La guerre froide moderne a-t-elle remplacé les bombes nucléaires par des bombes électroniques capables de neutraliser les communications et les infrastructures informatiques de l'adversaire ? Boeing a communiqué avec réjouissance sur son essai aux Etats-Unis d'un missile capable de délivrer une forte impulsion électromagnétique sur des cibles précises présentes sur son passage.

Si elles sont généralement réservées à la science-fiction, les bombes capables de neutraliser les appareils électroniques et de brouiller les télécommunications par impulsion électromagnétiques (EMP) n'ont rien de nouveau dans l'arsenal militaire. Un article de Wikipedia nous rappelle que le principe de l'EMP est connu depuis 1945, avec le développement des bombes nucléaires, et que des essais ont été menés spécifiquement dès 1962, que ce soit aux Etats-Unis ou en URSS. Par ailleurs, la possibilité de créer un EMP non nucléaire est connu depuis 1951.

Mais il restait à développer une arme d''EMP "propre", capable de ne neutraliser que les ordinateurs et autres installations électroniques d'une cible précise, sans atteindre aux infrastructures civiles. Or c'est ce qu'affirme avoir mis au point Boeing, qui a communiqué sur des essais menés dans le désert de l'Utah, aux Etats-Unis.

En collaboration avec l'US Air Force, l'avionneur et fabricant d'armes américain aurait envoyé un missile, piloté à distance et à basse altitude pendant une heure, qui a déchargé une forte impulsion de micro-ondes au dessus de sept installations militaires. A chaque fois, l'électronique abrité dans les bâtiments aurait cédé. L'impulsion de plusieurs milliers de volts serait capable de pénétrer les bunkers et les installations sous-terraines.

Le petit clip vidéo diffusé par Boeing montre une salle d'ordinateurs dotés d'écran à tubes cathodiques, sans doute beaucoup plus sensibles que les écrans LCD plus récents. Au moment du passage du missile, les ordinateurs semblent s'éteindre. "Nous avons touché toutes les cibles que nous voulions, et transformé la science fiction en science réelle", s'enthousiasme Keith Coleman, le directeur du programme chez Boeing. "Lorsque les ordinateurs se sont éteints, ça a même pris les caméras (installées pour filmer l'expérience). C'était fantastique".

Plusieurs cadres de Boeing s'expriment ainsi avec réjouissance pour se féliciter de leur expérience. Or en matière militaire, l'armée ne communique jamais sur ses avancées technologiques sauf pour tenter d'impressionner l'adversaire, façon guerre froide. Il faut faire savoir à l'ennemi que les Etats-Unis ont la possibilité d'atteindre les installations électroniques avant même d'envoyer des troupes.

Cet été, un document attribué au premier ministre israélien Benyamin Netanyahu affirmait qu'Israël était en capacité de neutraliser toutes les installations électriques de l'Iran, grâce à "des munitions en fibre de carbone qui sont plus fines que des cheveux humains, provoquant des court-circuits électriques dont les réparations nécessitent leur retrait complet".

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés