Comme c'est déjà arrivé à plusieurs reprises depuis deux ans, l'accès à internet a été brutalement coupé en Syrie mardi soir, jusqu'au milieu d'après-midi ce mercredi. L'ensemble du pays a été privé des moyens de communication électroniques, y compris le téléphone portable.

Mise à jour – L'accès à Internet en Syrie est manifestement perturbé une fois encore. Selon les mesures de Google, une coupure des télécommunications est en cours depuis ce matin.

Sujet du 8 mai – Ce n'est malheureusement pas une première. Mercredi, l'accès à internet a été totalement coupé en Syrie, comme il l'avait déjà été en novembre 2012 pour déstabiliser les opposants de Bachar El-Assad, privés de tout moyen moderne de communication. Auparavant, la Syrie avait également connu des coupures d'internet plus ou moins longues en juin 2011 ou en juillet 2012 (seulement quelques dizaines de minutes). Il n'est cependant pas possible, à l'heure actuelle, de savoir s'il s'agit d'un simple problème technique – peu probable, ou d'une initiative prise une nouvelle fois par le régime syrien pour contrôler la population.

Si l'on en juge par le graphique du Transparency Report de Google, qui montre le trafic provenant de Syrie, l' l'accès à internet de tout le pays a été coupé autour de 20h30 mardi soir, avant de le rétablir peu après 16h ce mercredi 8 mai.

La même tendance est confirmée par Renesys, qui indique que la quasi totalité des chemins reliant la Syrie au reste du monde ont été effacés de la table de routage globale. "Nous n'avons pas pu envoyer avec succès le moindre ping ou traceroute vers n'importe quel serveur en Syrie", explique la société. "Le gouvernement, les sites web, les universités, les serveurs de noms de domaine, les routeurs des infrastructures clé, les banques, les entreprises, les clients DSL, les téléphones mobiles : tout est silencieux."

Renesys y voit la manifestation d'une certaine fragilité d'internet, qui reste très dépendant des autorités dans certains pays où les infrastructures sont centralisées. "La nation entière a disparu d'Internet en l'espèce de 30 secondes, comme si un bouton avait été appuyé", fait remarquer la société spécialisée dans l'audit des réseaux. Mais elle ne s'en étonne pas, au contraire. "Au milieu du chaos et de la tragédie de la guerre civile, pourquoi est-ce que quiconque est surpris quand l'internet cesse de fonctionner ? N'est-ce pas en réalité plus choquant et remarquable que l'internet en Syrie fonctionne en fait assez bien les 360 autres jours de l'année ?"

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés