Instagram fait machine arrière. Le service revient à ses anciennes conditions d'utilisation, en place depuis octobre 2010. Le site rappelle qu'il n'a pas l'intention de vendre les photos de ses usagers ni d'en récupérer les droits. Ce revirement de situation fait suite à la polémique des nouvelles règles du site. Nombre d'usagers ont pensé que Facebook, propriétaire d'Instagram, allait vendre les clichés à des publicitaires.

Retour à la case départ pour Instagram. La plateforme de partage et de retouche de photos a annoncé il y a quelques heures sa décision de revenir à ses anciennes règles, celles en vigueur depuis le lancement du service en octobre 2010. La société a préféré reculer sur ce terrain, suite au tollé suscité par les nouvelles conditions d'utilisation et la nouvelle version de sa politique de confidentialité.

Le cofondateur du site, Kevin Systrom, indique que les retours des utilisateurs l'ont persuadé de corriger la section concernant la publicité. Puisque c'est la partie qui a le plus inquiété, Instagram revient donc à la version en vigueur depuis octobre 2010. Kevin Systrom a également rappelé à cette occasion que le service ne compte pas vendre les photos de ses utilisateurs ni s'en approprier les droits.

Tout au long de la semaine, Instagram, qui compte près de 100 millions d'utilisateurs a été suspecté de vouloir non seulement faciliter le croisement des données avec Facebook, propriétaire depuis cette année du service. D'autres ont craint la monétisation de leurs contenus, via des accords avec les publicitaires, sans l'espoir de toucher la moindre rémunération.

Pour Will Oremus, la panique autour des conditions d'utilisation d'Instagram est absurde, se demandant si pendant le psychodrame quelqu'un a pris cinq minutes pour comparer les nouvelles règles de la plate-forme, et en particulier les passages incriminés, avec les documents des autres réseaux sociaux. Il cite ainsi YouTube et Twitter, dont la politique en matière des données est très similaire.

Ce retour aux règles originales survient quelques heures après les excuses de Kevin Systrom. Le cofondateur d'Instagram s'était efforcé de rassurer les utilisateurs en expliquant que la nouvelle politique du site n'allait pas les spolier. Après avoir présenté ses excuses, Kevin Systrom a promis des changements, expliquant que les passages obscurs allaient être réécrits pour éviter la moindre confusion.

Ce retour aux anciennes règles est temporaire. Le site prévoit de mettre en ligne ses nouvelles conditions d'utilisation et sa nouvelle politique de confidentialité le 19 janvier 2013. Celles-ci se basent sur les documents initiaux d'Instagram et incluent des changements.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés