Il faudra encore s'armer de patience avant de connaître les conclusions du rapport dirigé par Pierre Lescure. Prévue initialement en mars, la date de remise du document a été reportée mi-avril avant d'être à nouveau décalée au 6 mai.

Mise à jour – Jamais deux sans trois. Prévue initialement fin mars, la remise du rapport de Pierre Lescure sur l'exception culturelle a été repoussée au 15 avril puis au 6 mai.

Désormais, elle est attendue pour le 13 mai. C'est ce qu'a annoncé Aurélie Filippetti ce vendredi, lors d'un déplacement au Printemps de Bourges. "Nous attendons les conclusions de cette mission avec sérénité", a-t-elle déclaré.

Sujet du 6 avril – L'accouchement est difficile pour la mission de concertation sur la politique culturelle à l’ère du numérique. Confiés à Pierre Lescure, ces travaux devaient initialement être bouclés avant la fin du mois de mars, une fois achevée la rédaction des propositions suite aux nombreuses auditions survenues depuis l'automne dernier. Mais le calendrier, intenable, avait dû être revu et la remise du rapport a été reportée au 15 avril.

À un peu plus d'une semaine de la date fatidique, force est de constater que ce délai supplémentaire ne suffira pas. Selon les informations d'Électron Libre, c'est finalement le 6 mai que l'ancien PDG de Canal+ devrait pouvoir remettre son rapport au président de la République. La raison serait surtout une question de symbolisme, en donnant de la solennité à l'évènement.

Mais les bruits de couloir évoquent également un rapport dont le contenu serait "explosif", selon l'expression d’Électron Libre. Sur la chronologie des médias, des propositions devraient en particulier être avancées, sans toutefois bouleverser l'essentiel du dispositif. Des mesures sont également attendues du côté de la lutte contre le téléchargement illicite, même si celles-ci s'attaquent plus aux conséquences qu'aux causes.

En reportant la remise du rapport au 6 mai, faut-il également comprendre que Pierre Lescure cherche à neutraliser l'influence de la Rue de Valois en s'adressant directement au chef de l’État ? Peut-être. Mais c'est oublier la présence d'un comité de pilotage, qui rassemble six ministres, dont Aurélie Filippetti, et doit se faire présenter les conclusions du rapport avant de décider s'il faut donner suite ou non.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés