BlackBerry changera-t-il de pavillon ? En tout cas, l'option d'une mise en vente a été évoquée ouvertement par le conseil d'administration du groupe canadien. L'entreprise, en chute libre depuis l'émergence d'Apple dans la téléphonie mobile puis de Google, réfléchit désormais à son avenir.

Quel avenir pour BlackBerry dans un monde totalement dominé par iOS et Android ? C'est à cette question que l'entreprise devra répondre dans les prochains mois. Lundi, le conseil d'administration du groupe canadien a annoncé la mise en place d'un conseil spécial qui sera chargé d'étudier les alternatives stratégiques qui s'offrent à l'entreprise.

Officiellement, les options doivent être considérées par rapport au déploiement de BlackBerry 10. Toutefois, les pistes avancées trahissent surtout les immenses difficultés auxquelles fait face la société. "Ces alternatives peuvent inclure, notamment, une coentreprise, des alliances ou des partenariats stratégiques, la vente à un tiers ou d'autres types de transaction", avance le communiqué.

"Au regard de l'importance et de la vigueur de notre technologie, de l'évolution de l'industrie et la vive compétition dans le secteur, nous pensons que le temps est venu d'envisager des alternatives stratégiques", poursuit le groupe. En parallèle, des rumeurs insistantes évoquent une sortie de l'entreprise des marchés boursiers, tandis que sa capitalisation fond comme neige au soleil.

BlackBerry a tenté de rebondir en début d'année, en présentant son dernier système d'exploitation et deux nouveaux smartphones, le Z10 et le Q10. En outre, la firme canadienne s'est employée à enrichir son catalogue de logiciels, via l'organisation de concours pour convaincre les développeurs de développer un maximum d'applications pour son écosystème.

La réaction de BlackBerry dans un contexte changeant survient-elle trop tardivement ? Outre l'immense succès de iOS et Android, il y a la montée en puissance de Microsoft, via son alliance avec Nokia. Toujours est-il que la perte de vitesse de BlackBerry pourrait faire les affaires de Lenovo. Le constructeur chinois, célèbre pour avoir racheté en 2005 la division PC d'IBM, a fait part de son intérêt pour BlackBerry…

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés