À l'issue du scrutin fixant les nouvelles règles du réseau social, Facebook fait savoir qu'il souhaite maintenir un dialogue constructif et participatif avec ses utilisateurs malgré la disparition du mécanisme de vote. Le réseau social estime d'ailleurs avoir fait son possible pour signaler l'existence du scrutin, même si les règles encadrant son déroulement ne convenaient sans doute pas à un site comme Facebook.

Couru d'avance, le résultat du cote relatif à la gouvernance de Facebook a été officiellement validé par l'auditeur externe sollicité par le réseau social américain. Bien que les votants se soient massivement prononcés contre les nouvelles versions de la déclaration des droits et responsabilités et de la politique d’utilisation des données, ce sont celles-ci qui s'appliqueront, puisque la participation a été désespérément faible.

"Nous avons décidé d’adopter les propositions de mise à jour de notre déclaration des droits et responsabilités et de notre politique d’utilisation des données", indique le site communautaire dans une note de blog. Désormais, c'est un "dialogue transparent " qui doit se mettre en place entre les membres de Facebook et son équipe dirigeante, "par l’intermédiaire de notre processus d’information et de commentaires".

Facebook note cependant "la faible participation au vote", alors que le réseau social s'est "efforcé d'informer [ses] utilisateurs pour les encourager à voter, à la fois par l'intermédiaire de courriers électroniques et de leur fil d'actualité". Qui plus est, le site rappelle que l'existence de ce scrutin a été abondamment relayé dans la presse, notamment spécialisée dans les nouvelles technologies.

À lire le réseau social, la médiatisation du scrutin ne pouvait guère aller plus loin. C'était aux membres de se mobiliser pour conserver le vote comme moyen participatif de peser sur les orientations du site. Toutefois, le quorum nécessaire pour imposer le résultat dans un sens ou dans un autre, à savoir 30 % de participation, était sans doute inadapté au regard de la taille prise par le site.

Au final, moins de 1 % des membres a participé au vote. Malgré une participation finalement anecdotique au regard du succès du site, le site assure que les retours d'expérience et les "discussions avec les organismes de régulation internationaux ont permis de clarifier et de réviser ces propositions". Des changements qui ont en réalité surtout porté sur la formulation des phrases, pas sur leurs objectifs.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés