La NSA va supprimer 90 % des postes d'administrateur systèmes afin d'éviter l'émergence d'autres Edward Snowden. Une partie des tâches sera assignée à des processus automatiques. L'agence de renseignement américaine compte également mettre en place de nouvelles procédures de sécurité.

C'est une conséquence somme toute logique de l'affaire Edward Snowden. Deux mois après la diffusion publique d'informations classifiées relatives à son programmes de surveillance, la NSA ajuste son organisation interne. En effet, l'agence de renseignement américaine veut empêcher l'apparition d'autres lanceurs d'alerte. Comment ? En limitant les accès et en réduisant les postes.

Le directeur de la NSA, le général Keith Alexander, a ainsi confié au cours d'une conférence que le nombre des administrateurs systèmes va être considérablement réduit. 90 % des postes seront supprimés et les employés actuels seront vraisemblablement réaffectés à d'autres tâches ou remerciés. De cette façon, la NSA compte réduire les probabilités d'une fuite en comprimant les effectifs au maximum.

Cela étant, cette réduction ne signifie pas que la NSA sera moins efficace dans ses missions. En réalité, l'agence va automatiser certains processus, de sorte que ce changement n'affecte pas ses activités. La machine n'ayant aucune considération morale, les chances de voir émerger un Edward Snowden sont nulles. En outre, le directeur de la NSA voit dans cette décision des gains de productivité.

D'autres mesures de sécurité sont envisagées pour éviter la sortie non autorisée de documents secrets. L'accès aux données pourrait être plus encadré. Il est par exemple question de surveiller chaque employé  sollicitant un accès aux ressources informatiques de la NSA par deux autres agents pour vérifier qu'il ne branche aucun périphérique externe pour récupérer des données, par exemple.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés