Le ministère de l'intérieur fait savoir que le dispositif de pré-plainte en ligne sera disponible pour tous les internautes début 2013. Ce mécanisme, déjà en place dans six départements, vise à faire gagner du temps aux personnes victimes d'atteintes aux biens en leur permettant de renseigner plusieurs informations via un formulaire en ligne.

Jusqu'à présent, le dépôt de plainte nécessitait que la personne s'estimant victime d'une infraction se rende à un commissariat de police ou à une brigade de gendarmerie. Afin de gagner du temps, le système de pré-plainte en ligne a été mis en place, à titre expérimental, dans certains départements français. L'objectif étant de faire gagner du temps au plaignant lors de sa présentation aux forces de l'ordre.

Questionné par le député socialiste Jean-Jacques Urvoas, le ministère de l'intérieur a annoncé que le dispositif de pré-plainte en ligne "sera généralisé début 2013" aux autres départements. En effet, seuls les départements de Charente-Maritime (17), de Haute-Garonne (31), du Bas-Rhin (67), de Paris (75), des Yvelines (78) et des Hauts-de-Seine (92) étaient concernés.

"Interfacé avec le logiciel de rédaction des procédures de la police nationale (LRPPN), [le dispositif] autorisera la transmission directe via Internet d'informations utiles aux enquêtes (identité des victimes, description du préjudice…)", poursuit la place Beauvau dans sa réponse, remarquée par Benoît Tabaka.

La semaine dernière, la police nationale a lancé une initiative originale concernant le mécanisme de la pré-plainte en ligne. Sur la page Facebook du corps constitué, il est désormais possible de passer par une application dédiée pour effectuer une partie des démarches. Les forces de l'ordre souhaitent ainsi mieux se rapprocher des Français, en allant là où ils sont et en prenant en compte leurs usages sur la toile.

Comme le rappelle à la fois l'application dédiée à la pré-plainte en ligne et la réponse du ministère de l'intérieur, le dispositif proposé se limite aux "victimes de certaines atteintes aux biens", comme un vol, une escroquerie ou une dégradation. Cette procédure concerne d'abord les cas où la victime ne connaît pas l'identité de l'auteur des méfaits.

Pour les atteintes aux personnes ou les cas d'urgence, il est vivement conseillé de se rendre directement au poste de police ou à la gendarmerie, ou bien d'appeler les numéros de secours (17 ou 112).

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés