Dans le cadre de la mise en place du tarif social d'Internet, Eric Besson a annoncé lundi qu'un premier FAI sera agréé cette semaine. À cette occasion, l'opérateur devrait dévoiler son offre, qui concerne toute personne éligible au RSA en France.

Mise à jour – Éric Besson a visiblement parlé un peu vite. Alors que le ministre de l’économie numérique indiquait en début de semaine que le premier FAI appliquant un tarif social sur l’ensemble du territoire allait être agréé cette semaine, aucune annonce n’est survenue.

La table ronde prévue mardi avec les opérateurs de télécommunications et Frédéric Lefebvre, secrétaire d’Etat en charge des services et à la consommation, n’a pu avoir lieu à cause d’un problème de planning. Une nouvelle réunion devrait être programmée au cours du mois, tout comme l’annonce du FAI agréé.

Sujet du 13 septembre – Une semaine après avoir levé le voile sur le montant qui sera en vigueur pour le tarif social du net, le ministre de l’industrie et de l’économie numérique a annoncé lundi sur BFM TV qu’un premier fournisseur d’accès à Internet sera agréé dans les prochains jours. Eric Besson a également profité de son intervention pour défendre à nouveau le prix de l’Internet à tarif social, critiqué en particulier par l’UFC-Que Choisir.

« Ce qui préoccupe le gouvernement et ce qui me préoccupe moi, c’est que [le tarif social du net] soit accessible sur l’ensemble du territoire français. Là, dans quelques jours, nous allons agréer un opérateur, cette semaine, et donc son offre sera lancée dans la foulée« . Le ministre n’a toutefois donné aucune indication quant à son identité. Est-ce Orange ? Est-ce Numericable ? Impossible de le savoir pour le moment.

Au cours de l’interview, Eric Besson a reconnu que le tarif social du net à 23 euros par mois (20 euros pour l’accès à l’Internet haut débit et la téléphonie fixe, 3 euros pour la location de la box) pouvait paraître moins intéressante que certaines offres déjà en place, chez Alice ou Numericable notamment. Le ministre a toutefois insisté sur les limites de ces forfaits, qui ne peuvent pas être accessibles à tous les Français.

En conséquence, les critiques de l’UFC-Que Choisir ne sont pas recevables. L’association, qui réclame un tarif social à 10 euros par mois pour le net, n’a pas pris en compte les contraintes géographiques auxquelles font face les opérateurs de télécommunications, a laissé entendre le ministre sur BFM TV. Une table ronde d’avoir lieu aujourd’hui entre le gouvernement et les FAI au sujet du tarif social Internet.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés