Apple a déposé un recours cette semaine pour demander que le nouveau Samsung Galaxy S3 ne puisse pas être vendu aux Etats-Unis, alors qu'il doit y être lancé le 21 juin. La firme de Cupertino affirme que le téléphone de son concurrent viole des brevets de technologies utilisées sur l'iPhone.

Apple, qui paraît avoir du mal à renouveler sa gamme de produits, mise plus que jamais sur son portefeuille de brevets pour écarter la concurrence qui menace le plus la suprématie de son iPhone. La firme de Cupertino a déposé mardi une demande complémentaire à la plainte qu’elle avait déposé au mois de février, qui prétendait que le Galaxy Nexus violerait quatre brevets. Désormais, c’était attendu, Apple demande également que le Samsung Galaxy S3 soit également interdit d’importation aux Etats-Unis.

La firme américaine reproche à son concurrent sud-coréen de violer au moins deux des quatre brevets avec le Galaxy S3. Il s’agit d’un brevet portant sur une interface de recherche unifiée (comprendre Siri), et sur un mécanisme de traitement de données. Apple précise qu’il continue à enquêter sur l’éventuelle violation des deux autres brevets en cause, qui portent sur le « déblocage par glissé du doigt« , et sur une fonction d’autocomplétion des saisies.

Cette même semaine, comme le note le blog Foss Patents, Apple a également demandé à la Commission Internationale du Commerce (CIC) d’ordonner l’interdiction d’importation de 29 appareils HTC, au nom de la violation des brevets.

La guerres des brevets aux Etats-Unis a pris une telle dimension que la Commission Fédérale du Commerce (FTC) américaine a écrit mercredi à la CIC pour s’inquiéter des mesures d’interdiction qui pourraient être prises pour des problèmes de violation de brevets portant sur des technologies essentielles au respect de certains standards.

L’un des juges de la CIC a déjà donné raison le mois dernier à Motorola Mobility, qui demande le bannissement de la Xbox 360 aux Etats-Unis (l’affaire doit encore passer en août devant un panel de six juges). Inversement, Microsoft a obtenu que soit recommandé par la CIC le bannissement de plusieurs téléphones de Motorola, le constructeur racheté par Google.

Malgré cette victoire, Microsoft s’est félicité de l’initiative de la FTC, en estimant que « l’abus de des brevets essentiels aux standards cause préjudice aux consommateurs et à la concurrence« .

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés