Publié par Guillaume Champeau, le Vendredi 26 Octobre 2012

La Hadopi aimerait faire de l'open-source, mais ne peut point (dit-elle)

La Hadopi assure qu'elle aimerait avoir l'appui de développeurs pour réaliser un outil open-source, mais que "ses relations avec la communauté ne lui permettent pas". Vrai problème, ou fausse excuse ?

Mise à jour : Sur Twitter, l'Hadopi nous explique qu'elle craint les remarques désobligeantes des "trolls" sur la qualité de son code source, qui n'a pas encore été nettoyé et commenté comme il se doit. "Quand le climat sera devenu un peu plus serein, il y a de grandes chances que le projet soit libéré", indique @Erebuss, qui travaille sur Linkstorm. "Ce n'est pas un non-open source définitif, ce n'est juste pas la priorité numéro un".

--

Pour accompagner et analyser le développement des plateformes labellisées d'offres légales, qu'elle espère multiplier l'an prochain, la Haute Autorité de Diffusion des Oeuvres et de Protection des Droits sur Internet (Hadopi) a lancé un grand chantier d'observation du référencement des plateformes labellisées. Elle a mis au point un outil baptisé Linkstorm, qui a pour objectif à la fois de sonder la qualité du placement des sites labellisés sur Google, mais aussi de voir comment les aider à améliorer leur référencement naturel en analysant les mots clés les plus recherchés par les internautes.

A priori, l'outil ne devrait pas servir à identifier les sites illégaux les mieux référencés, puisque la Haute Autorité n'a pas les pouvoirs de dire le légal et l'illégal. Seul un juge le peut (et rappelons que les critères d'attribution du label PUR ne lui confèrent aucun pouvoir d'appréciation).

Cependant, la Haute Autorité dit ne pas avoir assez de moyens pour réaliser un outil réellement performant, comme elle l'explique dans Le Monde, qui consacre une enquête à Linkstorm :

L'autorité, qui ne dispose que d'un développeur sur ce projet, insiste d'ailleurs sur la limite de ses moyens : "L'outil est en développement depuis six mois, et ne s'appuie sur aucun préexistant. Si on pouvait avoir une armée de développeurs, on irait plus vite. C'est un projet parmi d'autres. Dans l'idéal, ça aurait dû être open source [un travail communautaire sur le code], mais les relations avec la communauté ne nous le permettent pas."

Ainsi à l'entendre, le fait d'être la mal-aimée du web empêcherait l'Hadopi de mettre un code source sur Internet, et de créer un projet communautaire sur Github ou autre Sourceforge. Pourtant, ces plateformes et les communautés open-source ont mis en place depuis longtemps des outils de modération et de validation des contributions, qui permettent d'éviter tout vandalisme du code. Seules les modifications approuvées par des développeurs approuvés par les chefs de projets peuvent être introduites dans la version officielle. 

Selon nous, le principal risque à mettre l'outil open-source ne serait pas la réaction de la communauté, et son éventuel sabotage, mais son utilisation possible par les plateformes illégales, qui sont elles-aussi dans une recherche permanente d'optimisation de leur référencement. Il serait pour le moins critiquable qu'une autorité administrative française livre sur un plateau un outil que les spammeurs n'auront qu'à adapter à leurs besoins.

Par ailleurs, les conditions d'utilisation de Google interdisent l'usage de tels robots. Elles interdisent en effet "d’y accéder en utilisant une méthode autre que l’interface et les instructions que nous mettons à votre disposition". Or, selon Le Monde, Linkstorm "effectuera ses requêtes directement sur plusieurs centres de données plutôt que sur le service lui-même", en passant par des proxies pour masquer l'origine des connexions. L'Hadopi semble toutefois espérer une collaboration de Google.

Publié par Guillaume Champeau, le 26 Octobre 2012 à 10h32
 
26
Commentaires à propos de «La Hadopi aimerait faire de l'open-source, mais ne peut point (dit-elle)»
Inscrit le 23/09/2008
1852 messages publiés
Demander aux acteurs du libre de les aider à promouvoir leur monde fermé ?

De plus attention à ne pas confondre logiciel libre et open-source.

La source du code ouverte n'est qu'un pré-requis pour que le logiciel soit libre, or l'article n'évoque pas le sujet de la licence et je suppose que les hadopistes l'éluderont soigneusement.
[message édité par anomail2 le 26/10/2012 à 11:02 ]
Inscrit le 30/10/2012
1 messages publiés
Non c'est toi qui t'enmelle les crayons
Un logiciel libre est un logiciel sous une licence qui répond à certaines règles définies par la FSF.
Un logiciel Open-Source est un logiciel sous une licence qui répond à certaines règles définies par l'OSI.
La liste des licences reconnues par la FSF ou l'OSI est pratiquement la même (il y a eu des écarts à une certaine époque). Donc la différence entre logiciel libre et open-source ne se fait pas sur la licence, mais plutôt sur le pourquoi a-t'on ouvert le code.
D'après RMS, on choisi le terme logiciel libre lorsque l'on veut ouvrir son code pour des raisons philosophiques (ou altruistes), et open-source pour des raisons techniques et pratiques.

Dans le cas de l'Hadopi, ça serait clairement pour des raisons pratiques, donc on parle bien d'Open-source.
Inscrit le 31/10/2012
1 messages publiés
Et c'est quoi un logiciel libre sous licence BSD ? et s'íl est dans le domaine public, c'est les règles de la FSF ? Non RMS n'a jamais dis ça. Un free-software peut être appelé open-source, car il peut l'être. Mais on dit free software pour la liberté, et ne pas confondre avec un terme tel que open source. RMS dit que le mouvement open source se trompe d'objectif, mais ne dit pas que ça devrait être le terme quand le logiciel veut mettre le source libre pour des raisons techniques et pratiques.

Donc rien a voir. Open source n'est pas tout le temps source de liberté total, et on peut le savoir par sa licence. A voir, mais un logiciel sous licence BSD est libre, mais peut être privatisè donc non libre.
Inscrit le 31/10/2012
1 messages publiés
Un logiciel sous licence BSD peut être appelé logiciel libre puisque la licence est reconnue par la FSF, mais il peut aussi être appelé logiciel Open Source puisque la licence est reconnue par l'OSI :
http://opensource.or...es/alphabetical

>> mais ne dit pas que ça devrait être le terme quand le logiciel veut mettre le source libre pour des raisons techniques et pratiques.
Si si il l'a dit ( http://www.gnu.org/p...freedom.en.html )
The fundamental difference between the two movements is in their values, their ways of looking at the world. For the Open Source movement, the issue of whether software should be open source is a practical question, not an ethical one.

>> Donc rien a voir. Open source n'est pas tout le temps source de liberté total
Si il l'est, voir la définition officielle ( http://opensource.org/docs/osd ).

Le problème c'est surtout que beaucoup de monde se trompe sur les termes à utiliser, et pense que Open Source se limite à un code source disponible, ce qui est faux.
De nombreuses sociétés ont également essayées de jouer la dessus en trompant tout le monde. Mais les termes eux, sont clairement définis.
Inscrit le 10/07/2008
3276 messages publiés
On va pleurer.

Par ailleurs, je ne pense pas que ce soit la mission d'une agence gouvernementale de faire du SEO gratuit pour des sites de vente en ligne. C'est une distorsion de concurrence.
Inscrit le 26/10/2012
4 messages publiés
Il faut
bien justifier 8 millions de budget annuel... Produire des statistiques est un excellent moyen de le faire.
Inscrit le 18/10/2008
1878 messages publiés
Hadopi qui se fait détester autant par les pirates que les libristes. C'était attendu, c'est normal et pour parler clairement, ce rejet est quelque chose de sain.

Maintenant, si c'est pour éviter que les sites de partage s'en servent pour optimiser leur référencement, parler d'open source c'est juste du marketing. Mais dire ensuite qu'ils se font conchier par les libristes, c'est du même niveau que pare-feu d'OpenOffice niveau marketing. Donc non, ils ne sont pas aussi stupides, je ne crois pas que ce soit pour éviter que les sites de partage qui savent déjà très bien optimiser leur référencement ne s'en servent. C'est simplement pour éviter d'être à nouveau la risée, et parce qu'ils ont fini par remarquer qu'ils étaient aussi détestés par les libristes.

D'ailleurs, la phrase suivante de l'article du Monde montre bien qu'ils ont quelques complexes à la Hadopi : ""Il y a une croyance selon laquelle la Hadopi n'a aucune connaissance en matière de réseaux virtuels privés (VPN) ou de proxies", ironise à ce propos l'autorité." Ils sont fiers de pouvoir souscrire un abonnement VPN. Ca en dit long.

Bref, le climat sera devenu plus serein quand la machine de spam gouvernementale au profit d'un secteur économique financé par le contribuable sera jeté à la poubelle. Pas avant.
Inscrit le 19/10/2010
150 messages publiés
Et en réaffectant 50% du budget taxis, y'aurait pas moyen de sous-traiter ?
Je dis ça, je dis rien.
[message édité par leZilou le 26/10/2012 à 10:46 ]
Inscrit le 26/10/2012
4 messages publiés
S'ils ont cherché, est-ce qu'ils ont trouvé une société française qui aurait pu rivalisé avec des concurrentes à l'internationale en terme de prestation de service ?

Début Ironie
Une Haute Autorité qui sous traite à une société basée aux états-unis ... cela se fait-il môsieur ?
Fin Ironie
[message édité par steff972 le 26/10/2012 à 12:08 ]
Inscrit le 21/11/2011
624 messages publiés
J'en ai la larme à l’œil.
Inscrit le 26/01/2012
628 messages publiés
ils ne craignent pas plutôt de se prendre un gros bide? en voyant que les développeurs/codeurs se foutent royalement de cette abomination gaspilleuse de l'argent du contribuable.
Inscrit le 05/10/2011
2885 messages publiés
Pour qu'un projet puisse intéresser suffisamment des développeurs pour qu'ils prennent sur leur temps libre pour y participer, il faut que ce projet ait une utilité, qu'il soit intéressant techniquement ou bien novateur. Bref, qu'ils croient en ce projet. Il ne suffit pas de mettre les sources sur github et d'attendre les commits.
Et là, je ne vois pas qui ce projet pourrait intéresser. D'autant qu'ils ont raison : je pense que la plupart des développeurs de logiciels libres sont en désaccord avec ce que représente Hadopi.
Il n'y a vraiment aucune raison pour qu'ils prennent une partie de leur temps précieux pour participer à un projet inintéressant, qui sera utilisé par une entité dont ils ne veulent pas.
Inscrit le 13/08/2010
8039 messages publiés
- La Hadopi assure qu'elle aimerait avoir l'appui de développeurs pour réaliser un outil open-source, mais que "ses relations avec la communauté ne lui permettent pas" ? ? ?

Image IPB
[message édité par mosquito33 le 26/10/2012 à 13:26 ]
Inscrit le 19/08/2009
76 messages publiés
Franchement, quand on voit les horreurs qui sortent sans que ca ne fasse peur a leurs auteurs... Pour reagir comme ca ca doit vraiment pas etre beau a voir.

Inscrit le 03/09/2012
13 messages publiés
Disons, qu'il y aura besoin d'un bon refactoring

Bon Tumblr est mort, sinon j'avais l'image parfaite pour illustrer mes propos
Inscrit le 24/10/2012
4 messages publiés
La Hadopi assure qu'elle aimerait avoir l'appui de développeurs pour réaliser un outil open-source, mais que "ses relations avec la communauté ne lui permettent pas"

A savoir s'il y a eu une tentative réelle d'approche du monde du libre ou si c'est juste pour dire "Ouais, nous aussi, on peut être cool et penser en terme de gratuit, d'ouverture, d'open mind, quoi""
ça fait chic et in! ça communique pour les geeks anti hadopi tout en tentant vainement une approche ciblée et relax.

Mouaifff
Inscrit le 29/10/2012
62 messages publiés
alors comprendre hadopi ne sais pas comment réaliser sa mission, elle a beaucoup de chef qui ne savent rien faire mais souhaite embauché un génnnie qui fera tout pour eux pour 27K par ans ... ou mieux gratuitement

ben oui faut bien qu'ils mangent .. et pas des ogm

moralité ils ne savent rien faire d'autre que récolté des adresses ip sur des "zones" de torrents

.. la est le système français ... que des petits chefs sans cerveaux
Inscrit le 21/08/2012
6 messages publiés
Avec la tune
dépenser par l'hadopi en 2 ans (ou 3 ans je sais même plus) on aurait pu faire une énorma platforme de téléchargement légal avec une PUR licence global
Inscrit le 10/06/2011
1063 messages publiés
La Hadopi n'aurait-elle pas plutôt peur de la tendance "je sais pas comment ça fonctionne alors je m'en vais te démonter ça jusqu'aux fondations" de la communauté open-source (un état d'esprit dont je suppose que la plupart de ces membres possèdent, mais je peux me planter) ? A moins qu'elle n'ait davantage les jetons des vilains méchants pas beaux hackers qui s'en iront gaiement jouer dans leur bac à sable avec Linkstorm si d'aventure son code était rendu publique.

Il se peut aussi qu'elle ait peur que la communauté ne se foute ouvertement de sa gueule s'il arrivait que son projet soit tellement mal codé que les O-S soient obligés de le recoder de A à Z pour arriver à un truc à peu près potable (à votre avis on pari combien que c'est ce qui pourrait arriver ? ). C'est vrai que ça ferait pas très très sérieux, mais bon venant de la HADOPI ce ne serait guère étonnant.
[message édité par Sovereign le 26/10/2012 à 19:36 ]
Inscrit le 20/09/2009
6367 messages publiés
milord, le 26/10/2012 - 13:21
D'autant qu'ils ont raison : je pense que la plupart des développeurs de logiciels libres sont en désaccord avec ce que représente Hadopi.



Tout à fait d'accord avec l'ensemble de ton commentaire, sauf pour cette phrase que j'aurais rédigé autrement: "La HADOPI est en désaccord total avec les fondements du logiciel libre."

Il y a de belles définitions ici pour le logiciel libre:
http://www.gnu.org/p...free-sw.fr.html
http://fr.wikipedia..../Logiciel_libre

Je ne vais pas détailler les 4 libertés, mais simplement citer un extrait d'une phrase qui résume un peu cela: "le contrôle du programme par l'utilisateur et la possibilité de partage entre individus".

Dans toutes les mythiques "solutions" imaginées par les hadopistes, il était question de restreindre l'utilisateur via des programmes sur lesquels ils n'ont aucun contrôle. Leur fantasme, c'était des logiciels de "sécurisation". Non seulement ils ne comprennent rien au mot sécurisation, mais en plus ils s'imaginaient qu'un logiciel serait plus responsable qu'un utilisateur. Ils s'imaginaient qu'ils pourraient prendre le contrôle des ordinateurs en France via des programmes qui autoriseraient ou non certains usages.

Bref, la HADOPI est contre le contrôle du programme par l'utilisateur, mais pour les logiciels privateurs où ce sont des tiers, genre un éditeur ou une obscure "autorité", qui auraient le contrôle sur ce qui se passe sur la machine de l'utilisateur. Ils sont donc dès l'origine, contre les logiciels libres .

Le désaccord des auteurs (et utilisateurs) de logiciels libres n'est qu'une conséquence de la volonté de contrôle des hadopistes (majors). Cette loi est profondément débile, liberticide, inutile, inefficace, et extrêmement coûteuse pour l'ensemble des contribuables.
[message édité par MdMax le 26/10/2012 à 20:24 ]
Inscrit le 24/02/2009
2241 messages publiés


tout â fait ça.
Inscrit le 13/06/2009
102 messages publiés
Ouf, j'étais inquiet, je pensais que c'était du sérieux leur "outil d'analyse des résultats".

En fait c'est juste un bricolage bancal fait dans son coin par un unique développeur, le genre d'outil d'analyse dont les majors (et les sites illégaux) disposent en mieux depuis longtemps.

Genre ils sont les premiers à s'intéresser aux classements dans les résultats Google ! Hadopi découvre le Search analytics.
Inscrit le 20/09/2009
6367 messages publiés
Oui, en fait les HADOPIstes et PURistes remarquent surtout que la politique des spams ou "avertissements" ne marche pas du tout. Ils espéraient peut-être que les abonnés spammés se précipiteraient sur pur.fr dès le 1er mail et que le trafic ou les ventes sur les sites "PUR" allait quadrupler.

Rien de tout cela n'est arrivé. HADOPI = PUR FAIL.

Ils espèrent maintenant qu'un petit malware appelé "Linkstorm" pourra les aider. Mais je ne pense pas que le but est d'améliorer le référencement de leur daube. Le but est uniquement de démontrer que Google et Bing n'arrangent pas le business des PURistes et que censurer les moteurs de recherche est indispensable pour LEUR économie.

On parie combien que dans pas longtemps, la HADOPI va sortir un rapport bidon basé sur les chiffres bidons de "Linkstorm" pour tenter de démontrer que Google et Bing sont méchants et qu'il faut une législation permettant de contrôler tous les moteurs de recherche afin de favoriser les gentils majors ?
[message édité par MdMax le 27/10/2012 à 06:48 ]
Inscrit le 19/05/2009
411 messages publiés
L'Hadopi semble toutefois espérer une collaboration de Google.


Ouais, ça serait bien aussi que Google n'oublie pas de payer la taxe, et accessoirement de nous envoyer la crémière, depuis le temps qu'on veut se la taper celle-là...
Inscrit le 19/05/2009
411 messages publiés
double post
[message édité par Radamanthe le 28/10/2012 à 22:15 ]
Inscrit le 20/09/2009
6367 messages publiés
Radamanthe, le 28/10/2012 - 22:09

L'Hadopi semble toutefois espérer une collaboration de Google.



Ouais, ça serait bien aussi que Google n'oublie pas de payer la taxe, et accessoirement de nous envoyer la crémière, depuis le temps qu'on veut se la taper celle-là...

Si HADOPI ou la "mission" Lescure demandent le dé-référencement de certains sites, bref une censure des moteurs de recherche, je crois la France sera classée comme la Chine chez Google.
Répondre

Tous les champs doivent être remplis.

OU

Tous les champs doivent être remplis.

FORUMS DE NUMERAMA
Poser une question / Créer un sujet
vous pouvez aussi répondre ;-)
Numerama sur les réseaux sociaux
Octobre 2012
 
Lu Ma Me Je Ve Sa Di
1 2 3 4 5 6 7
8 9 10 11 12 13 14
15 16 17 18 19 20 21
22 23 24 25 26 27 28
29 30 31 1 2 3 4
5 6 7 8 9 10 11