La France n'a pas signé le traité de l'Union internationale des télécommunications, comme 54 autres pays. Le ministère des Affaires étrangères explique que "certaines dispositions sont susceptibles d’être interprétées comme une remise en cause des principes fondant notre position".

En fin de compte, la France n'a pas non plus signé le traité de l'Union internationale des télécommunications (UIT) qui se négociait depuis deux semaines à Dubaï. Sur Twitter, le ministère des Affaires étrangères explique que la France "n'a pas pu se rallier au texte adopté par la conférence" et a donc préféré s'abstenir, comme de nombreux autres pays occidentaux.

Dans un second temps, le Quai d'Orsay a précisé sa position en relevant que "certaines dispositions sont susceptibles d’être interprétées comme une remise en cause des principes fondant notre position". Ce matin, les États-Unis, le Canada et la Grande-Bretagne avaient déjà signifié leur intention de ne pas signer le traité de l'UIT adopté à Dubaï. D'autres pays depuis ont annoncé leur refus d'approuver le texte.

Ces pays sont l'Australie, le Chili, le Danemark la Finlande, la Grèce, l'Inde, l'Italie, le Japon, la Norvège, les Pays-Bas, le Pérou, la Pologne, le Portugal, la Suède et la Suisse, selon les informations rapportées sur Twitter par Benoît Tabaka. Au total, 55 pays n'ont pas signé le document. 89 États l'ont signé, selon le président de la Conférence mondiale sur les télécommunications internationales, Mohamed al-Ghanim.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés