Sexistes, les internautes ? Les suggestions affichées par Google lorsqu'un internaute commence à taper "les femmes..." tendent à le laisser penser. L'ONU, via une de ses agences, a décidé de lancer une campagne pour dénoncer cette situation. Et pour cela, Google Suggest est utilisé d'une façon tout à fait originale.

Avez-vous déjà saisi une requête sur Google relative à la gent féminine ? Les suggestions proposées par le moteur de recherche sont édifiantes : lorsque vous tapez "les femmes doivent", l'une des propositions est "de faire le ménage". Si vous écrivez "les femmes ne doivent pas", on vous propose "travailler" ou "voter". Et pour la recherche "les femmes ne savent pas", vous obtenez "conduire" et "lire les cartes".

Ces exemples pourraient être multipliés à l'infini. Or, ce constat n'est pas propre à Google France. Il peut se faire sur les autres versions du moteur de recherche. En la matière, la firme de Mountain View n'y est pour rien : ces suggestions "reflètent les activités de recherche de l'ensemble des internautes et le contenu des pages web indexées", via des algorithmes. D'où cette question : Internet favorise-t-il l'expression du sexisme ?

Aux yeux de l'entité des Nations Unies pour l'égalité des sexes et l'autonomisation des femmes (ONU Femmes), il y a effectivement un problème sur la toile. Afin de lutter contre cette discrimination fondée sur le sexe, une campagne s'inspirant des suggestions avancées par Google a été mise en place dans l'espoir de sensibiliser les internautes.

La campagne regroupe quatre affiches, chacune présentant une femme venue d'un horizon différent mais partageant le même combat : celui de l'égalité des sexes. Et sur ces portraits figure l'encart de Google Suggestion, qui leur barre la bouche comme un bâillon. L'image est forte, puisqu'en plus de se taire, les femmes devraient faire ou ne pas faire certaines choses, à en croire les suggestions.

Le sexisme sur Internet est un sujet qui n'occupe pas seulement l'agence onusienne spécialisée dans le droit des femmes. En France, Najat Vallaud-Belkacem, qui a la charge du ministère des droits des femmes, dit vouloir "exclure du champ de la liberté d'expression" sur Internet tous les propos qui incitent à la haine, y compris les propos "sexistes".

Dernièrement, le sexisme dans le numérique a connu une relative médiatisation. Ainsi, il y a eu la publication des statistiques concernant la participation féminine à Wikipédia. Celle-ci demeure faible et l'une des explications concerne l'atmosphère de Wikipédia, qui serait trop misogyne. Mais il y a surtout eu le billet de la blogueuse Mar_Lard, qui a dénoncé le sexisme chez les geeks et l'incapacité de ces derniers à se remettre en cause.

( photos : Memac Ogilvy & Mather Dubai )

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés