Les équipes qui participeront au tournoi de League Of Legend lors de l'édition iranienne des World Cyber Games devront se passer de la plupart des personnages féminins, aux graphismes trop dénudés aux yeux du régime.

En Iran, la loi islamique s'applique jusqu'au contenu des jeux vidéo. Le magazine Kotaku rapporte ainsi que les organisateurs de l'édition iranienne des World Cyber Games (WCG) sont actuellement en train de négocier avec les autorités locales pour que certains personnages féminins de League Of Legends puissent être joués par les participants au tournoi. 

Le gouvernement aurait d'ores et déjà imposé l'interdiction de nombreuses héros jugées trop déshabillées : Ahri, Akali, Ashe, Caitlyn, Cassiopia, Diana, Elise, Evelyn, Fiora, Irelia, Janna, Karma, Katarina, Kayle, Leblanc, Leona, Lissandra, Lulu, Lux, Miss Fortune, Morgana, Nami, Nidalee, Oriana, Quinn, Riven, Sejuani, Shyvana, Sivir, Sona, Soraka, Syndra, Tristana, Vayne, VI et Zyra. 

Les discussions seraient en cours concernant Diana, Fiora, Karma, Kayle, Leona, Lissandra, Lulu, Lux, Nami, Quinn, Sejuani, Tristana et Vayne.

"Comme vous le savez, dans tous les pays il faut obéir aux lois et si nous voulons avoir League Of Legends dans notre événement, nous devons obéir aux lois du ministère de la Culture iranien", explique sur Facebook Reza Babaei, le coordinateur des WCG Iran, qui doivent se dérouler du 12 au 16 septembre prochain. Il affirme négocier durement depuis trois mois avec le gouvernement pour lever les restrictions.

Réagissant aux appels au boycott, il estime que "la communauté du jeu vidéo devrait nous aider plutôt que de chercher à nous empêcher d'avoir ce jeu à l'événement". "Ce n'est vraiment pas juste d'avoir à nous battre des deux côtés à la fois, contre les joueurs et contre le gouvernement".

Il semble par ailleurs, mais ce n'est pas vraiment une surprise, que les femmes n'auront pas le droit de participer au tournoi. Même si elles jouent des personnes masculins.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés