Très attendues, les femtocells de Free sont enfin disponibles. L'opérateur, qui y voit la possibilité d'étendre considérablement sa couverture 3G, a décidé d'offrir aux abonnés Freebox Révolutions ces boîtiers qui permettent d'installer chez soi un relais 3G de faible portée.

C'est fait. Deux ans après les premières rumeurs, Free a annoncé jeudi matin que les abonnés à la Freebox Révolution pourront désormais installer chez eux un boîtier femtocell, qui permet de bénéficier d'un mini-relais 3G au coeur de l'appartement ou de la maison. Un outil très pratique pour ceux qui manquent de réseau à l'intérieur des murs, et qui pourront enfin bénéficier d'une réception parfaite.

"La Freebox Révolution a été conçue dès l'origine pour intégrer un boîtier Femtocell. Ainsi, toutes les Freebox Révolution installées aujourd'hui chez les abonnés peuvent accueillir une Femto Freebox", explique l'opérateur, qui indique que le boîtier s'insère directement dans la Freebox Révolution.

Contrairement aux boîtiers concurrents qui s'installent à côté de la box ADSL, elle ne nécessite donc aucun branchement ni activation, et reste très discrète.

Par ailleurs, elle est gratuite. Seuls 10 euros de frais d'envoi sont demandés à l'abonné. Pour l'obtenir, les abonnés doivent en faire la demande depuis leur interface abonné Freebox (free.fr > rubrique « Mon compte »). Mais ce jeudi matin, selon nos constatations, l'option n'apparaissait pas encore.

Free prévient par ailleurs que les Femto Freebox ne sont qu'une "première génération", et que le produit sera "amené à évoluer à l'avenir pour répondre encore plus largement aux besoins des consommateurs et leur proposer des services innovants". De là à imaginer que les femtocells permettront demain de bénéficier d'un réseau 4G ou équivalent, il n'y a qu'un pas…

Pour Free, le fait d'offrir des femtocells à ses abonnés a pour énorme avantage d'étendre immédiatement sa couverture 3G, en particulier dans les zones denses où il devrait enfin pouvoir se passer des antennes d'Orange — ce qui n'est pas un mince avantage au moment où il est suspecté de brider les connexions pour économiser en frais de location. Dès que la connexion peut s'établir, c'est la bande passante de l'abonné Freebox qui sera utilisée par les passants abonnés à Free Mobile, plutôt que les antennes-relais traditionnelles.

Néanmoins, l'Arcep a prévenu au mois d'avril dernier que les boîtiers Femtocells ne devaient pas être prises en compte dans le calcul du taux de couverture de l'opérateur, qui fait l'objet d'engagements contractuels. Peut-être une bataille juridique devra-t-elle s'engager pour Free, qui avait assuré disposer d'un plan pour couvrir 99 % de la population d'ici 2018.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés