Condamné à 150 euros d'amende pour ne pas avoir sécurisé son accès à Internet, le premier condamné Hadopi a résilié son abonnement à Internet, l'empêchant de recevoir les mails d'avertissement.

Ce jeudi, un premier internaute averti par la Hadopi a été condamné par un tribunal à 150 euros d'amende pour ne pas avoir sécurisé sa connexion à Internet. Or, ce n'est pas lui qui est à l'origine des téléchargements illicites, mais son ex-femme avec laquelle il est en instance de divorce. Mais cela n'a pas empêché la justice de le condamner pour négligence caractérisée.

Cette situation, le condamné la vit mal. Interrogé par France 3 Franche-Comté, il a expliqué ne pas trouver "plaisant" le fait de se retrouver devant la justice pour des faits qu'il n'a pas commis et qui lui paraisse franchement anodins (deux chansons de Rihanna incriminées). Pour lui, l'action juridique est vraiment disproportionnée.

Mais la pression exercée par toute cette affaire l'a visiblement convaincu de résilier son abonnement à Internet, ce qui, comble de l'histoire, l'a empêché de recevoir les mails d'avertissement. En reprendra-t-il un ? Sans doute, un jour. Pour l'instant, il compte verrouiller son ordinateur. Cité par PC Inpact, il explique qu'il va placer un code pour éviter de devoir à nouveau se retrouver devant la Haute Autorité et les tribunaux.

L'interview de nos confrères révèle également un point intéressant : il faut prouver son innocence. L'homme explique en effet qu'après convocation à la gendarmerie, les forces de l'ordre lui ont dit de ramener un justificatif prouvant que son ordinateur a bien été nettoyé de tout logiciel permettant de télécharger illégalement sur les réseaux P2P. Un nettoyage loin d'être gratuit, puisqu'il a coûté environ 50 euros.

Partager sur les réseaux sociaux

Plus de vidéos