La marque de sports de montagne Quechua exige que ses candidats au poste de Community Manager aient un "klout score" d'au moins 35. Un indice censé refléter l'influence personnelle sur les réseaux sociaux.

Connaissez-vous le niveau de votre activité et de votre influence sur les réseaux sociaux ? Il existe de nombreux outils plus ou moins fiables sur Internet pour le mesurer, dont le plus connu est certainement Klout. Le site prends en compte une série de critères (par exemple pour Twitter : le nombre de followers, de retweets, de mentions, de personnes suivies…) pour établir un "score", censé refléter l'importance de la personne sur les réseaux sociaux.

Pour les entreprises, recruter des personnes influentes sur Twitter, Facebook ou Google+ est certainement un avantage, surtout dans les métiers liés à la communication. Mais faut-il pour autant aller jusqu'à en faire un critère de discrimination à l'embauche ?

Dans une annonce (.pdf) qui circule beaucoup aujourd'hui, la marque de sport de montagne Quechua indique qu'elle cherche à recruter un stagiaire en Community Management, qui devra assurer la "responsabilité du recrutement et de l’animation des communautés (Facebook, Twitter, Quechua Club, Google+, Youtube, Viméo, Dailymotion, Pinterest, Instagram)", et la gestion de toutes les opérations de communications sur Internet. Elle précise que le candidat devra être de formation bac+4 ou bac+5 en communication ou marketing, maîtriser les réseaux sociaux et… avoir un score Klout d'au moins 35. Ce qui est un score relativement élevé.

C'est à notre connaissance la première fois que l'activité sociale sur Internet, observée officieusement par les cabinets de recrutement ou les start-up (qui regardent régulièrement le nombre de followers sur Twitter ou d'amis sur Facebook), est ainsi prise en compte par un critère "objectif" imposé aux candidats. 

Il s'agit en tout cas d'une fausse bonne idée de la part de Quechua. Mieux vaut recruter un passionné de la nature, du sport, du camping et de la randonnée qui saura discuter avec passion avec la communauté Quechua et apprendre à manipuler les outils réseaux, que recruter un as de Twitter qui n'aura aucun intérêt pour le sujet…

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés