Le Minitel tirera sa révérence dans sept jours, après une carrière longue de trente ans. Le service est pourtant encore actif et fréquenté par quelques irréductibles.

Une page se tourne dans l’histoire des télécoms. Dans 7 jours, le Minitel sera définitivement arrêté après 30 ans d’activité. Malgré les appels demandant un report de la fermeture du réseau télétel, au motif que « cela risque de pénaliser tout particulièrement les utilisateurs âgés qui n’ont pas recours aux nouvelles technologies et qui ne veulent pas investir dans du matériel informatique« , France Télécom n’a pas cédé.

Pour ménager les irréductibles du Minitel, France Télécom a communiqué très en amont pour annoncer la disparition du Minitel. En juillet 2011, l’opérateur historique a pris la décision de repousser « cet arrêt au 30 juin 2012 pour apporter plus de confort aux éditeurs qui doivent migrer leurs services vers Internet« . Et en de cette année, le groupe a de nouveau communiqué sur le sujet via un mail envoyé à ses clients.

« Vous utilisez ou avez utilisé le service du Minitel depuis Internet. Nous vous informons que ce service s’arrêtera définitivement le 30 juin 2012. La plupart des services que vous aviez l’habitude d’utiliser sont disponibles sur Internet ou par téléphone. Les éditeurs de ces services pourront le cas échéant vous indiquer comment en bénéficier dorénavant« .

Comme le constate Pierre Col sur Twitter, le Minitel est encore tout à fait fonctionnel. Certains services devenus très célèbres, comme 3615 ULLA (espace de rencontres pour adultes), sont encore actifs et dégagent encore des gains. Mais les sommes et l’audience dégagées aujourd’hui sont sans commune mesure avec celles atteintes dans les années 90.

À son apogée, le Minitel était présent dans près de 9 millions de foyers et de sociétés, et plus de 25 000 services existaient. Aujourd’hui, ces derniers ne sont plus que quelques centaines (1880 à la fin 2010), tandis que le nombre de terminaux encore en circulation en France est d’à peine 810 000. Les derniers appareils seront collectés par France Télécom pour être recyclés.

Bien avant l’avènement d’Internet, le Minitel permettait déjà de consulter des informations, accéder à des services bancaires, jouer à des jeux, se renseigner sur la météo, acheter par correspondance ou encore fréquenter des espaces pour adultes.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés