Pour le groupe Ionis Education, qui détient une vingtaine d'écoles en France dont EPITA et Epitech, l'école 42 lancée ce mardi par Xavier Niel ne fait que reprendre les principes qu'il a lui-même déployé dans ses structures éducatives.

De l'art de critiquer très durement et de crier à la contrefaçon sans jamais le dire explicitement et en paraissant même féliciter son concurrent… Le groupe Ionis Education, qui détient notamment EPITA et Epitech, a publié mardi un communiqué magistralement rédigé pour "se féliciter" officiellement de l'annonce faite par Xavier Niel du lancement de l'école de programmation 42, mais pour critiquer en réalité ce qu'il décrit en filigrane comme une copie pure et simple de ses propres écoles.

"Nous sommes heureux de constater que les principes fondamentaux de cette formation ont été créés et mis en place au sein de l'EPITA et d'Epitech depuis très longtemps et qu'ils sont repris dans ce projet, reconnaissance de la modernité pédagogique de nos écoles", écrit ainsi le groupe, qui liste l'intégralité des avantages mis en avant ce matin par Xavier Niel et son équipe :

  • "la « piscine »" (période de test pendant laquelle le candidat est immergé de façon intensive dans l'école et ses apprentissage, avant d'intégrer réellement le cursus s'il est retenu) ;
  • "le campus ouvert 24h/24, 7j/7" ;
  • "la pédagogie innovante par projet" ;
  • "l'esprit d'entreprendre et d'innover avec les Epitech Innovative Projects, projets de fin d'études menant, en plus de la création d'innovation, à de nombreuses créations d'entreprise" ;
  • "l'enseignement « pair-à-pair » avec l'encadrement des étudiants par des étudiants" ;
  • "des espaces et des projets collaboratifs" ;
  • "recrutement sur des critères académiques mais surtout de personnalités avec le désir d'innover" ;

L'école 42 de Xavier Niel se distingue essentiellement par la gratuité totale de la formation, mais le groupe Ionis tient à rappeler à travers son communiqué qu'il propose aussi "des bourses et des systèmes de financement novateurs, dont la gratuité de certaines scolarités", et "des formations gratuites adaptées aux profils sortis du système (Web@cademie)".

Outre les méthodes pédagogiques qui sont extrêmement proches, Ionis Group reproche aussi entre les lignes à certains de ses anciens cadres qui accompagnaient ce matin Xavier Niel d'avoir manqué de loyauté. "Nous souhaitons une belle réussite à Nicolas Sadirac (EPITA promo 1992), Kwame Yamgnane (EPITA  promo 2001) et Florian Bucher (Epitech promo 2006) dans cette aventure capitalistique qu'ils abordent avec le beau et solide bagage acquis dans nos écoles, en tant qu'étudiants puis cadres", conclut ainsi amèrement, Fabrice Bardèche, vice-président exécutif de IONIS Education Group.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés