Publié par Julien L., le Samedi 09 Juin 2012

Facebook : 0,038 % votants pour le scrutin sur la confidentialité

Pendant une semaine, Facebook a permis à ses membres de se prononcer sur les documents régissant le réseau social. Cependant, aucune médiatisation du scrutin n'a été faite. La participation a été dérisoire, mais a permis au réseau social d'atteindre son but : préserver ses nouvelles règles en matière de déclaration des droits et responsabilités et sa nouvelle politique d'utilisation des données personnelles.

Facebook a organisé jusqu'au 8 juin un scrutin sur les documents régissant le réseau social. Pendant une semaine, les membres du site communautaire ont pu désigner quelle déclaration des droits et responsabilités et quelle politique d'utilisation des données ils souhaitent voir appliquer. Et pour que le résultat du vote s'impose à Facebook, la participation d'au moins 30 % des utilisateurs actifs était requise.

Désormais terminé, le scrutin a révélé ses statistiques définitives. 342 632 inscrits ont participé au vote, soit 0,038 % de l'ensemble des membres du réseau social. À l'échelle d'un espace comptant 901 millions d'internautes, autant dire que la participation est insignifiante. Il aurait fallu un peu moins de 270 millions de votants pour que le résultat soit obligatoirement pris en compte par Facebook.

Au regard du déroulement du scrutin, il était en réalité impossible d'atteindre un tel seuil de participation. Le site communautaire n'a en effet pas fait le moindre effort pour médiatiser son existence, laissant la très grande majorité des inscrits dans l'ignorance la plus totale. Pourtant, l'affichage d'un court message d'information sur chaque profil aurait significativement changé la donne.

Cette absence de promotion n'est toutefois pas une surprise. En élaborant une nouvelle version de ses règles, le site communautaire a très clairement laissé entendre qu'il entendait se débarrasser des précédentes, moins favorables pour lui. Craignant sans doute une mauvaise surprise si la participation dépassait les 30 % d'utilisateurs actifs, le réseau social a préféré en faire le moins possible.

Une inquiétude justifiée. Une écrasante majorité (87 %, 297 883 votants) des participants ont choisi les documents existants : la déclaration des droits et responsabilités actuelle (26 avril 2011) et la politique d'utilisation des données actuelle (23 septembre 2011). Seuls 13 % (44 749) des votants ont opté pour les documents présentés le 20 avril et le 11 mai.

Que fera Facebook de ce résultat ? Puisque le seuil minimal de participation n'a pas été atteint, aucune contrainte ne pèse sur le réseau social. Toutefois, le réseau social explique que le résultat "fournira une simple orientation". Quand bien même la participation n'a pas été à la hauteur, l'écart très significatif entre les deux choix est un signal clair envoyé au site communautaire.

Publié par Julien L., le 9 Juin 2012 à 10h35
 
11
Commentaires à propos de «Facebook : 0,038 % votants pour le scrutin sur la confidentialité»
Inscrit le 22/02/2009
3904 messages publiés
Une politique contre ses utilisateurs et tournée vers le profit pour un site qui vit de ses utilisateurs... Facebook s'approche du précipice en fermant les yeux...

Avec les nouvelles règles, ils n'ont plus la moindre contrainte... Vont-ils faire l'erreur de tuer leur poule aux oeufs d'or eux-aussi ? Ce serait aussi stupide qu'ineluctable de la part d'une boite qui coule en bourse et qui se base sur de l'argent virtuel...
Inscrit le 20/09/2011
13 messages publiés
Pfff... .038% de participants.
Normal: quand t'as le pavé de règles en anglais et écrits en petit, une bonne partie des profils FB qui sont inutilisés, des millions de gens qui ne savent même pas que FB revend leurs données; faut pas s'étonner...

C'est comme dire: je filerai 1 million d'euros à tout le monde si 8 milliards de personnes aiment ce statut.
No comment.
Inscrit le 22/02/2009
3904 messages publiés
Il y a tout de même une chose que j'ai du mal à comprendre (oui je sais venant de moi c'est assez rare ), peut-être les distingués membres de ce forum pourront-ils m'aider...

Normalement, quand une entreprise s'engage en bourse, c'est qu'elle a besoin d'un apport rapide de liquidités en vue de réaliser un projet. Les actionnaires investissent, et l'entreprise leur reverse un pourcentage de ses bénéfices en échange.

Ce pourcentage est fixe, voir très bas, c'est juste un remerciement de l'entreprise envers ses actionnaires pour la confiance qu'ils ont accordé.

Après, aujourd'hui, le système s'est perverti : les actionnaires sont devenus des parasites économiques inutiles qui exigent des dividendes toujours en croissance, sinon ils retirent leur argent. Le système s'est inversé, et les entreprises sont devenues dépendantes des actionnaires, alors que jamais une telle aberration n'aurait dû se produire.

Et la bourse, et par extension toute notre économie, n'est plus aujourd'hui qu'une immense supercherie visant à entretenir des parasites économiques qui bouffent énormément d'argent sans jamais rien créer, et qui essayent de modéliser cette société pour faire de leur mode d'existence nuisible un idéal de vie (il est d'ailleurs amusant de constater que ce sont ces parasites économiques (type banquiers, traders et actionnaires, ceux qui font du fric avec du fric) qui vivent une vie de luxe sans rien foutre qui sont les principaux soutiens de l'UMP dont le slogan est, enfin était "Travailler plus pour gagner plus", c'est vraiment ironique quand on y pense... En fait, c'est plutôt "Travaillez plus pour que nous on gagne plus"...).

Des actionnaires qui n'ont jamais conscience que derrière ces entreprises qu'ils vident de leur sève, il y a des gens réels et des structures réelles. Les seuls entreprises qui survivent sont finalement celles capables d'envoyer ces parasites d'actionnaires se faire mettre, et elles ne sont pas légions.

Ce que je ne comprends pas, c'est la décision de Facebook : L'entreprise n'avait pas vraiment de projet, mais les bénéfices étaient stables. L'entreprise pouvait avoir au mieux une croissance linéaire, au pire stagner et survivre normalement.

Alors pour quoi aller se foutre en bourse ?!

Pourquoi aller se coller des sangsues sur la peau pour risquer de couler en rémunérant des actionnaire stupides, inutiles et coincés du cul, avares et exponentiellement gourmands, alors que sans la bourse Facebook se portait bien ?!

Mark Zuckerberg aurait-il voulu jouer dans la cour des grands, en prenant cette école maternelle de péteux qu'est la bourse pour une cour des grands, ou un truc dans le genre ?

Une entreprise comme Facebook n'a jamais rien eu à faire en bourse. D'ailleurs, toutes les entreprises n'ont plus rien à faire en bourse, certes, mais je ne comprends décidément pas cette décision concernant Facebook, qui est à mon sens totalement illogique, même quand on considère la bourse en théorie...

Des idées ?
[message édité par Goldoark le 09/06/2012 à 11:47 ]
Inscrit le 07/05/2004
903 messages publiés
Fessebouc...

En plus avec l'entrée en bourse foireuse, c'est pourri jusqu'à la moelle.


Je ne m'inscrirai jamais sur ce site poubelle.
Inscrit le 03/10/2011
6747 messages publiés
Goldoark, le 09/06/2012 - 11:18
Des idées ?
J'aurais tendance à dire que pour une startup, le but, c'est d'entrer en bourse afin que le dirigeant qui a créé la boite puisse se tirer avec un maximum de fric avant que ça se casse la gueule.
Maintenant, c'est vrai que c'est un peu curieux de verser 10% de dividende à ses actionnaires pendant des années sans que l'investissement ne change. Normalement, un dividende , c'est un remboursement des actionnaires, le mec qui a donné 10, tu lui donnes 1 et il ne lui reste plus que 9 dans ta boite. Sauf que aujourd'hui, c'est loin de fonctionner comme ça, tu lui donnes 1, et il lui reste toujours 10. Résultat, les sociétés en bourse crèvent de cette manne financière qui leur échappe et qui ne sert pas au développement de la société et la R&D tombe au niveau 0, et une fois qu'il ne reste plus rien, tu jettes.

Julien nous dit qu'il y a eu 0.038 % de votants, mais il ne se base que sur le nombre de comptes ouverts déclaré par FB. On ne sait toujours pas combien il y a de comptes FB actifs (des personnes qui se connectent de plusieurs fois par jour à au moins 1 fois par mois). J'aurais également tendance à supprimer de la liste toutes les sociétés qui ne se servent de FB que comme pub ou pour faire branché.
Inscrit le 17/02/2010
1205 messages publiés
Pendant une semaine, Fesses2bouc à permis à ses moutons de se prononcer sur la tonte hebdomadaire.
Autant dire que la participation à été insignifiante, bééééé.
Inscrit le 09/06/2012
1 messages publiés
Ceux qui râlent sur les dividendes : ça vous parle le coût d'opportunité du capital ?? Le dividende sert a remuner l'opportunité (pouvoir placer ailleurs notamment obligations d'Etat (donc immobilisation+anticipation)) et également le risque! C'est simple si tu rémunère pas les actionnaires personne investira.

D'ailleurs sachez qu'un trader ne gagne pas sur les dividendes mais sur la spéculation. Or votre combat contre les dividendes renforcerait la spéculation qui est en fait la racine des problèmes que vous citez.
Inscrit le 22/02/2009
3904 messages publiés
L2eco, le 09/06/2012 - 15:34
Ceux qui râlent sur les dividendes : ça vous parle le coût d'opportunité du capital ?? Le dividende sert a remuner l'opportunité (pouvoir placer ailleurs notamment obligations d'Etat (donc immobilisation+anticipation)) et également le risque! C'est simple si tu rémunère pas les actionnaires personne investira.

D'ailleurs sachez qu'un trader ne gagne pas sur les dividendes mais sur la spéculation. Or votre combat contre les dividendes renforcerait la spéculation qui est en fait la racine des problèmes que vous citez.


Je parle de donner un pourcentage selon l'investissement, un pourcentage fixe. Problème, il en faut toujours plus, c'est contre la rémunération croissante que je gueule...
Inscrit le 03/10/2011
6747 messages publiés
L2eco, le 09/06/2012 - 15:34
C'est simple si tu rémunère pas les actionnaires personne investira.
Un investissement doit aussi servir à la société qui en bénéficie, ça ne doit pas être un truc à sens unique "j'ai prêté de l'argent donc faites ce que je dis.".
A la base, la bourse c'était comme une grande banque, tu demandais à pleins de personnes une somme X pour investir dans le développement de l'entreprise, moyennant une rémunération des actionnaires basée sur un pourcentage de tes bénéfices.
Le problème, c'est qu'aujourd'hui les investissements plombent les entreprises au lieu de les aider. Le cours de ton action joue au yoyo basé sur rien ou plutôt basé sur des prospectives de la valeur de l'action plutôt que sur la valeur de l'entreprise. Et les actionnaires reçoivent des dividendes en pourcentage de leur investissement et non des bénéfices. Aujourd'hui, en 10 ans, un actionnaire récupère plus que ce qu'il a investi, en dividende, et il lui reste encore les actions comme si il venait de les acheter. Ils gagnent en fait sur les 2 tableaux ; puis avant qu'il ne reste plus rien de la société, ils se tirent et passent à la suivante, qui rachètera peut-être la première une bouchée de pain, juste pour lui piquer ses formules et inventions et jeter le reste.
Et sinon, il y a aussi le petit actionnaire, qui est super content de toucher ses 10 euros par an, mais qui lui, restera sur le carreau parce ses actions, il ne s'en occupe que le 3ème jeudi du mois, et que lorsque les gros investisseurs auront décidé de partir, il sera déjà trop tard pour lui, faut bien qu'il y en ait qui paie.

Un système bancaire où des ordinateurs passent, seuls, des milliers ordres par seconde, c'est forcément foireux. C'est basé sur des analyses mathématiques de valeurs d'action, pas sur la valeur des entreprises, c'est pas pour rien que les mathématiciens en recherche fondamentale de nos universités sont aussi recherchés. Il y a donc un décalage entre la valeur d'une action et la valeur de l'entreprise, ce qu'on appelle, une bulle. Et franchement, quand je regarde, je trouve que le nombre de bulles par tranche de 10 ans est en accroissement.

Et ce système merdique ne tient que parce qu'on fait tout pour le maintenir ainsi, en injectant de l'argent virtuel qui a un coût déterminé par ceux qu'on est en train de sauver (je te prête de l'argent pour te sauver, à combien tu me le fais ?). Il faut juste essayer de voir ce qu'il se serait passé si les états avaient dit aux banques, "vous allez vous crasher, ben demandez à vos actionnaires un surplus, qu'est-ce qu'on en a à foutre, nous ?", comme on aurait fait pour un fabricant de chaussure, ou autre. Ben, c'est simple, aujourd'hui, on serait en train de reconstruire une nouvelle société, et tous les parasites d'aujourd'hui seraient sans nul doute en train de faire la manche ou avec une hache au milieu du front. Au lieu de ça, on leur file du pognon pour sauver les états qui les ont sauvés.
Inscrit le 29/08/2003
107 messages publiés
"0.038% votants" dans le titre ?

0.038% de votants - dommage que numerama ne propose pas de bouton sous les articles pour signaler ca plus rapidement..
Inscrit le 29/08/2003
107 messages publiés
Goldoark, le 09/06/2012 - 11:18
Il y a tout de même une chose que j'ai du mal à comprendre (oui je sais venant de moi c'est assez rare ), peut-être les distingués membres de ce forum pourront-ils m'aider...

Normalement, quand une entreprise s'engage en bourse, c'est qu'elle a besoin d'un apport rapide de liquidités en vue de réaliser un projet. Les actionnaires investissent, et l'entreprise leur reverse un pourcentage de ses bénéfices en échange.

Ce pourcentage est fixe, voir très bas, c'est juste un remerciement de l'entreprise envers ses actionnaires pour la confiance qu'ils ont accordé.

Après, aujourd'hui, le système s'est perverti : les actionnaires sont devenus des parasites économiques inutiles qui exigent des dividendes toujours en croissance, sinon ils retirent leur argent. Le système s'est inversé, et les entreprises sont devenues dépendantes des actionnaires, alors que jamais une telle aberration n'aurait dû se produire.

Et la bourse, et par extension toute notre économie, n'est plus aujourd'hui qu'une immense supercherie visant à entretenir des parasites économiques qui bouffent énormément d'argent sans jamais rien créer, et qui essayent de modéliser cette société pour faire de leur mode d'existence nuisible un idéal de vie (il est d'ailleurs amusant de constater que ce sont ces parasites économiques (type banquiers, traders et actionnaires, ceux qui font du fric avec du fric) qui vivent une vie de luxe sans rien foutre qui sont les principaux soutiens de l'UMP dont le slogan est, enfin était "Travailler plus pour gagner plus", c'est vraiment ironique quand on y pense... En fait, c'est plutôt "Travaillez plus pour que nous on gagne plus"...).

Des actionnaires qui n'ont jamais conscience que derrière ces entreprises qu'ils vident de leur sève, il y a des gens réels et des structures réelles. Les seuls entreprises qui survivent sont finalement celles capables d'envoyer ces parasites d'actionnaires se faire mettre, et elles ne sont pas légions.

Ce que je ne comprends pas, c'est la décision de Facebook : L'entreprise n'avait pas vraiment de projet, mais les bénéfices étaient stables. L'entreprise pouvait avoir au mieux une croissance linéaire, au pire stagner et survivre normalement.

Alors pour quoi aller se foutre en bourse ?!

Pourquoi aller se coller des sangsues sur la peau pour risquer de couler en rémunérant des actionnaire stupides, inutiles et coincés du cul, avares et exponentiellement gourmands, alors que sans la bourse Facebook se portait bien ?!

Mark Zuckerberg aurait-il voulu jouer dans la cour des grands, en prenant cette école maternelle de péteux qu'est la bourse pour une cour des grands, ou un truc dans le genre ?

Une entreprise comme Facebook n'a jamais rien eu à faire en bourse. D'ailleurs, toutes les entreprises n'ont plus rien à faire en bourse, certes, mais je ne comprends décidément pas cette décision concernant Facebook, qui est à mon sens totalement illogique, même quand on considère la bourse en théorie...

Des idées ?


Sans entrer dans les details de tes opinions personnelles sur les actions et la bourse, il y a plusieurs choses qu il faut corriger.

1) Les dividendes ne sont pas fixes ni en pourcentage, ni rien du tout. Exemple: Apple jusqu a cette annee ne versait pas dividende a ses actionnaires. Aussi, ce que tu touches depend de ce que veut bien donner la boite, du nombre d actions que tu as, et de leur classe (ca va revenir apres). Mais si jamais les actionnaires ne sont pas satisfait de ce que tu leurs file, ils ont le droit de ne pas reconduire le PDG a son poste...

2) C est vrai qu il n est pas tres clair du pourquoi est-ce que facebook a fait une telle operation, mais d un autre cote, a ton avis, d ou est-ce que Facebook a tire son argent jusqu a present pour payer ses serveurs et ses employes? De la publicite? Non - de prets bancaires. Au bout d un moment, si les banques voient que ta boite ne rapporte pas assez ("le risque est trop haut"), elles commencent a relever leurs taux d interets... Et la, il est plus interessant d avoir des actionnaires.

3) Et c est la que la "classe" des actions est importante. Dans le cas de facebook, il y a deux sortes d actions. Les actions normales et les actions a avantage. Dans ce cas present, celles que possede Zuckerberg lui donnent droit a un dividende normal MAIS le nombre de votes par action est beaucoup plus eleve. Chez VW (le constructeur automobile) par exemple c est la meme chose: les actions du patron lui donnent 20 voix chacune. Donc, Zuckerberg a les mains plus libres que ce qu il n y parrait...
Répondre

Tous les champs doivent être remplis.

OU

Tous les champs doivent être remplis.

FORUMS DE NUMERAMA
Poser une question / Créer un sujet
vous pouvez aussi répondre ;-)
Numerama sur les réseaux sociaux
Juin 2012
 
Lu Ma Me Je Ve Sa Di
28 29 30 31 1 2 3
4 5 6 7 8 9 10
11 12 13 14 15 16 17
18 19 20 21 22 23 24
25 26 27 28 29 30 1
2 3 4 5 6 7 8