Le groupe de presse allemand Axel Springer Verlag affirme que le téléchargement illicite de ses livres électroniques n'a pas affecté ses activités. Cependant, l'éditeur ne veut pas se laisser dépasser par les évènements : les actions contre le piratage sont d'ores et déjà en cours.

Ce sont des remarques qui seront sans nul doute abondamment commentées. En Allemagne, le groupe de presse Axel Springer Verlag a adressé un courrier à ses troupes afin de dissiper leur crainte à l'égard du téléchargement illicite. Selon l'éditeur, le piratage n'a pas encore eu d'effet concret sur ses activités. Cependant, il ne faut pas croire qu'Axel Springer Verlag voit ce phénomène d'un œil bienveillant.

Les passages en question ont été relevés par Torrentfreak. "Même si nous n'avons pas encore vu les effets néfastes du piratage dans notre offre de livres électroniques, ils sont néanmoins considérés comme des sujets sérieux", écrit le groupe allemand. À l'heure actuelle, les réseaux d'échange en pair à pair comme BitTorrent "représentent rarement une menace pour les contenus littéraires", d'après Axel Springer Verlag.

Est-ce à dire que l'éditeur pourrait embrasser une vision plus positive des échanges via les protocoles P2P ? Vraisemblablement pas. En réalité, il convient de nuancer fortement ce point de vue : si Axel Springer Vergal ne s'alarme pas encore du piratage dans le secteur du livre électronique, c'est parce que celui-ci est encore peu touché. En tout cas, bien moins que les films, les séries, la musique, les logiciels ou les jeux vidéo.

Mais si le piratage n'est pas encore un problème aux yeux d'Axel Springer Vergal, pas question que cela se concrétise. L'éditeur indique avoir pris un certain nombre de mesures pour freiner le développement du piratage des livres électroniques, en visant spécifiquement les principaux lieux d'échange et ceux cherchant à gagner de l'argent en profitant du contenu créé par d'autres.

Axel Springer Vergal affirme ainsi avoir réussi à obtenir la fermeture d'un nombre indéterminé de sites suspectés de diffuser illégalement des fichiers culturels lui appartenant. Mais d'autres approches moins radicales sont parfois suivies, parfois en se contentant de demander à l'hébergeur ou au responsable du site de retirer ici un lien, là un fichier torrent.

L'opinion des écrivains en la matière est très variable, comme dans les autres champs culturels d'ailleurs. Frédéric Beigbeder est très virulent envers ceux qui téléchargent son Œuvre. La créatrice de Twilight, Stephenie Meyer, s'est plus inquiétée de son droit moral du fait d'une fuite avant la publication finale de son livre. En revanche, Paolo Coelho ne manifeste aucune crainte particulière.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés