C'est encore une mouche sur le dos d'un colosse. Mais le moteur de recherche DuckDuckGo, l'un des seuls au monde à proposer des recherches à la fois efficaces et sans aucun traçage de l'utilisateur, voit son trafic progresser fortement, aidé par le scandale de la surveillance du web par les services américains.

Mise à jour – Et de 3 millions pour DuckDuckGo. Le moteur de recherche a le vent en poupe. Lundi, il a dépassé le seuil des 3 millions de requêtes quotidiennes.

Son adoption s'accélère par ailleurs : il a fallu 1445 jours (près de 4 ans) pour franchir le cap du million de recherches journalières, 483 jours pour celui des 2 millions et 8 jours pour celui des 3 millions.

Sujet du 17 juin – L'affaire PRISM et la découverte de l'ampleur de la surveillance des services des géants du web par l'agence de sécurité américaine aura eu au moins le mérite de faire découvrir toute une série de services alternatifs jugés plus respectueux de la vie privée de leurs utilisateurs. C'est le cas de DuckDuckGo, que nous avions listé dans les meilleures alternatives à Google.

Déjà boosté par la Journée de la Confidentialité des Données organisée le 28 janvier dernier, qui a permis au moteur de recherche de se faire une réputation (notez pour l'anecdote que Google, Microsoft et Facebook en étaient "sponsors gold"), DuckDuckGo a connu une nouvelle poussée de croissance suite à un reportage diffusé par Bloomberg

La chaîne de télévision a interviewé le fondateur du moteur de recherche DuckDuckGo, Gabriel Weinberg, en réaction au scandale provoqué par le programme PRISM auquel Google a reconnu sa participation, en tentant d'en minimiser l'importance. "C'est un mythe que Google ait besoin de vous tracer en ligne pour gagner de l'argent avec la recherche", assure Weinberg, dont le service promet aux utilisateurs qu'il ne stocke aucune donnée personnelle ; ni adresse IP, ni historique de recherches. Le site réalise tout son chiffre d'affaires sur les mots clés liés aux recherches effectuées, et ne cherche pas à personnaliser ces publicités selon le profil de l'internaute.

"Les gens réalisent la quantité de traçage dont ils sont l'objet maintenant, et l'actualité aujourd'hui commence à montrer à quel point. Les gens vont demander du choix, et nous proposons ce choix depuis cinq ans", se félicite Gabriel Weinberg. Vu que DuckDuckGo ne stocke rien sur les utilisateurs, "si la NSA ou le FBI viennent nous voir, nous n'avons rien à leur dire sur vous".

"Vous pouvez passer de Google à DuckDuckGo, tout en gardant d'excellents résultats de recherche", assure-t-il.

Depuis la publication du reportage de Bloomberg, DuckDuckGo s'est approché des 2,5 millions de recherches par jour, contre 1,5 million en début d'année, et à peine 500 000 au début de l'année 2012. Un chiffre qui reste cependant totalement ridicule en comparaison des quelques 3 milliards de recherches auxquelles Google répond chaque jour. 

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés