Europeana, la médiathèque co-financée par l'Union Europénne, a annoncé mercredi la mise en ligne d'un ensemble de métadonnées couvrant 20 millions d'oeuvres numérisées, sous une licence gratuite qui autorise toute forme d'exploitation.

Excellente nouvelle pour les développeurs, et pour les amateurs d'art. Alors qu'en France les données culturelles sont exclues du champs des données devant être offertes librement au public, Europeana a annoncé mercredi l'ouverture de ses métadonnées couvrant 20 millions d'oeuvres référencées, dans 29 langues. Les données accessibles via une API sont publiées sous une licence Creative Commons CC0, la plus généreuse de toutes, qui autorise quiconque à exploiter l'ensemble gratuitement, y compris à des fins commerciales, sans aucune restriction. 

Cette initiative, d'une ampleur inédite au monde, "offre un nouvel élan à l'économie numérique, en fournissant aux entrepreneurs électroniques de nouvelles opportunités pour créer des applications et des jeux innovants pour les tablettes et smartphones, et pour créer de nouveaux services et portails web", estime Europeana.

Lancé en novembre 2008, Europeana met en ligne des oeuvres numérisées issues de différents musées, bibliothèques, archives et collections audiovisuelles européennes. En tout, le site compte 2.200 établissements partenaires, avec lesquels il a signé un accord pour libérer les métadonnées. On trouve sur Europeana toutes sortes d'oeuvres, telles que des films, des musiques, des émissions de radio, des journaux, livres, photographies ou dessins, tous offerts gratuitement à la consultation.

"Publier des données issues des organisations de préservation de la mémoire de tous les pays de l'UE crée un nouveau précédent international important, une initiative décisive pour quitter le monde des données fermées et contrôlées", se félicite Europeana.

Néanmoins, si les métadonnées sont libérées sous la licence CC0, les oeuvres elles-mêmes restent couvertes par le droit d'auteur traditionnel, lorsqu'elles ne sont pas encore passées dans le domaine public.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés