C'était prévisible. La polémique frappant Instagram depuis plus d'une semaine a engendré une action en justice aux États-Unis. Un Américain a enclenché un recours collectif pour s'attaquer à certains passages des conditions générales d'utilisation du site, qu'il juge imprécis.

Que serait une polémique sans sa class action ? Alors que le cofondateur d'Instagram a annoncé en fin de semaine dernière la révocation des nouvelles conditions d'utilisation, celles-ci ayant entraîné une controverse parmi les utilisateurs du service de partage et de retouche de photos, un usager a décidé d'aller en justice pour enclencher un recours collectif contre la plateforme sociale.

Déposée devant un tribunal californien, la plainte affirme en particulier que si les internautes qui n'acceptent pas les règles du site peuvent effectivement désactiver leur compte, ils perdent néanmoins les droits sur les photos qu'ils ont préalablement partagés à travers Instagram. Selon le cabinet d'avocat en charge de l'affaire, la licence d'exploitation est récupérée par le service.

Selon le recours collectif, les nouvelles conditions générales d'utilisation entretiendraient par ailleurs un certain flou en ne précisant pas si les clichés publiés pour une audience limitée (c'est-à-dire un profil dont l'accès est limité à ceux ayant reçu une autorisation) resteront loin du regard des autres internautes. Pour l'EFF, cette imprécision n'est pas sans rappeler celle de Facebook, qui a été à ce sujet fort critiqué par le passé.

Propriétaire d'Instagram depuis quelques mois, Facebook a bien entendu réagi en assurant que l'action menée par cet Américain ne reposait sur aucun fondement sérieux et que les assertions contenues dans la plainte sont totalement fausses. Facebook promet qu'il combattra avec vigueur le recours collectif devant les tribunaux.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés