Spécialisée dans la musique de haute qualité (streaming FLAC et téléchargement de "studio masters"), la plateforme Qobuz se distingue aussi par une politique tarifaire plus élevée que les services concurrents. Mais alors que Qobuz veut se lancer à l'international, cette politique doit bientôt être revue à la baisse.

Moins connue que Spotify ou Deezer, la plateforme Qobuz cherche à se distinguer des autres services de musique en ligne par une qualité sonore supérieure. Elle propose ainsi une "qualité sonore améliorée (320 kbps)" pour l'abonnement streaming de base, et une "vraie qualité CD" (lossless FLAC 16bits / 44,1 kHz) pour les deux autres forfaits mensuels.

Conséquence de cette orientation : l'abonnement mensuel est plus onéreux que celui proposé la concurrence. La première formule démarre à 9,99 euros par mois, là où les autres plateformes la font débuter à 4,99 euros (sans parler de l'accès gratuit, mais bridé). Les deux autres sont facturées 19,99 euros et 29,99 euros par mois mais incluent en plus l'accès exclusif à un label de musique classique et des avantages particuliers.

Par ailleurs, Qobuz fournit une plateforme de téléchargement où les musiques peuvent être achetées à l'unité ou en album sans aucun verrou numérique (DRM). Là encore, Qobuz mise sur la qualité sonore avec des enregistrements réalisés à partir des bandes d'en studio ("studio masters" 24 bits). Selon la qualité, le prix d'un album peut varier de 9,59 à 22,49 euros. Pour un titre seul, cela va de 0,95 à 4,49 euros.

Outre le streaming et le téléchargement, Qobuz fait un travail d'éditorialisation qui apporte une valeur ajoutée certaine par rapport aux réseaux P2P et aux sites de téléchargement direct, qui fournissent rarement des informations de cette nature.

Les prix sont indéniablement élevés et en rebuteront plus d'un. Mais après cinq ans d'existence, force est de constater que le service musical a su se maintenir à flot malgré une tarification différente dans un secteur hyper-concurrentiel, signe qu'une communauté a été séduite par l'offre du service. Mais cette communauté reste mince : 100 000 abonnés, selon Le Figaro. C'est faible.

Du coup, Qobuz va évoluer. Le service veut conquérir des marchés étrangers et plus particulièrement européens. Huit pays du Vieux Continent sont ciblés pour la fin de l'année, dont l'Allemagne et le Royaume-Uni. L'année prochaine, Qobuz a l'ambition de traverser l'Atlantique pour conquérir les auditeurs américains et canadiens.

La grille tarifaire doit également être revue à la baisse afin d'attirer plus d'abonnés. L'abonnement de base va passer de 9,99 à 4,99 euros, soit le prix généralement constaté chez la concurrence. Le forfait à 19,99 euros va descendre à 14,99 euros tandis que la formule à 29,99 euros va être réajustée à 19,99 euros par mois.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés