisant croire que tout va bien. Mais force est de constater que l'on détruit tout. On détruit nos vies avec les cancers, mais on détruit la flore et la faune qui nous entoure. Les abeilles disparaissent de manière catastrophique, les papillons ont diminué de 50% en 20 ans, bref la biodiversité est condamnée. Et on continue dans les conneries, on accepte toujours plus d'OGM, là avec le pacte transatlantique on va encore en voir des vertes et des pas mûres...
On peux aussi parler des océans complètements dévastés avec les tonnes de plastique que l'on y jette... Donc après faire du plastique à base d'algues ok, mais il faut qu'il soit bio-dégradable. Entre les États Unis et le Japon il y a un dépôt de plastiques qui est déjà de la taille de la France! Sinon ça ne sert à rien et une fois de plus on aura rien compris.
Inscrit le 25/01/2014
1 messages publiés
Le Seaweed Filament exclue tout emploi de dérivé du pétrole dans sa composition. De plus ce matériau est bien bio-dégradable. La vidéo explicative d'Algopack: http://www.__youtube...h?v=ucQgBIMIqyM
Inscrit le 20/11/2013
1 messages publiés
Quelques éléments complémentaires :

1_Les cultures d'algues brunes sont aussi des bons moyens de bio-rémédiation. Les eaux bretonnes sont trop riches en nitrates (Construction d'habitations sur le littoral + assèchement des zones humides littorales pour construire ou ne plus avoir de moustiques sur les plages + élevage + pluies fréquentes + sol en granit donc sans infiltrations = ravinement des nutriments à la mer). Les marées vertes sont une réponse de la nature, tout simplement (jetez de l'engrais dans un terrain vague, toutes les plantes opportunistes vont être boostées, il en va de même pour les algues vertes, algues opportunistes et à croissance rapide). Mais si vous installez des cultures d'algues brunes fixées (contrairement aux marées vertes composées d'algues libres), alors vous captez les nutriments. Donc s'il y a un débouché pour ces algues dans des biomatériaux, ça me paraît être tout bénef ! Si vous êtes pour les Iris d'eau et autres systèmes de traitement naturel des eaux de rejet, alors pourquoi ne pas accorder aux cultures d'algues la même vertu ?

2_Il faut fuir les raisonnements qui amènent à ne pas mener des améliorations. Bien sûr le principe n'est certainement pas parfait. Et vous savez pourquoi ? Parce qu'au final, c'est pour créer un bien, que nous allons utiliser. Et à partir du moment où nous nous appropriions cet objet, ce bien, eh bien grande nouvelle : il y a quelque part de l'énergie, des matières premières qui ont été prélevées dans ce but. Rien ne se crée ! Donc c'est forcément imparfait. En revanche, il me paraît raisonnable d'assumer que nous, les hommes, vivions, et de ce fait consommions des ressources naturelles. L'idée est alors de le faire le moins possible, et avec le moins d'impacts associés possibles. Dans cette perspective, utiliser des procédés qui diminuent l'impact d'autres procédés (habitat, élevage, etc.), sans en ajouter de nouveaux, ça me semble aller dans le bon sens. Enfin, ne pas perdre de vue qu'il s'agirait là d'une substitution à l'utilisation de matières fossiles, dont le coût global, qu'il soit environnemental ou économique, n'est absolument pas connu.

Bref, j'applaudis des 2 mains, je considère qu'il s'agit là d'un progrès, qui n'est qu'un pas mais dans une direction des économies circulaires (bilan global nul pour l'environnement, grâce à la photosynthèse qui est la source "extérieure" d'énergie pour tout le système), que tous les spécialistes de l'environnement décrivent comme la cible idéale, mais encore utopiste pour nos sociétés. La transition du chasseur-cueilleur vivant dans un environnement aux possibilités considérées comme infinies vers un gestionnaire considérant au contraire qu'il doit raisonner comme s'il n'y avait rien de prélevante dans l'environnement n'est pas encore faite, mais ce petit élément me paraît apporter une nouvelle pierre.
Répondre

Tous les champs doivent être remplis.

OU

Tous les champs doivent être remplis.

FORUMS DE NUMERAMA
Poser une question / Créer un sujet
vous pouvez aussi répondre ;-)
Numerama sur les réseaux sociaux
Novembre 2013
 
Lu Ma Me Je Ve Sa Di
28 29 30 31 1 2 3
4 5 6 7 8 9 10
11 12 13 14 15 16 17
18 19 20 21 22 23 24
25 26 27 28 29 30 1
2 3 4 5 6 7 8