Google a déposé un brevet dans lequel il décrit une voiture où les principales fonctions accessibles depuis le tableau de bord ou la portière seraient activées par des gestes plutôt que par des boutons.

Toujours en quête de nouvelles sources de croissance, Google s'intéresse de près à l'automobile, qui pèse des centaines de milliards de dollars dans le monde. On sait le géant de Mountain View à la pointe sur les voitures autonomes, mais Google veut aussi faire une percée dans la fourniture des équipements embarqués, qui pourraient modifier notre manière d'utiliser les véhicules.

Google a ainsi déposé en février dernier un brevet qui vient d'être rendu public, dans lequel il décrit une voiture dépourvue de la plupart de ses boutons sur le tableau de bord. A la place, le conducteur ou ses passagers feraient des gestes dans des zones prédéfinies, analysés par une caméra, pour allumer la radio, ouvrir une vitre, couper la climatisation, reculer le siège, modifier son inclinaison, régler la puissance des aérations, augmenter la vitesse du limitateur, ou ouvrir le toit ouvrant.

"Les gestes prédéterminés peuvent comprendre, par exemple, tout geste qu'un occupant du véhicule ferait avec sa ou ses mains, doigts, jambes, têtes, ou une combinaison de l'ensemble", écrit Google. La firme liste une série de gestes possibles, comme "faire glisser, taper, pointer, saisir, pincer, ou agiter", et précise que les mouvements à réaliser pourraient s'inspirer de ceux de la langue des signes.

Les passagers pourraient réaliser ces gestes dans différentes zones de l'habitacle, sur le volant, sur le tableau de bord, au niveau des aérations, du fauteuil, de l'accoudoir ou encore du rétroviseur intérieur, mais aussi "sur des surfaces d'un occupant, tel qu'une oreille, un bras, ou une épaule".

Google précise dans son brevet que cette technologie est destinée aux voitures autonomes — décrites avec force détails, qui rendent le conducteur libre de ses deux bras. 

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés