Publié par Guillaume Champeau, le Mercredi 30 Mai 2012

Bragelonne trouve que "c'est cool d'être piraté !"

Deuxième plus gros vendeur de livres électroniques en France, Bragelonne est aussi l'un des plus piratés. Une situation que l'éditeur (qui rejette les DRM) trouve "cool", parce qu'il "ne faut pas diaboliser le piratage".

Si le monde de l'édition littéraire paraît souvent au moins aussi réactionnaire que celui de l'industrie musicale et cinématographique, il existe heureusement des éditeurs plus modernes que d'autres. A cet égard, Bragelonne fait office d'exemple à suivre.

Fondée en 2000, la société est devenue très vite l'éditeur de référence dans l'univers des "littératures de l'imaginaire" : fantasy, science-fiction, fantastique,... 12 années plus tard, il se classe aujourd'hui 43ème plus gros vendeur de livres papiers en France, mais surtout 3ème au classement des livres numériques. Une position de force idéale au moment où l'ebook rattrape le livre papier, qu'il doit à son dynamisme sur le marché numérique.

Contrairement à des éditeurs traditionnels qui refusent de laisser leurs clients être maîtres des livres qu'ils achètent, Bragelonne a toujours eu pour principe de ne pas imposer de DRM sur ses livres. Ils peuvent être copiés et redistribués en toute liberté. Mais mieux encore, l'éditeur qui anime sa communauté avec tous les moyens modernes (forum, réseaux sociaux, blog, newsletter...) a estimé que les livres numériques devaient se vendre moins cher que les livres papier, voire beaucoup moins chers.

Par exemple, Le Trône du Loup Gris de Cinda Williams Chima est vendu 12,99 euros en livre électronique, contre 17,20 euros en version papier. L'éditeur propose aussi plusieurs collections avec des titres qui sortent toutes les semaines à 5,99 euros et dont le prix baisse à 4,99 euros trois mois plus tard. Il annonce même la sortie d'une collection (Brage) de nouvelles à 0,99 euros ou 1,99 euros, qui seront proposées tous les lundis. Une manière intelligente de fidéliser le lecteur avec un rendez-vous hebdomadaire et des prix attractifs.

"Notre obsession est de trouver le bon livre pour le bon lecteur via le bon canal. Il est utopique de penser que tous les stores ont la même clientèle", explique dans une interview à IDBoox Alexandre Levasseur, directeur du numérique chez Bragelonne.

Et alors qu'une étude du Motif (.pdf) a fait entrer l'éditeur dans le top 10 des éditeurs les plus piratés, il considère que c'est une chance. "C'est cool je trouve ! D'autant qu'en regardant vraiment cette étude il s'avère que les titres les plus piratés sont tous des titres dont je n'ai pas les droits en numérique, donc pas d'offre légale possible. Cela prouve encore le respect de certains pirates ou certaines teams pour notre offre légale. Il ne faut pas diaboliser le piratage, la musique s'en est suffisamment chargée pendant 10 ans avec le succès qu'on lui connaît", remarque Levasseur.

Publié par Guillaume Champeau, le 30 Mai 2012 à 17h52
 
39
Commentaires à propos de «Bragelonne trouve que "c'est cool d'être piraté !"»
Inscrit le 24/02/2009
2244 messages publiés
"les titres les plus piratés sont tous des titres dont je n'ai pas les droits en numérique, donc pas d'offre légale possible"
J'aurais aimé qu'il continue son analyse et qu'il compare les titres vendus avec les titres piratés ainsi que les volumes.
Inscrit le 20/02/2010
16 messages publiés
Sauf erreur, il y a quand même un tatouage sur les livres électroniques vendus par Bragelonne. Par contre, cette solution me semble tout à fait acceptable. J'espère que d'autres éditeurs suivront son exemple.
Inscrit le 21/01/2009
4844 messages publiés
"Par exemple, Le Trône du Loup Gris de Cinda Williams Chima est vendu 12,99 euros en livre électronique, contre 17,20 euros en version papier."

Toujours bien plus cher qu'un livre de poche (entre 5 et 9 euros). C'est pas encore demain que je vais acheter des ebooks.. je vais pas payer plus cher qu'un livre de poche pour moins de contenu quand même...
Inscrit le 13/08/2002
6582 messages publiés
Tarl (Administrateur) le 30/05/2012 à 18:21
Il me semble que le tatouage n'est même pas une demande de la maison d'édition... pour ma part j'ai ça sur ma bibliothèque en ligne :
Tatouage : protection immatériel.fr sans DRM vous permettant de modifier, copier et imprimer votre fichier pour votre usage personnel. Votre nom et e-mail est inscrit sur chaque page.
Inscrit le 13/08/2002
6582 messages publiés
Tarl (Administrateur) le 30/05/2012 à 18:26
tass_, le 30/05/2012 - 18:18
"Par exemple, Le Trône du Loup Gris de Cinda Williams Chima est vendu 12,99 euros en livre électronique, contre 17,20 euros en version papier."

Toujours bien plus cher qu'un livre de poche (entre 5 et 9 euros). C'est pas encore demain que je vais acheter des ebooks.. je vais pas payer plus cher qu'un livre de poche pour moins de contenu quand même...
Sauf que ce livre n'est pas dispo en livre de poche pour le moment... Autre exemple : "L'homme rune" 8.74 € en poche 4.99 € en numérique... Le prix du livre numérique est parallèle à celui du livre papier ! Après que tu n'achètes aucun roman broché c'est un autre débat ...
Inscrit le 23/12/2009
243 messages publiés
tass_, le 30/05/2012 - 18:18
"Par exemple, Le Trône du Loup Gris de Cinda Williams Chima est vendu 12,99 euros en livre électronique, contre 17,20 euros en version papier."

Toujours bien plus cher qu'un livre de poche (entre 5 et 9 euros). C'est pas encore demain que je vais acheter des ebooks.. je vais pas payer plus cher qu'un livre de poche pour moins de contenu quand même...

Le format poche n'est, si je ne me trompe pas, édité qu'une fois que l'oeuvre est dans le commerce depuis longtemps. Son prix es light car il s'agit de livres déjà rentabilisés.
Donc, quel que soit le format, un livre nouvellement édité est toujours plus cher.
Je ne sais pas si c'est la raison dans ce cas, mais c'est probable sinon le prix de 13€ est cher.
Inscrit le 21/01/2009
4844 messages publiés
Tarl, le 30/05/2012 - 18:26
Sauf que ce livre n'est pas dispo en livre de poche pour le moment... Autre exemple : "L'homme rune" 8.74
€ en poche 4.99
€ en numérique... Le prix du livre numérique est parallèle à celui du livre papier ! Après que tu n'achètes aucun roman broché c'est un autre débat ...

Là 4.99 c'est ok. Mais je ne parlais pas de cet exemple précis. Dans l'absolu pourquoi payer un livre dématérialisé plus cher qu'un livre de poche ?

grimberman, le 30/05/2012 - 18:28

Le format poche n'est, si je ne me trompe pas, édité qu'une fois que l'oeuvre est dans le commerce depuis longtemps. Son prix es light car il s'agit de livres déjà rentabilisés.
Donc, quel que soit le format, un livre nouvellement édité est toujours plus cher.
Je ne sais pas si c'est la raison dans ce cas, mais c'est probable sinon le prix de 13
€ est cher.

Ben j'espère qu'une fois le livre sorti en poche le coût du dématérialisé baissera.
Inscrit le 24/03/2010
380 messages publiés
Bragelonne, une vraie boîte d'édition.
J'ai plusieurs livres de chez eux (papier), ils sont d'excellente qualité. Et en plus, ils ont une bonne mentalité. Un gros +1.
Inscrit le 13/08/2002
6582 messages publiés
Tarl (Administrateur) le 30/05/2012 à 18:42
tass_, le 30/05/2012 - 18:36

Tarl, le 30/05/2012 - 18:26
Sauf que ce livre n'est pas dispo en livre de poche pour le moment... Autre exemple : "L'homme rune" 8.74

€ en poche 4.99

€ en numérique... Le prix du livre numérique est parallèle à celui du livre papier ! Après que tu n'achètes aucun roman broché c'est un autre débat ...


Là 4.99 c'est ok. Mais je ne parlais pas de cet exemple précis. Dans l'absolu pourquoi payer un livre dématérialisé plus cher qu'un livre de poche ?



Il n'est pas plus cher en numérique puisque quand le livre de poche de l'homme rune est sorti le prix du livre numérique est passé à 4.99 €. En papier tu as toujours les 2 choix soit 8.74 € en poche soit 19 € en broché...
Inscrit le 17/02/2012
163 messages publiés
Il me semble que le tatouage n'est même pas une demande de la maison d'édition... pour ma part j'ai ça sur ma bibliothèque en ligne :
Tatouage : protection immatériel.fr sans DRM vous permettant de modifier, copier et imprimer votre fichier pour votre usage personnel. Votre nom et e-mail est inscrit sur chaque page.
Oui, c'est ça le tatouage.
En tout cas, chez Bragelonne, le tatouage ou les DRMs sont plus une demande des auteurs/agents que de l'éditeur (conversations avec Alexandre Levasseur)
Inscrit le 25/09/2007
91 messages publiés
Super article, je n'étais pas du tout au courant de la position de Bragelonne dans ce domaine. Moi qui suis en train de lire toute la saga de l'Épée de vérité, ça me plaît beaucoup de lire ce genre de choses. (Dommage, en passant, que l'Épée de vérité ne soit justement pas disponible au format ebook.)
Inscrit le 30/05/2012
1 messages publiés
Euh... pour info, ils ne sont pas les seuls à mener cette politique. Je le fais avec ma maison d'édition (Voy'el) : pas de DRM et les prix 30% du prix papier, parce que je n'ai pas les mêmes charges sur un livre numérique (et je paie plus les auteurs). Exemple : un livre vendu 20 euros au format papier, je le propose à 5,99 ou 6,99 euros. En outre, Bragelonne est venu brasser chez les petits éditeurs pour leur piquer certains auteurs en numérique. Du coup, les petits éditeurs qui avaient fait tout le travail en amont se retrouvent moins bien rémunérés que s'ils avaient créé eux-mêmes leurs epubs. Leurs auteurs désertent parfois leur maison d'édition pour se laisser entraîner par Bragelonne. D'autres jeunes auteurs (j'ai le cas avec une) attendent toujours que Bragelonne publient leur roman (disponible au départ uniquement en numérique, mais j'ai pu avoir les droits papiers auprès de l'auteur) et Marsan ne leur a fourni aucune date à ce jour. Facile, aussi, dans ces conditions, de laminer la concurrence.
Inscrit le 27/01/2010
24 messages publiés
"Deuxième plus gros vendeur de livres électroniques en France, ..."
"[...] mais surtout 3ème au classement des livres numériques."

Heu... Il y a une distinction entre les livres électroniques et les livres numériques ?
Inscrit le 07/10/2011
1972 messages publiés
Ben il est où Zig?
Du coup personne pour expliquer que cette déclaration est totalement irresponsable?
Ouh ouh, Zig, ma Puce, t'es où :-)

Ps. Laisse tomber pour Naomi, j'ai compris, lâcheur
Inscrit le 20/04/2012
25 messages publiés
Je lit régulièrement des livres de Bragelonne mais je savais pas qu'il avait une telle position sur le marché. sa fait plaisir de voir qu'une maison d'édition que j'apprécie particulièrement à un bon comportement et des gens intelligent à sa tête.
Inscrit le 25/07/2011
813 messages publiés
Amicalement, le 30/05/2012 - 19:56
Ben il est où Zig?
Du coup personne pour expliquer que cette déclaration est totalement irresponsable?


Pourquoi ce serait irresponsable ?
C'est leur choix il faut le respecter. Si cela ne les dérangent pas d'être pirater personne n'a rien a dire la dessus.

Après il faut juste faire la même chose avec ceux qui décident que vendre leur produit et qui sont contre le piratage.
Meme si ce qu'ils proposent est souvent beaucoup trop cher
Inscrit le 30/05/2012
1 messages publiés
Allez donc voir l'interview originale pour de plus amples infos http://www.idboox.co...et-lance-brage/
Inscrit le 22/02/2009
3904 messages publiés
On a déjà une évolution dans la pensée, enfin un qui ne vit pas par la peur et le profit, d'autant que les livres ont une grosse importance vis-à-vis du support, contrairement aux CD / DVD qui en plus de ne pas durer longtemps (10 ans) n'ont pas vraiment d'importance.

Le livre est un support qui se suffit à lui-même, pas besoin d'ordi pour le lire, et là est la différence fondamentale. Les gens aiment encore trop ce support pour que le piratage lui fasse vraiment du tort, sauf pour les paranos.
Inscrit le 07/10/2011
1972 messages publiés
Jed, le 30/05/2012 - 20:25

Amicalement, le 30/05/2012 - 19:56
Ben il est où Zig?
Du coup personne pour expliquer que cette déclaration est totalement irresponsable?



Pourquoi ce serait irresponsable ?
C'est leur choix il faut le respecter. Si cela ne les dérangent pas d'être pirater personne n'a rien a dire la dessus.

Après il faut juste faire la même chose avec ceux qui décident que vendre leur produit et qui sont contre le piratage.
Meme si ce qu'ils proposent est souvent beaucoup trop cher

Vous êtes
son frère? Enchanté.
Oui, on peu répéter ce message bien préparé par "eux" comme vous le faites.
Mais on peut au contraire réfléchir, et intégrer par exemple les moines copistes, l'Eglise romaine, et l'imprimerie qui a tout balayé.
Pour construire autre chose, mais sans des acteurs devenus gras et inutiles et pourtant prêts à tout pour interdire l'Histoire des techniques et des formes de sociétés qui en découlent d'aller de l'avant,, comme donner des amendes de centaines de milliers d'euros à des gens ou mettre en place des systèmes de surveillance généralisés jusque dans la chambre de tout citoyen et des enfants!
Inscrit le 08/04/2009
543 messages publiés
J'ai dû télécharger pas mal de livres de chez eux, sans en avoir jamais lu aucun - impossible de lire ailleurs que sur papier, je ne les télécharge qu'en cas de guerre nucléaire, pour mon caisson de survie, au cas où. (Si je n'ai pas de courant électrique, c'est la merde :-D).

Par contre, j'ai acheté quelques bouquins de chez eux, assez chers mais énormes, et ça me fait plaisir de lire l'avis de ce gars, bien moins agressif que d'autres. De toute façon, le livre en papier a encore de beaux jours devant lui, lorsqu'on pense à la liberté qu'il représente par rapport au livre électronique. Dommage que les bouquins prennent tant de place, au bout d'un temps, on est obligé de donner, ou de déménager..
Inscrit le 25/07/2011
813 messages publiés
Amicalement, le 30/05/2012 - 22:54

Vous êtes
son frère? Enchanté.


Parce que si deux personne ont un avis qui va à l'encontre du sacro saint piratage ce sont forcément des connaissances ?

Oui, on peu répéter ce message bien préparé par "eux" comme vous le faites.


A parce que je fais du lobbying maintenant ?
Je n'ai pas le droit d'avoir ma pensée ? Quelque part si décide de créer quelque chose et que j'ai envie de le vendre et non pas de le distribuer gratuitement c'est mon droit. Si personne ne me l'achète je serais dans la merde et ce sera ma faute.


Mais on peut au contraire réfléchir, et intégrer par exemple les moines copistes, l'Eglise romaine, et l'imprimerie qui a tout balayé.


L'exemple des moines copistes est un non sens.
A l'époque un moine ne faisait pas ca pour l'argent, les monastères et abbye (désolé pour l'orhtographe) vivaient en autharcie et subvenaient à leurs propres besoins.
Le copisme n'était en aucun cas une source de revenus pour ces moines.

Pour construire autre chose, mais sans des acteurs devenus gras et inutiles et pourtant prêts à tout pour interdire l'Histoire des techniques et des formes de sociétés qui en découlent d'aller de l'avant,, comme donner des amendes de centaines de milliers d'euros à des gens ou mettre en place des systèmes de surveillance généralisés jusque dans la chambre de tout citoyen et des enfants!


J'ai pas très bien compris ce que tu as écrit, mais je devine le sens.
Je suis d'accord avec toi, on a la technologie pour se passer de ce genre d'intermédiaire qui sont producteurs et diffuseurs.
Néanmoins, des intermédiaires qui se feront de l'argent sur le dos des consommateurs il y en aura toujours. Juste l'exemple de Kim Dotcom que les gens n'aiment pas parce qu'il s'est fait une fortune sur le dos des utilisateurs.

Si on légalise le libre partage d'oeuvres sur internet, pleins de business de ce genre peuvent émerger (payez si vous voulez l'avoir en avance, en meilleur qualité, des bonus, avec une bande passante meilleur etc...)

De plus, le calendrier des sorties risque de changer. Aujourd'hui le piratage marche car les oeuvres physiques sortent et 24h plus tard la version piratée aussi.
Si demain, seules les versions numériques sont diffusées, il est beaucoup plus facile pour les ayants droits de controler la sortie des versions pirates. Avec des sorties VIP (voir offres du dessus), en avant première, 3 ou 4 jours avant les sorties gratuites, cela fera rentrer de l'argent à la facon d'un MU.
Inscrit le 11/05/2007
37 messages publiés
Juste l'exemple de Kim Dotcom que les gens n'aiment pas parce qu'il s'est fait une fortune sur le dos des utilisateurs.



N'importe quoi, tout les telechargeurs aiment Kim dotcom qui leur a permis de DL pendant des années sur un tres bon service de transfet de fichier, il ne s'est pas fait d'argent "sur leur dos" (propagande ayant-droitesque), qu'est qu'il faut pas entendre. Il a gagner de l'argent (legalement jusqu'a preuve du contraire) pour un service pour lequel les gens etaient pres a payer et qui s'est toujours averé gratuit à la base. Reproche ton a Mark Zuckerberg de gagner de l'argent sur le dos des utilisateur de Facebook ? c'est ridicule.


De plus, le calendrier des sorties risque de changer. Aujourd'hui le piratage marche car les oeuvres physiques sortent et 24h plus tard la version piratée aussi.bla bla


Grossiere erreur aussi, la plupart des ebooks piratés sortent avant qu'une quelconque offre numerique existe (y compris pour brag), les ebooks sont realisés a partir de scan de livre papier (quelque fois meme plus réedité). A l'heure actuel de tres nombreux livre numerique ne sont dispo qu'en offre pirate sans aucune offre numerique legale equivalente.
[message édité par androgyn3 le 31/05/2012 à 08:52 ]
Inscrit le 10/04/2009
139 messages publiés
Personnellement j'ai déjà acheté pas mal d'ebook Bragelonne et quel plaisir de ne pas être tenu par les cou**** par un éditeur ou une plateforme (Kindle ou les Adobe DRM) et aussi qu'ils font des efforts niveau prix.

Il y a environ 1 mois Bragelonne proposait la majorité des titres de leur catalogue à 0.99€ sur Epagine... On est loin des gros éditeurs français qui vont vous proposer des titres blindés de DRM à la con à 16€/titre (cherchez "Stephen King" sur Amazon et vous verrez l'énorme différence de prix entre les VO et la VF).
Inscrit le 16/03/2009
863 messages publiés
Pour ma part, je télécharge des ebooks, mais je n'en achète pas, préférant mettre mon argent sur l'édition papier. L'ebook me sert davantage de copie de sauvegarde (ou de "démonstration") que de livre en lui-même. Si le livre me plaît, je l'achète. Si ce n'est pas le cas, je ne l'achète pas et je supprime l'ebook.

Mais je pense qu'il est effectivement intéressant comme démarche, plutôt que de vouloir détruire le marché en bloquant toute évolution.

Le dématérialisé ne devrait pas être ni au même prix, ni plus cher que le matérialisé. Pourtant, on voit cela avec la musique, avec la VOD et avec les jeux vidéo. Soit c'est au même prix ou plus cher, soit nous n'avons aucun contrôle dessus et l'ayant-droit peut faire ce qu'il veut à distance sans que nous n'ayons quoi que ce soit à dire.


L'ebook peut aussi aider les jeunes auteurs à se faire connaître, et là je vois un point essentiel que peu auront voulus aborder. Publier un livre papier n'est pas une mince affaire, ça a un coût plus ou moins important et c'est une prise de risque. Si l'éditeur ne rentabilise pas son investissement, ça peut lui faire très mal.

Alors que publier un ebook, cela n'engage aucune prise de risque. Et ce n'est pas parce que c'est virtuel qu'il n'y a aucun droit dessus. De fait, cela peut aisément permettre à de jeunes auteurs de se faire connaître facilement et à moindre coût, chose que ne permet pas le livre papier. Des nouvelles ou de petits romans à 1 ou 2€, ça n'est pas très onéreux pour le nonchalant ne connaissant pas l'auteur, cela permet aussi au jeune auteur d'engranger un tout petit peu d'argent, et tout au plus, si la nouvelle ou le roman n'a pas plu à l'acheteur, il ne perd qu'un ou deux €uros, rien de réellement dramatique. àa passe bien mieux que si on achète une merde à 28€ comme Twilight ou Hunger Games...
Inscrit le 13/03/2003
1381 messages publiés
grimberman, le 30/05/2012 - 18:28
Le format poche n'est, si je ne me trompe pas, édité qu'une fois que l'oeuvre est dans le commerce depuis longtemps. Son prix es light car il s'agit de livres déjà rentabilisés.
Donc, quel que soit le format, un livre nouvellement édité est toujours plus cher.
Je ne sais pas si c'est la raison dans ce cas, mais c'est probable sinon le prix de 13
€ est cher.


Ca depends des titres. certains ne sortent qu'en poche sans passer par la case broché.

dans certains pays, on édite même la version 'budget' et la version 'deluxe' en même temps.

Bref, moi aussi je regrette que le tarifs et modèles éco des versions dématérialisées soit calquée sur le modèle physique.
Je peut comprendre la chronologie broché=>poche et l'évolution du tarif en fonction du format, du coût de production et des risques d'invendus associés pour l'éditeur; mais pas cette évolution sur le démat. Et encore, j'ignore tout des revenus garantis a l'auteur, faut espérer qu'il n'ont pas pris exemple sur l'industrie musicale...

Je regrette aussi l'absence d'offres "combos" physique+demat, mais bon, une chose a la fois
[message édité par Blastm le 31/05/2012 à 08:58 ]
Inscrit le 13/08/2002
6582 messages publiés
Tarl (Administrateur) le 31/05/2012 à 10:07
Pour ma part j'achète aussi bien du numérique que du papier suivant les séries, les prix etc... le gros avantage pour moi du livre numérique c'est la place. Je ne sais plus quoi faire de mes exemplaires papiers. Et en plus même en numérique avec mes ebooks Bragelonne je peux les prêter aux copains !
Inscrit le 13/08/2002
6925 messages publiés
C'est ce que je dis et fais depuis 2005. C'est bien de vois que d'autres ont le même réflexe intelligent
Inscrit le 20/09/2011
5137 messages publiés
Très bon positionnement marketing d'une petite maison d'édition : se placer sur le terrains opposé des leaders du marché.

En politique, bragelonne se serait appelé Le Pen ou Bayrou (attention, je ne parle absolument pas des opinions politiques - je ne dis pas que Bragelonne est à l'extrême droite ou au centre).

Mais c'est une politique marketing intelligente : ils savent qu'ils sont une maison d'édition mineure. Donc ils n'ont rien à perdre en se plaçant sur le terrain de l'acceptation du piratage.
Ils risquent quoi ? Quelques dizaines de copies pirates ?
Parce que faut pas rêver non plus : Bragelonne, ce n'est pas un éditeur de prix Goncourt à plusieurs centaines de milliers de vente par titre.

J'oserais même dire que sans piratage, le coût d'édition papier leur coûte plus que ce qu'il leur rapporte.

Si Bragelonne sortait un jour un bouquin avec le même succès que Harry Potter, je ne suis pas sûr qu'ils resteraient dans cette optique "venez copier nos livres".
Inscrit le 25/02/2012
1371 messages publiés
Pour ma part j'achète aussi bien du numérique que du papier suivant les séries, les prix etc... le gros avantage pour moi du livre numérique c'est la place. Je ne sais plus quoi faire de mes exemplaires papiers. Et en plus même en numérique avec mes ebooks Bragelonne je peux les prêter aux copains !


J'ai un gros frein au bouquin numérique quoi.....

c'est con mais j'me vois pas remplacer le combo soleil / binouze / bon bouquin papier / jazz
par le combo soleil / binouze / bon bouquin numérique / jazz....

désolé pour le hs
Inscrit le 21/01/2009
4844 messages publiés
zig, le 31/05/2012 - 10:48
.
Ils risquent quoi ? Quelques dizaines de copies pirates ?
Parce que faut pas rêver non plus : Bragelonne, ce n'est pas un éditeur de prix Goncourt à plusieurs centaines de milliers de vente par titre.


Tiens je serais curieux de voir si les prix Goncourt se lisent autant que la SF et la fantasy de nos jours...
Les jeunes, trentenaires et même quadras de nos jours font partie de la génération star wars / seigneur de anneaux.. D'ailleurs il me semble que Werber était l'auteur français en activité le plus lu de nos jours... Tiens ne ferait il pas de la SF ?

zig, le 31/05/2012 - 10:48

Si Bragelonne sortait un jour un bouquin avec le même succès que Harry Potter, je ne suis pas sûr qu'ils resteraient dans cette optique "venez copier nos livres".


Ha tu vois, tu cites un best steller, et bizarrement il est dans un style bien plus proche des sorties de Bragelonne que des prix Goncourt...

Ta vision SF/fantasy = littérature de gare/minoritaire est d'un autre âge...
[message édité par tass_ le 31/05/2012 à 11:22 ]
Inscrit le 23/09/2010
163 messages publiés
zig, le 31/05/2012 - 10:48
ils savent qu'ils sont une maison d'édition mineure. Donc ils n'ont rien à perdre en se plaçant sur le terrain de l'acceptation du piratage.
Ils risquent quoi ? Quelques dizaines de copies pirates ?


C'est sur la team Alexandriz ne lorgne pas du coté de Bragelonne ... et ils ne sont connus que de quelques dizaines de pirates ...
Inscrit le 13/08/2002
6582 messages publiés
Tarl (Administrateur) le 31/05/2012 à 11:57
kholl, le 31/05/2012 - 11:15

Pour ma part j'achète aussi bien du numérique que du papier suivant les séries, les prix etc... le gros avantage pour moi du livre numérique c'est la place. Je ne sais plus quoi faire de mes exemplaires papiers. Et en plus même en numérique avec mes ebooks Bragelonne je peux les prêter aux copains !



J'ai un gros frein au bouquin numérique quoi.....

c'est con mais j'me vois pas remplacer le combo soleil / binouze / bon bouquin papier / jazz
par le combo soleil / binouze / bon bouquin numérique / jazz....

désolé pour le hs

Pourtant je peux t'assurer qu'avec un ebook format livre de poche et l'encre électronique ça se fait très bien !
Inscrit le 20/09/2011
5137 messages publiés

Ha tu vois, tu cites un best steller, et bizarrement il est dans un style bien plus proche des sorties de Bragelonne que des prix Goncourt...

Une hirondelle ne fait pas le printemps...


Ta vision SF/fantasy = littérature de gare/minoritaire est d'un autre âge...

Ta vision "je ne discute qu'avec des gens qui aiment la fantasy me laisse penser que tout le monde lit de la fantasy" est un effet déformant classique.
Les Edgar Rice Burroughs, les Gaston Leroux ou les Maurice Leblanc ont toujours eu leur place dans la littérature populaire, même si la qualité littéraire de leurs oeuvres n'était pas souvent au rendez-vous.

Sur les dix dernières années, le tirage moyen d'un Goncourt, c'est 400.000 exemplaires. Il est quasiment impossible de trouver des indications sur les tirages de Bragelonne, mais à mon avis, ça doit tourner autour des 5.000/10.000 par titre au maximum.

Les termes "littérature de gare" et "minoritaire" sont TES mots, pas les miens. Pour ma part, je considère que tout éditeur qui donne envie aux gens de lire à sa place dans le monde de l'édition.

Il n'en reste pas moins que Bragelonne est une maison d'édition mineure sur un marché de niche et qu'ils utilisent intelligemment leur positionnement.

D'ailleurs il me semble que Werber était l'auteur français en activité le plus lu de nos jours... Tiens ne ferait il pas de la SF ?

Tu as oublié Barbara Cartland.
Ne base pas la qualité d'une oeuvre artistique uniquement sur son nombre de ventes. Parce qu'à ce compte là Max Pecas aurait du recevoir un Oscar et Gérard de Villiers le Prix Goncourt.
Bragelonne se positionne sur le marché d'une littérature facile, entraînante, populaire (au sens noble du terme). C'est très bien joué et je m'en félicite : à la fois pour eux au niveau financier et pour leurs auteurs parce qu'ils peuvent être publiés.
Mais je ne suis pas sûr que les oeuvres publiées par Bragelonne resteront dans l'histoire de la littérature comme les oeuvres de Proust, de Shakespeare ou de Balzac.
Inscrit le 21/01/2009
4844 messages publiés
zig, le 31/05/2012 - 12:02

Une hirondelle ne fait pas le printemps...

C'est vrai qu'il n'y a QUE cet exemple dans la littérature moderne... Affligeant de bêtise.

zig, le 31/05/2012 - 12:02

Ta vision "je ne discute qu'avec des gens qui aiment la fantasy me laisse penser que tout le monde lit de la fantasy" est un effet déformant classique.

C'est toi qui le dit, moi je discute avec tous ceux qui me parlent de ce sujet (gros fan de lecture) et bizarrement en dessous de 60 ans les seuls lecteurs qui restent lisent beaucoup de SF et fantasy, voir des polars... Mais des Goncourt ? Très peu.
zig, le 31/05/2012 - 12:02

Les Edgar Rice Burroughs, les Gaston Leroux ou les Maurice Leblanc ont toujours eu leur place dans la littérature populaire, même si la qualité littéraire de leurs oeuvres n'était pas souvent au rendez-vous.

C'est vrai qu'Egard Poe et autres Maupassant sont de mauvais écrivains...
zig, le 31/05/2012 - 12:02

Sur les dix dernières années, le tirage moyen d'un Goncourt, c'est 400.000 exemplaires. Il est quasiment impossible de trouver des indications sur les tirages de Bragelonne, mais à mon avis, ça doit tourner autour des 5.000/10.000 par titre au maximum.

Du pifomètre, comme c'est étrange, vas y documente toi et tu reviendras.

zig, le 31/05/2012 - 12:02

Ne base pas la qualité d'une oeuvre artistique uniquement sur son nombre de ventes. Parce qu'à ce compte là Max Pecas aurait du recevoir un Oscar et Gérard de Villiers le Prix Goncourt.

Ha mais je pensais que tu disais que la Sf et fantasy n'étaient lu que par 2-3 illuminés, et que c'est pour ça qu'ils peuvent s'en foutre du piratage.
Je te donne un contre exemple et tu vas me dire qu'on ne parle plus de volume de vente mais de qualité ? Ridicule, tu t'enfonces.
zig, le 31/05/2012 - 12:02

Bragelonne se positionne sur le marché d'une littérature facile, entraînante, populaire (au sens noble du terme). C'est très bien joué et je m'en félicite : à la fois pour eux au niveau financier et pour leurs auteurs parce qu'ils peuvent être publiés.

T'y connais vraiment rien à la SF et à la fantasy hein ? Arrête de montrer ton ignorance... c'est comme la culture c'est pas bon de trop l'étaler.
zig, le 31/05/2012 - 12:02

Mais je ne suis pas sûr que les oeuvres publiées par Bragelonne resteront dans l'histoire de la littérature comme les oeuvres de Proust, de Shakespeare ou de Balzac.

Pourtant de nos jours t'as bien plus de gens qui ont lu du Harry Potter, du Tolkien ou du Werber que du Proust ou du Balzac... Énormément plus de monde.
Inscrit le 13/08/2002
6582 messages publiés
Tarl (Administrateur) le 31/05/2012 à 14:54
zig, le 31/05/2012 - 12:02


Ha tu vois, tu cites un best steller, et bizarrement il est dans un style bien plus proche des sorties de Bragelonne que des prix Goncourt...


Une hirondelle ne fait pas le printemps...


Ta vision SF/fantasy = littérature de gare/minoritaire est d'un autre âge...


Ta vision "je ne discute qu'avec des gens qui aiment la fantasy me laisse penser que tout le monde lit de la fantasy" est un effet déformant classique.
Les Edgar Rice Burroughs, les Gaston Leroux ou les Maurice Leblanc ont toujours eu leur place dans la littérature populaire, même si la qualité littéraire de leurs oeuvres n'était pas souvent au rendez-vous.

Sur les dix dernières années, le tirage moyen d'un Goncourt, c'est 400.000 exemplaires. Il est quasiment impossible de trouver des indications sur les tirages de Bragelonne, mais à mon avis, ça doit tourner autour des 5.000/10.000 par titre au maximum.

Les termes "littérature de gare" et "minoritaire" sont TES mots, pas les miens. Pour ma part, je considère que tout éditeur qui donne envie aux gens de lire à sa place dans le monde de l'édition.

Il n'en reste pas moins que Bragelonne est une maison d'édition mineure sur un marché de niche et qu'ils utilisent intelligemment leur positionnement.

D'ailleurs il me semble que Werber était l'auteur français en activité le plus lu de nos jours... Tiens ne ferait il pas de la SF ?


Tu as oublié Barbara Cartland.
Ne base pas la qualité d'une oeuvre artistique uniquement sur son nombre de ventes. Parce qu'à ce compte là Max Pecas aurait du recevoir un Oscar et Gérard de Villiers le Prix Goncourt.
Bragelonne se positionne sur le marché d'une littérature facile, entraînante, populaire (au sens noble du terme). C'est très bien joué et je m'en félicite : à la fois pour eux au niveau financier et pour leurs auteurs parce qu'ils peuvent être publiés.
Mais je ne suis pas sûr que les oeuvres publiées par Bragelonne resteront dans l'histoire de la littérature comme les oeuvres de Proust, de Shakespeare ou de Balzac.


Pour ce qui est des chiffres je n'en dirais rien je ne les connais pas. Maintenant il faut savoir que Bragelonne édite une série comme l'épée de vérité qui s'est vendue à plusieurs millions d'exemplaire dans le monde
Inscrit le 16/01/2009
868 messages publiés
zig, le 31/05/2012 - 12:02

Sur les dix dernières années, le tirage moyen d'un Goncourt, c'est 400.000 exemplaires. Il est quasiment impossible de trouver des indications sur les tirages de Bragelonne, mais à mon avis, ça doit tourner autour des 5.000/10.000 par titre au maximum.


Difficile de comparer le tirage d'un Goncourt avec le tirage d'une littérature Fantasy/SF. Une étude mené par le Pr. Monpetitdoigt indique que les Goncourt, même s'ils sont achetés, sont peu ou pas lus. Ils sont plutôt fièrement exposés dans les bibliothèque-vitrine de salons damidoïsés (corroboré par l'expert M. Avud'nez). Au côté de classiques qui sont tout autant lu. Et de l'album photo de YAB...
Tandis que les livres fantasy/SF sont achetés pour être lu.



Bragelonne se positionne sur le marché d'une littérature facile, entraînante, populaire (au sens noble du terme). C'est très bien joué et je m'en félicite : à la fois pour eux au niveau financier et pour leurs auteurs parce qu'ils peuvent être publiés.

T'y connais vraiment rien à la SF et à la fantasy hein ? Arrête de montrer ton ignorance... c'est comme la culture c'est pas bon de trop l'étaler.


Je suis amateur de fantasy et S.-F. Je ne lis que ça pratiquement. Pourtant je trouve que zig a raison. Sauf peut-être pour "populaire" (toujours dans le sens noble du terme hein). Je ne suis pas sûr que ce genre soit plus lu que du Marc Lévy par exemple.
Inscrit le 20/09/2011
5137 messages publiés
Amicalement, le 30/05/2012 - 19:56
Ben il est où Zig?
Du coup personne pour expliquer que cette déclaration est totalement irresponsable?
Ouh ouh, Zig, ma Puce, t'es où :-)

Ps. Laisse tomber pour Naomi, j'ai compris, lâcheur


Si tu savais lire au lieu de regarder Youtube en boucle, tu saurais que j'ai toujours défendu le droit pour l'artiste de décider PAR LUI MEME le moyen de diffusion de ses oeuvres.
Si les auteurs qui publient dans cette maison d'édition sont satisfaits de la politique sans DRM de cette société, qu'ils sont satisfaits que leurs livres soient copiés, alors tant mieux pour eux.

On ne peut d'ailleurs pas parler de piratage : à partir du moment où tout le monde est d'accord pour accorder des droits de copie, ce n'est plus du piratage.

Juste en passant : je n'ai jamais acheté de musique (CD ou dématérialisé) avec des DRM.

PS. Je suis content pour toi que tu aies compris.
Inscrit le 21/01/2009
4844 messages publiés
Oazar, le 31/05/2012 - 17:34


Je suis amateur de fantasy et S.-F. Je ne lis que ça pratiquement. Pourtant je trouve que zig a raison. Sauf peut-être pour "populaire" (toujours dans le sens noble du terme hein). Je ne suis pas sûr que ce genre soit plus lu que du Marc Lévy par exemple.

Je parlais surtout du côté "littérature facile et entraînante", on peut difficilement taxer Lovecraft ou Edgard Poe de littérature facile et entraînante
Inscrit le 25/07/2011
813 messages publiés
tass_, le 31/05/2012 - 17:40

Je parlais surtout du côté "littérature facile et entraînante", on peut difficilement taxer Lovecraft ou Edgard Poe de littérature facile et entraînante


Sans vouloir rentrer dans le troll, les oeuvres d'Edgard Poe de nos jours ne sont pas mondialement connue être des classique de la science fiction et de la fantasy.
Meme, si il a un des pionier de ce genre, il en reste pas moins qu'aujourd'hui quand on parle de SF/fantasy ce ne sont pas ces oeuvres qu'on désigne.
Lovecraft je ne connais pas donc je tiens pas à en parler.

Sinon pour le peu de livre de SF et de fantasy que j'ai lu, il est vrai que la lecture est facile et entrainante. C'est pour ca que je lis principalement ce genre de livre.
Répondre

Tous les champs doivent être remplis.

OU

Tous les champs doivent être remplis.

FORUMS DE NUMERAMA
Poser une question / Créer un sujet
vous pouvez aussi répondre ;-)
Numerama sur les réseaux sociaux
Mai 2012
 
Lu Ma Me Je Ve Sa Di
30 1 2 3 4 5 6
7 8 9 10 11 12 13
14 15 16 17 18 19 20
21 22 23 24 25 26 27
28 29 30 31 1 2 3
4 5 6 7 8 9 10