Comme désormais toute joute électorale, la bataille que se livrent Jean-François Copé et François Fillon pour la présidence de l’UMP trouve une déclinaison numérique très active, que s’est amusé à décrire Vincent Glad dans le Grand Journal sur Canal+. Mais comme le remarque Reflets, alors que la chaîne a montré différents sondages réalisés sur Internet, accaparés par les militants de tel ou tel « camp », l’ancien premier ministre a critiqué l’instrumentalisation des sondages par des « robots » votants.

« Les médias ont leur propre responsabilité sur toutes ces histoires de sondages Internet. Il devrait y avoir des règles de déontologie, et en particulier il devrait y avoir des systèmes mis en place pour empêcher les machines de voter« , a critiqué François Fillon.

« Qu’il y ait des sondages où l’on demande à tous les militants de se prononcer c’est très bien, il y a une émulation ; mais j’ai vu des sondages où le nombre de votants atteignait des sommets qui dépassent de très très loin le nombre des adhérents UMP, et même le nombre des gens qui avaient certainement pure lire ces sondages. Je trouve que c’est un problème de déontologie. Un journal ne peut pas publier un sondage qui a été alimenté par des machines« .

Pour éviter qu’une même personne vote plusieurs fois, les sites internet mettent en général en place des systèmes de cookies et de filtres par adresses IP. Mais les premiers sont facilement contournables, puisqu’il suffit d’effacer le cookie pour voter à nouveau. Quand aux seconds, plus délicats à gérer (puisqu’ils bloquent les votes émanant de plusieurs ordinateurs partageant la même connexion à internet), ils peuvent aussi être contournés, avec plus de moyens, en utilisant des proxies.

Reflets rappelle pour sa part que les techniques de manipulation des sondages informatisés sont monnaie courante, entre autres techniques dites d’astroturfing conçues pour « donner l’impression au grand public d’un mouvement de masse dans l’opinion publique, tablant soit sur le comportement moutonnier des foules censées suivre le troupeau, ou utilisés, en phase initiale, pour légitimer une position ou une proposition, afin d’étayer une solution miracle à un problème imaginaire ou largement exagéré« .

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés